RSS

Les services secrets britanniques volent au secours des élections libres…

13 Mar
Résultat de recherche d'images pour "GCHQ advises British political parties how to withstand attacks from russian cyber"

L’agence centrale britannique pour le renseignement électronique (GCHQ) a apporté sa pierre aux alertes quasi-quotidiennes qui accusent des pirates « étrangers » de saboter les processus électoraux.

Les espions du GCHQ ont mis en garde les partis politiques sur la menace que les pirates informatiques russes posent à la démocratie.

Des séminaires seront organisés pour sensibiliser les politiciens sur la menace du Kremlin après que ses espions ont été accusés de mener des cyber-attaques pour falsifier les élections US et allemandes .

Ciaran Martin, chef de la direction du Centre national de cybersécurité du GCHQ (NCSC), a écrit aux dirigeants de tous les principaux partis politiques pour offrir des conseils sur la façon de résister à ces attaques, selon le Sunday Times

Les services secrets britanniques volent au secours des élections libres…

Les scrutin néerlandais, français, puis allemand sont dans le viseur des hackers, ne cessent de répéter les différentes agences de contre-espionnage occidentales, relayées par les médias.

L’exemple systématiquement cité est la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Selon les services américains, c’est la Russie, nommément citée, qui aurait agi en coulisses en piratant le site des Démocrates et en répandant des fausses nouvelles, pour assurer la défaite de cette dernière. Aucune preuve ne peut être apportée, mais les présomptions suffisent, semble-t-il…

Selon le journal britannique The Sunday Times, le GCHQ considère désormais la protection des scrutins comme une « priorité ». Le Centre national de sécurité cybernétique a donc proposé aux différents partis de les aider à renforcer leur protection informatique.

Le GCHQ est particulièrement bien placé, tant du point de vue moral que technique, pour se poser en défenseur des pauvres victimes de piratage : il fait partie des cinq agences de renseignement, autour de la NSA américaine, dont les agissements avaient été dévoilés par les révélations « Snowden ». On avait alors découvert l’ampleur de la surveillance de masse que les services anglo-saxons pratiquaient sur la planète entière. Le téléphone portable d’Angela Merkel n’avait même pas été épargné.

Le GCHQ est particulièrement bien placé pour se poser en défenseur des pauvres victimes de piratage

On peut en revanche s’interroger sur le moment choisi par les espions anglais pour alerter. Car, a priori, aucun scrutin ne se profile prochainement au Royaume-Uni. Pour le Brexit, c’est trop tard : les électeurs britanniques, pardon, les autorités russes ont déjà sévi. A moins que ces dernières ne veuillent déjà préparer l’indépendance de l’Ecosse ?

Publicités
 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :