RSS

Archives du 16 mars 2017

Les araignées dévorent 400 à 800 millions de tonnes d’insectes par an !

Araignée

Les recherches de chercheurs suisses et suédois montrent que les araignées participent activement à l’équilibre planétaire en réduisant les populations d’insectes.

Selon eux, les araignées dévorent plusieurs centaines de millions de tonnes de proies par an.

Pour lutter contre les insectes, il y a bien plus efficace que les adhésifs ou les bombes aérosols : les araignées.

Les quelques 45.000 espèces qui composent cet ordre (toutes sont carnivores) seraient leurs pires ennemis selon les résultats d’une étude menée par des chercheurs européens et publiée le 14 mars 2017 dans la revue The Science of Nature.

En effet, d’après l’article scientifique, la masse annuelle de proies tuées par l’ensemble des araignées est de 400 à 800 millions de tonnes, dont plus de 90 % sont des collemboles (arthropodes pancrustacés) et surtout des insectes. Les grosses araignées tropicales mangent aussi occasionnellement des petits vertébrés, grenouilles, lézards, poissons, oiseaux ou chauves-souris.

Un chiffre gargantuesque au moins équivalent aux quantités de viande et de poisson consommés chaque année par les humains (400 millions de tonnes), selon les données de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Les requins sont même à la traîne puisqu’ils ne dévorent « que » 280 à 500 millions de tonnes de biomasse par an.

Cependant, toutes les araignées n’apportent pas la même contribution : 95 % de ces insectes et collemboles sont tués par les arachnides qui vivent dans les forêts et les prairies. Les espèces d’araignées que l’on retrouve dans les déserts, la toundra, les zones urbanisées et les zones agricoles se contentent de consommer « seulement » entre 8 et 24 millions de tonnes d’insectes par an. Les deux tiers de la surface (87 millions de km2) du globe sont recouverts de savanes, de forêts et de prairies, ce qui expliquerait ces différences de consommations.

Les araignées ont donc un impact minime sur les insectes qui s’attaquent aux cultures agricoles. Mais elles n’en demeurent pas moins des prédatrices hors pair qui exercent une pression considérable et nécessaire sur leur population. En effet, pour Martin Nyffeler, l’auteur principal de l’étude : « Les araignées jouent un rôle essentiel pour maintenir la balance écologique de la nature » en « réduisant significativement la densité de population des insectes« . Ces derniers craignent tellement les araignées que la simple présence de ces arachnides suffit à les intimider. Redoutant de finir en repas, les insectes vont restreindre leurs activités pour ne pas se faire repérer. Mais avec une densité de population supérieure à 1000 araignées par mètre carré, il est bien difficile de leur échapper…

En réduisant de manière significative les populations d’insectes, ces arachnides jouent donc un rôle essentiel dans la régulation des destructeurs de cultures et des vecteurs de maladie. C’est la première fois que cette fonction régulatrice est chiffrée.

« Nous espérons que ces estimations et leur ampleur contribueront à alerter l’opinion publique et à améliorer l’appréciation globale du rôle des araignées », expliquent les zoologues des universités de Bâle (Suisse) et de Lund (Suède).

Les chercheurs ont estimé, en se basant sur 65 études existantes, que la population des araignées pèserait l’équivalent de 25 millions de tonnes. Pas moins de 45.000 espèces composent cette grande famille. Les araignées sont donc aussi une source de nourriture importante pour 8.000 espèces d’oiseaux, de parasites et d’autres prédateurs.

Avec Sciences et  Avenir

 

Étiquettes : , , , ,

Comment transformer nos déchets en combustible

 

Les combustibles solides de récupération issus des déchets affichent un pouvoir calorifique important. Ils se substituent par exemple aux fossiles dans les fours de cimenterie à un tarif très compétitif. Si les émissions de CO2 sont réduites, le recyclage reste le mode de traitement à privilégier.

Dans le cadre la loi sur la transition énergétique, la mise en décharge des déchets doit être réduite de 50% d’ici 2025. Objectif : augmenter la valorisation matière ou énergétique. Dans ce contexte, la fabrication du CSR (combustible solide de récupération – voir reportage) a ses avantages. Il permettrait d’éviter la mise en décharge de certains déchets et aussi, selon les cimentiers, de décarboner légèrement leur activité. « Il vaut mieux utiliser un combustible à base de déchets locaux que faire venir un charbon d’Asie ou d’Afrique du Sud », explique Stéphane Rutkowski, chef du département combustibles de substitution pour le Groupe Vicat.

Néanmoins, selon la loi de transition énergétique, la priorité est au recyclage avant la valorisation énergétique. Or, le CSR issu des refus de tri de la collecte sélective est essentiellement composé de plastique. D’une très « haute qualité », son pouvoir calorifique inférieur (PCI) est très important. Mais ce plastique ne pourrait-il pas être recyclé ? Idem pour les CSR issus des déchets d’ameublement, du bois, des matelas… Selon Sylvain Gollin, directeur délégué de Suez en région Méditerranée : « C’est bien le cas, la priorité est donné au ré-emploi, à la valorisation matière, puis énergétique ». (voir reportage)

Pour des associations de protection de l’environnement, comme Zero waste France, le CSR reste un déchet qu’on incinère et donc qui pollue l’atmosphère. La composition du CSR dépend de la source des déchets et pourrait contenir certains polluants, notamment issus de déchets d’équipements électroniques. L’ONG recommande de concentrer les efforts sur la filière recyclage.

CSR, comment transformer nos déchets en combustible

Un combustible gratuit ?

Un certain nombre de cimentiers se procurent ce combustible gratuitement. Certes, il y a eu un temps d’expérimentation pour mettre au point le combustible et évaluer son PCI. Mais aujourd’hui encore, selon Stéphane Rutkowski du Groupe Vicat, le contexte n’est pas favorable en France. « L‘offre de CSR est bien supérieure à la demande et il reste des progrès à faire sur la qualité. Quand les producteurs de CSR arriveront à sortir un produit d’une qualité constante par rapport au cahier des charges d’un cimentier, nous pourrons prendre des quantités beaucoup plus importantes et si la qualité est au rendez-vous, nous sommes prêt à payer pour cette qualité… ». Pour pérenniser cette filière industrielle, il faudrait pouvoir vendre entre 20 et 30 euros la tonne de CSR.

Un autre débouché est possible : coupler les centrales CSR à des unités de production de chaleur pour bénéficier des subventions de l’Ademe.(Source)

 

Étiquettes : , , ,

Quand des élus américains se plaignent que l’USAID et George Soros «fomentent des insurrections»

Quand des élus américains se plaignent que l'USAID et George Soros «fomentent des insurrections»
Avec l’Open Society, George Soros est accusé d’imposer ses opinions dans la société civile

Alors, une « Théorie du complot » comme diraient certains médias mainstreams ? Hé bien non, ce sont bien des faits .

Des membres du Congrès ont écrit au Secrétaire d’Etat Rex Tillerson pour qu’il mette fin à ce qu’ils estiment être une politique d’ingérence menée par l’USAID et Geroge Soros, en s’appuyant sur l’exemple de la Macédoine.

Le courrier envoyé le 14 mars par sept membres du Congrès des Etats-Unis au Secrétaire d’Etat Rex Tillerson, le responsable de la politique extérieur américaine, pourrait faire l’effet d’une bombe.

Les élus dénoncent, sous un vernis humanitaire, un système d’ingérence dans les affaires internes de la Macédoine de l’agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), qui s’appuie sur l’Open Society du sulfureux financier américano-hongrois George Soros.

Dans ce document, les membres du Congrès décrivent comment l’USAID a accordé des subventions à l’Open Society pour qu’elle mette en œuvre un agenda politique marqué très à gauche et déstabilise le gouvernement élu.

«Au cours des dernières années, la Mission américaine est activement intervenue dans les partis politiques macédoniens, elle a façonné ses médias et sa société civile, favorisant certains groupes au détriment d’autres», explique l’élu républicain Christopher Smith, un des signataires.

Le représentant du Texas Louie Gohmert affirme quant à lui que des parlementaires macédoniens lui ont confié que le gouvernement américain de la précédente administration s’était proposé de les aider, à la condition expresse qu’ils votent certaines lois, citant par exemple le mariage homosexuel. «Nous sommes en train d’essayer de forcer des pays à abandonner leurs croyances», affirme le représentant du Texas.

Un avis partagé en Macédoine, où les mouvements de la société civile pour dénoncer l’influence de l’USAID et de George Soros prennent de l’ampleur.

«Nous sommes témoins de la prise de contrôle de la totalité de la société civile et de son instrumentalisation [par l’USAID et l’Open Society]. C’est inacceptable et va bien au delà des principes de bases de ses organisations», a notamment déclaré le journaliste macédonien Nikola Srbov du média en ligne Kurir.

Si le petit Etat de l’ex-Yougoslavie et ses 2,1 millions d’habitants ont été pris pour cible, ce n’est évidemment pas le seul. L’Albanie voisine, pourtant membre de l’OTAN, a subi le même traitement de faveur selon les élus. Ils expliquent comment les experts de l’Open Society, financés par l’USAID, ont écrit la réforme judiciaire du pays qui donne le pouvoir judiciaire au Premier ministre de gauche, et déstabilise ainsi le gouvernement conservateur.

L’Amérique latine, l’Afrique, cibles de l’USAID et George Soros

Mais pour les signataires du courrier, dont fait partie le sénateur et ancien candidat à la présidentielle Ted Cruz, la Macédoine et l’Albanie ne sont qu’une fenêtre sur des maux bien plus profonds. «Il est troublant de constater que cette attitude est devenue un défaut pour beaucoup de nos ambassades, de l’USAID et de nos consulats à travers le monde», poursuit en effet le courrier.

Les élus notent qu’il est fréquent pour des dirigeants étrangers, citant sans plus de précisions des pays d’Amérique latine et d’Afrique, de se plaindre lors de leur visite à Washington que «les impôts des américains sont dépensés de façon contreproductive dans leurs pays respectifs».

Ils concluent leur courrier sans ambiguïté, estimant que les impôts des américains ne devraient pas servir à «fomenter des insurrections», et devraient au contraire «respecter la souveraineté nationale et la société civile».

 
 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le plus grand jour pour l’or depuis le Brexit, en dépit d’un contexte défavorable …

Malgré, du jour au lendemain : la victoire de Rutte aux Pays bas en dépit de la flambée des populismes en Europe, et les actions de la Fed, la BoJ, et la BoE qui ont expédiés les marchés actions mondiaux à des niveaux records, on pourrait être pardonné de ne pas remarquer que l’ or est en pleine progression (la plus grande depuis le Brexit) après la décision de Janet de relever les taux pour la 3ème fois en 11 ans – surpassant de loin les autres classes d’actifs.

Le dollar a continué à se faire pilonner la nuit alors que la Chine a resserré de façon inattendue sa politique …

 

L’Or est le grand gagnant (le WTI se mobilise également sur les talons de la chute du dollar)

 

Ceci est le plus grand jour pour l’or depuis le Brexit …

 

L’or est au-dessus de ses moyennes mobiles à 50 et 100 jours à 1225 $, et l’argent est au-dessus des 17 $ …

 

Aidé par le dollar et les nouvelles du vote sur le Brexit (le 1er en 8 mois) à la BoE, le cable (la livre, ndlr) est en pleine progression aussi …

Via Zero Hedge

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mars 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Les services secrets Britanniques ont espionné Trump pour le compte d’Obama !!!

Le juge Andrew Napolitano a déclaré sur Fox News que ce ne sont ni la NSA, ni la CIA, ni le FBI états-unien, qui ont espionné le candidat, puis le président élu Donald Trump, mais le GCHQ (Government Communications Headquarters) britannique.

Selon le juge Napolitano, le GCHQ transmettait les transcriptions des écoutes téléphoniques de la Trump Tower au président Obama qui les avait commandité.

L’administration Obama via le GCHQ, a trés bien pu utilisé un four micro-ondes pour espionner Trump , selon La conseillère de Trump (ne pas rire, lire iciici , ou encore ici par exemple)

Via Zero Hedge :

Alors que le président Obama a nié avec véhémence l’ émission d’ordres directs au ministère de la Justice ou d’autres organismes nationaux visant à surveiller le Président Trump lors de la campagne électorale 2016, il est de notoriété publique que l’Agence nationale de sécurité a la possibilité d’accéder à de la vidéo et à de l’ audio à partir de plusieurs appareils , et en en temps réel . En fait, selon Edward Snowden et documenté dans le récemment sorti film Snowden , les agences d’espionnage américaines peuvent simplement appuyer sur un bouton pour regarder ou écouter quoi que ce soit qui se passe dans une salle particulière en tournant les caméras et les micros d’un périphérique particulier. (cf par exemple Wikileaks « Year Zéro » : « Nous sommes dans 1984 de George Orwell », estime un ex-agent du MI5, ndlr)

Voici comment cela fonctionne :

La technologie existe, mais selon les spécialistes juridiques, il aurait été illégal de l’utiliser sur Donald Trump ou ses employés sans cause probables ni garantie indiquant des liens avec des organisations terroristes.

Mais alors que les agences d’espionnage domestiques comme la NSA et la CIA ne peuvent pas surveiller activement un citoyen sur le sol américain, il y a un moyen très pratique qui a été utilisé pendant plus d’une décennie pour accomplir cette tâche sans casser techniquement la loi.

Selon trois sources de renseignement qui ont parlé avec le juge Napolitano, c’est exactement ce que le président Obama a fait à l’époque, concernant le candidat Donald Trump :

Steve Watson d’Infowars.com explique :

Trois sources de renseignement distinctes croient que l’ancien président Obama a agi « en dehors de la chaîne de commandement» et a employé des agents de surveillance britanniques pour exercer une surveillance sur l’équipe de Donald Trump avant l’élection, selon un analyste juridique.

Le juge Andrew Napolitano a révélé sur «Fox & Friends » ce matin que les sources lui ont donné les détails au moment où l’affaire controversée continue à faire les gros titres.

« Trois sources de renseignement ont informé Fox News que le président Obama a agi en dehors de la chaîne de commandement », a déclaré Napolitano. « Il n’a pas utilisé la NSA, il n’a pas utilisé la CIA, il n’a pas utilisé le FBI, et il n’a pas utilisé le ministère de la Justice. »

« Il a utilisé le GCHQ.», A expliqué Napolitano.

« Que diable est le GCHQ ? Ce sont les initiales de l’agence d’espionnage britannique. Ils ont accès 24/24 h et 7/7 j à la base de données de la NSA. », A expliqué le juge.

Napolitano a noté que cela a été fait pour rendre le déni plausible. En d’autres termes, même si l’administration Obama a fait espionner Trump, il n’y aura jamais de moyen de le prouver.

« Donc, simplement en ayant deux personnes qui disent :« Si Le président Obama avait besoin de transcriptions de conversations impliquant le candidat Trump, et des conversations impliquant le président élu Trump, ‘il a été capable de le faire, et il n’y a pas d’empreintes digitales américaines sur cette affaire  » a ajouté Napolitano. Tout a été fait par des « étrangers ».

Le GCHQ est membre de l’accord des « Cinq yeux » constitué le 5 mars 1946 dans le prolongement de la Charte de l’Atlantique et de la victoire alliée.

Les liens entre le Royaume-Uni et l’administration Obama sont d’autant plus forts que Londres a financé le début de la campagne électorale présidentielle de Barack Obama. De nombreux membres de la première administration Obama avaient été choisis au sein de la Pilgrim’s Society, une très discrète association présidée par la reine Elisabeth II.

En 1974, le président Richard Nixon avait été contraint de démissionner lors du scandale du Watergate car il avait fait placer sur écoutes le quartier général de son rival démocrate.

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mars 2017 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Fillon, Le Pen, Macron : la justice protège-t-elle le gouvernement profond ?

Pourquoi et Comment les Sondages Fabriquent l’opinion publique et Favorisent certains candidats …

Pour la première fois de l’histoire de la Cinquième République, les trois candidats favoris (selon les sondages) de l’élection présidentielle “bénéficient” d’une mise en examen quelques semaines avant le scrutin. Mais chacun sous des formes différentes qui posent une vraie question sur la séparation des pouvoirs, garante de nos libertés fondamentales .

Pour la première fois de l’histoire de la Cinquième République, les trois candidats favoris (selon les sondages) de l’élection présidentielle “bénéficient” d’une mise en examen quelques semaines avant le scrutin. Mais chacun sous des formes différentes qui posent une vraie question sur la séparation des pouvoirs, garante de nos libertés fondamentales.

Les torpilles de la justice contre Marine Le Pen

Depuis plusieurs mois, Marine Le Pen est présentée, dans l’opinion publique, comme candidate assurée d’accéder au second tour. Très longtemps, un gimmick a occupé la scène parisienne: jamais elle ne pourrait gagner.

Les semaines passent, et ce gimmick laisse la place à des interrogations, et même à des doutes. Et si elle gagnait?

Curieusement, les soupçons d’emploi fictif au Parlement Européen, connus depuis deux ans (la saisine de l’OLAF date de 2015, tout de même), donnent lieu à une mise en examen… le 22 février, s’agissant de sa cheffe de cabinet, et à une convocation de la candidate à la présidentielle le 10 mars en vue d’une mise en examen. Soit six semaines avant le premier tour.

Bien entendu, il faut être complotiste pour imaginer que cet enchaînement de dates illustre une dérive politique de la justice.

Les torpilles contre François Fillon

Le 25 janvier, soit trois mois avant le scrutin, la presse révèle les sales manies de François Fillon avec l’argent de l’Assemblée Nationale. Dans les heures qui suivent, le Parquet National Financier se saisit du dossier. Avec une naïveté confondante, le candidat républicain se précipite dans la gueule du loup, en déclamant qu’il a confiance dans la justice de son pays, et en réclamant d’être jugé vite.

C’est dire le malentendu qui se noue alors. L’un est convaincu d’être parfaitement innocent. Les autres entament un tour d’engrenage qui débouche (c’était cousu de fil blanc) sur une mise en examen un mois avant le scrutin. Mais vous n’aviez rien vu venir les mecs ?

Ce faisant, on découvre qu’un François Fillon a pu être Premier Ministre pendant cinq ans (et ministre éminent à plusieurs reprises) sans soupçonner que la justice puisse être partiale ou instrumentalisée. On conclurait presque à la virginité de Sarkozy en matière d’intervention dans les affaires du Parquet. Ou alors François Fillon a été tenu très loin des dossiers sensibles pendant cette période.

Depuis le 25 janvier, la justice apparaît en tout cas comme un panier percé. François Fillon et ses proches ne peuvent pas dire un mot aux enquêteurs sans que le compte-rendu de leurs auditions ne se retrouvent dans la presse. Si la justice voulait vraiment “dépolitiser” son dossier, elle éviterait soigneusement ces fuites. Le fait que celles-ci soient immédiates et systématiques dissipe toute ambiguïté sur la vraie nature de l’enquête: il s’agit bien de charger un candidat donné favori il y a encore trois mois (et, à l’époque, sûr de gagner).

Les deux favoris déstabilisés

Curieusement, les deux candidats qui sont chargés dans cette barque sont ceux qui mettent le plus en danger les intérêts du gouvernement profond, c’est-à-dire tous ces capitalistes de connivence qui vivent peu ou prou grâce à l’intervention ou à la garantie de l’Etat, et qui voient avec terreur arriver en tête des sondages des candidatures qui promettent (sincèrement ou non) de rompre avec l’immobilisme de notre Titanic.

Marine Le Pen est, de longue date, leur épouvantail. Avec elle, il est acquis que l’appareil d’Etat changera de main. La candidate du Front National a suffisamment subi les avanies de ce système pour ne pas vouloir le frapper très fort, en son coeur. Son enracinement idéologique est à rebours de leurs croyances et de leurs valeurs. Même si, en façade, elle maintient un visage respectable sur les questions d’homophobie et autres, on voit bien que la divergence ne tardera pas à apparaître entre le fond traditionaliste incarné par sa nièce et les amuseurs publics comme Philippot dont une partie grandissante du parti demande la tête.

Le même soupçon de traditionalisme pèse d’ailleurs sur François Fillon. Ses liens avec la Manif pour tous sont régulièrement rappelés, comme une explication entre les lignes des malheurs qui lui arrivent. L’accusation est d’ailleurs injuste, puisque François Fillon est entouré par une clique de technocrates qui rédigent ses notes et ne manquent jamais une occasion d’affadir son programme, chaque fois qu’ils le peuvent. Son intention de procéder à une baisse réelle des dépenses publiques inquiète forcément tous ceux qui se gavent aujourd’hui avec force subventions et “aides à la presse”.

Deux hypothèses sur les affaires et la justice

Il y a donc deux hypothèses, deux lectures possibles de l’attitude de la justice.

L’une, angélique, béate, explique que la justice est indépendante et qu’elle fait simplement son travail. On ne peut voir malice dans ces enchaînements troublants de circonstance sans être complotiste ou pré-fasciste, voire nostalgique de Vichy et de Nuremberg réunis.

L’autre interroge. Elle s’étonne que l’autorité judiciaire intervienne avec une telle célérité et une telle nervosité dans le débat de la présidentielle. Elle est encore plus troublée au vu des fuites constantes de la justice, alors que l’enquête est réputée secrète. Tout ceci apparaît comme une opération téléguidée qui utilise la justice pour orienter le débat politique.

L’étonnant positionnement de la justice vis-à-vis d’Emmanuel Macron

Comme nous l’avions annoncé (avec une marge d’erreur d’une journée), la justice a bien ouvert une enquête préliminaire visant Emmanuel Macron le 14 mars. Mais… surprise, ce n’est pas sur son patrimoine, qui pose quand même de sacrés problèmes. C’est sur une affaire mineure d’événements à trois francs six sous organisé sans appel d’offres lorsqu’il était ministre. Cette fameuse French Tech Night avait d’ailleurs fait l’objet d’une interpellation de la part de l’association Anticor… créée par le juge Halphen, soutien affiché d’Emmanuel Macron, et par Séverine Tessier, ancien collaboratrice parlementaire socialiste.

Et le patrimoine d’Emmanuel Macron alors? Anticor ne juge pas utile que le parquet financier s’en saisisse. Pour cette association dont Christiane Taubira fut parraine, le dossier relève seulement de la Haute Autorité de la Transparence de la Vie Publique, dont l’inefficacité est désormais bien connue.

Deux poids deux mesures? oui, bien sûr. Anticor joue ici le rôle d’écran de fumée. On fait croire qu’Emmanuel Macron aussi est passé au crible. Mais le jeu est pipé et tout est fait pour qu’il soit blanchi.

On peut d’ailleurs dire le résultat des courses dès aujourd’hui: dans trois semaines, la Haute Autorité rendra son verdict sur le patrimoine de Macron et dira que tout va bien. Et, selon les sondages, le parquet classera l’affaire de la French Night Tech avant le premier tour si Macron est en difficulté, entre les deux tours s’il est donné en position confortable.

Y a-t-il un flash totalitaire en France?

Bien entendu, la France n’est pas une République bananière. 99% des décisions judiciaires sont prises de façon indépendante. Ce qui gêne, c’est le 1% manquant. Ce 1% là encore n’est pas systématiquement biaisé. En revanche, la raison d’Etat se réserve le droit de modifier le cours des décisions concernant ce résidu pour orienter l’opinion sur la courbe qu’elle lui souhaite voir prendre.

C’est ce qu’on appelle un flash totalitaire. L’opinion publique ne supporterait pas de vivre plusieurs mois sous ce régime. En revanche, comme une pasteurisation, le gouvernement profond n’hésite pas à produire des flashs totalitaires où, de façon “chirurgicale” comme on disait lors de la guerre en Irak, l’Etat de droit est violé pendant quelques heures pour remettre l’âne en marche.

Que ces flashs totalitaires se répètent aussi fréquemment depuis quelques semaines en dit long sur la déliquescence du régime.(source)
 
 

Étiquettes : , , , , ,

La carte des États-Unis Rebaptisée avec les pays ayant un PIB similaires – les pays les plus riches du monde

L’économie américaine est si grande que chaque état individuel est comparable à un pays entier .

Sans surprise – Les grands Etats comme la Californie, New York, et le Texas sont très similaires en taille à d’autres économies de 1 ère classe, comme la France, la Corée du Sud et le Canada.

Peut-être encore plus intéressant, cependant, est que même de petits états sont similaires à la taille de certains pays.

Le Wisconsin est de la taille de la Malaisie, et la Louisiane est comparable aux Philippines. Même le Vermont, un état avec une population de 626.000 personnes et la plus petite économie US,  est à peu près la taille de Bahreïn.

 

PIB.PNG

Classement PIB : les pays les plus riches du monde

La France conservera son rang de sixième puissance économique mondiale en 2016. Selon le Fonds monétaire international (FMI), l’Hexagone restera derrière le Royaume-Uni, qui l’avait détrôné en 2014, et dont le PIB en 2016 s’élèvera à 3 055 milliards d’euros. C’est 567 milliards de plus que le PIB français qui, lui, plafonnera à 2 488 milliards d’euros.

Statu quo également pour les Etats-Unis, qui campent en 2016 à la première place du palmarès des pays les plus riches du monde. Le PIB des USA en dollars courants s’élèvera à 17 968 milliards, un chiffre en progression de 4% sur douze mois. Et selon les prévisions du FMI, ils conserveront en 2016 leur avance sur la Chine, deuxième du classement avec un PIB de 11 385 milliards de dollars.

Mais si l’on prend en compte le PIB exprimé en parité de pouvoir d’achat (PPA), un outil qui mesure le pouvoir d’achat des monnaies par rapport à un panier de produits, la Chine s’imposera comme la première puissance économique mondiale en 2016, avec un PIB de 20 986 milliards de dollars. Pour la troisième année consécutive, et c’était une première en 2014, l’empire du Milieu dépassera les Etats-Unis, dont le PIB en PPA s’élèvera à 18 698 milliards de dollars en 2016.

Les pays au plus gros PIB (estimations 2016, prix courants)
Rang Pays PIB 2016 (milliards $) PIB 2015 (milliards $) Evolution
1 Etats-Unis 18 698 17 968  +4%
2 Chine 12 254 11 385  +8%
3 Japon 4 171 4 116  +1%
4 Allemagne 3 473 3 371  +3%
5 Royaume-Uni 3 055 2 865  +7%
6 France 2 488 2 423  +3%
7 Inde 2 385 2 183  +9%
8 Italie 1 868 1 819  +3%
9 Brésil 1 673 1 800  -7%
10 Canada 1 592 1 573  +1%
11 Corée du Sud 1 450 1 393  +4%
12 Espagne 1 265 1 221  +4%
13 Australie 1 253 1 241  +1%
14 Mexique 1 187 1 161  +2%
15 Russie 1 179 1 236  -5%
16 Indonésie 876 873  0%
17 Pays-Bas 783 751  +4%
18 Turquie 721 722  0%
19 Suisse 688 677  +2%
20 Arabie Saoudite 643 632  +2%
21 Argentine 579 579 0%
22 Taïwan 540 519 +4%
23 Pologne 509 481 +6%
24 Suède 499 484 +3%
25 Nigeria 485 493 -2%
26 Belgique 474 459 +3%
27 Iran 416 397 +5%
28 Norvège 395 398 -1%
29 Thaïlande 393 374 +5%
30 Autriche 386 373 +4%
Source : FMI

Cette année, la Chine conservera sa deuxième place, avec un PIB 2016 en hausse de 8% par rapport à 2015, selon les estimations de l’organisation. A noter que l’écart entre le pays de l’oncle Sam et l’empire du Milieu se réduira : 6 444 milliards de dollars les sépareront en 2016 contre 6 583 milliards un an plus tôt.

Le Japon ne descendra pas de la troisième marche du podium, avec un PIB 2016 qui restera largement inférieur à celui qu’enregistre son voisin asiatique. Derrière l’Archipel, l’Allemagne qui s’arroge de nouveau le 4e rang. Fort d’un produit intérieur brut de plus de 3 milliards de dollars en 2016 (+7% sur un an), le Royaume-Uni reste devant l’Hexagone, malgré la hausse attendue de 3% du PIB de la France.

Parmi les 20 pays les plus riches du monde en 2016, l’Inde enregistrera la plus forte augmentation de son PIB, selon le FMI : +9%, à 2 385 milliards de dollars. Son classement restera cependant inchangé.

PIB par habitant

Seule évolution notable dans le classement des nations au plus gros PIB par habitant : la Norvège, dont le produit intérieur brut par tête 2016 est estimé à 74 903 dollars par le FMI, qui ravit la troisième place au Qatar. Si le PIB par Norvégien devrait reculer de 2%, les Qataris enregistrent un recul encore plus important (-6%), à 73 725 dollars par habitant en 2016.

A noter également que l’Irlande (12e) perd 3 places au palmarès des nations au plus fort PIB par habitant. Même constat pour l’Australie, classée 7e l’année précédente, et qui descend sur la 10e marche en 2016.

Les pays au plus gros PIB par habitant (estimations 2016, prix courants)
Rang Pays PIB 2016 par habitant ($) PIB 2015 par habitant ($) Evolution
1 Luxembourg 106 729 103 187 +3%
2 Suisse 82 968 82 178 +1%
3 Norvège 74 903 76 266 -2%
4 Qatar 73 725 78 829 -6%
5 Etats-Unis 57 766 55 904 +3%
6 Singapour 55 509 53 224 +4%
7 Islande 53 750 51 068 +5%
8 Danemark 53 281 51 424 +4%
9 Irlande 51 293 48 940 +5%
10 Australie 51 257 51 642 -1%
11 San Marin 50 260 49 139 +2%
12 Suède 49 783 48 966 +2%
13 Royaume-Uni 46 720 44 118 +6%
14 Pays-Bas 46 028 44 333 +4%
15 Autriche 44 944 43 547 +3%
16 Canada 44 095 43 935 +0%
17 Hong Kong 43 792 42 097 +4%
18 Finlande 43 115 42 159 +2%
19 Allemagne 42 388 41 267 +3%
20 Belgique 41 412 40 456 +2%
21 France 38 575 37 728 +2%
22 Israël 36 663 35 702 +3%
23 Emirats arabes unis 36 142 35 392 +2%
24 Nouvelle-Zélande 35 570 36 963 -4%
25 Japon 33 010 32 481 +2%
26 Italie 30 541 29 847 +2%
27 Koweït 30 426 29 983 +1%
28 Corée du Sud 28 525 27 513 +4%
29 Brunei 27 818 27 759 +0%
30 Espagne 27 309 26 327 +4%
Source : FMI

Définition du PIB (produit intérieur brut) : le PIB est la somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises (nationales ou internationales) situées sur le territoire. A ne pas confondre avec le PNB (produit national brut), qui comptabilise toutes les activités (biens et services) produits sur un territoire.

 
1 commentaire

Publié par le 16 mars 2017 dans économie, général, Insolite, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :