RSS

La Bundesbank craint une explosion de l’euro , la France est le malade de l’Europe, Draghi « ne voit plus d’urgence à Prendre de nouvelles mesures » ….

09 Mar

Nous arrivons à la fin de cette Europe, comme je le rapporte régulièrement (cf dernièrement ce papier : Dettes impayables et crise financière existentielle pour l’Europe (Les Pays-Bas enquêtent sur la possibilité d’abandonner l’euro

Autre preuve de ce mouvement en cours, la Bundesbank accélère dernièrement le rapatriement de ses réserves d’or, les deuxièmes au monde. 

De plus, après avoir admis pour la 1ère fois qu’un pays peut sortir de l’euro en expliquant la modalite –  « Tout pays quittant la zone euro devrait solder son compte » avait-t-il affirmé dans une lettre à deux députés européens italiens – Draghi « ne voit plus d’urgence à Prendre de nouvelles mesures » .

Enfin , Apres les PIGSS, c’est maintenant au tour de la  la France d’etre le malade de l’Europe . Nous serons surement ceux qui feront exploser l’Euro et cette Europe, aprés les élections de  2017 . J’avais mentionné que la fin de la zone euro est inéluctable…et imminente ainsi que que les «vrais coûts » de la sortie de l’euro pour la France . 

Rappelez vous aussi que Alors que Marine Le Pen est au plus haut dans les sondages – le risque sur le CAC 40 ainsi que le risque de crédit Français … explosent :

Alors que Marine Le Pen est au plus haut dans les sondages (elle fait toujours la course en tête et accentue son avance au premier tour) l’incertitude règne sur les marchés, notamment le notre ici en France . Le marché inquiet « price » la montée en puissance de Le Pen comme étant un risque – à l’approche de l’élection . La montée des « populismes » effraye .

Donc pour commencer , la banque centrale allemande, qui a déjà rapatrié 583 tonnes d’or de New-York et Paris l’an dernier, se donne jusqu‘à la fin de l’année pour réunir la moitié des réserves du pays à Francfort d’ici la fin de l’année, soit avec trois ans d’avance sur le calendrier qu’elle s‘était fixé

Charles SANNAT résume : La Banque centrale allemande accélère le rapatriement de son or car elle craint une explosion de l’euro !!

C’est un nouveau signal d’alerte qui vient s’ajouter à tous les autres.

C’est un nouveau signal « faible », un nouvel indicateur d’un tsunami qui va vous déferler dessus sans que l’immense majorité ne le voit arriver ou ne veuille le sentir.

Ne soyez pas de ceux-là.

L’euro ne marche pas. C’est une simple constatation.

Quelque chose qui ne marche pas meurt.

L’euro va mourir et son agonie a en réalité déjà commencé.

Les Pays-Bas ont lancé une enquête pour savoir s’ils devaient sortir de l’euro et si oui, « comment » ! L’important, dans cette question néerlandaise, n’est pas de savoir s’ils doivent en sortir, l’important dans leur question bien habillée c’est évidemment le « comment » !!

En France, les partis « europhobes » comme l’on dit ont le vent en poupe et c’est ce dernier point qui est mis en avant par l’Allemagne pour justement hâter le rapatriement de son or.

Aux États-Unis, Trump l’a emporté, déjouant tous les pronostics et toutes les propagandes. Il a entamé un combat à mort avec les mondialistes qui veulent annihiler les nations.

Partout, les souverainistes se lèvent pour refuser de disparaître dans le maelström globaliste qui encense les différences pour mieux, en réalité, les laminer afin de servir les intérêts du totalitarisme marchand.

Les pays, les nations, sont le dernier rempart protecteur de peuples laissés depuis bien trop longtemps à l’abandon par des élites coupables de trahison, de compromission, de corruption.

Dans ce combat à mort qui s’est ouvert, il y aura des victimes collatérales et la monnaie européenne a de très fortes chances d’en faire partie.

Voici ce qu’en dit l’Agence Reuters.

La Bundesbank accélère le rapatriement de ses réserves d’or, les deuxièmes au monde.

« La banque centrale allemande, qui a déjà rapatrié 583 tonnes d’or de New-York et Paris l’an dernier, se donne jusqu‘à la fin de l’année pour réunir la moitié des réserves du pays à Francfort d’ici la fin de l’année, soit avec trois ans d’avance sur le calendrier qu’elle s‘était fixé.

Rien à voir avec Donald Trump, a précisé la Bundesbank. D’ailleurs l’autre moitié de ses réserves restera stockée à New-York (1 236 tonnes) et à Londres (432 tonnes).

Ce qui inquiéterait la banque, c’est le risque d’explosion de la zone euro, si des partis europhobes accèdent au pouvoir en France et en Italie »…

Commencez-vous donc à comprendre ?

L’Allemagne, la première économie de la zone euro, se prépare clairement et sans aucun doute à l’explosion de la zone euro.

Cette information, parfaitement officielle et peu médiatisée, devrait vous faire réagir.

Peu importe évidemment les résultats des élections françaises. On peut même penser que le « front républicain » aura, comme à chaque fois, raison du « danger » Le Pen. L’Allemagne se prépare à l’explosion de l’euro parce que quoi qu’il arrive, l’euro explosera.

La seule question c’est comment.

L’or ne sert à rien mais on le rapatrie tout de même et vite de préférence !

L’Allemagne occupée a stocké pendant la guerre froide 98 % de son or en France, en Angleterre et aux États-Unis. Officiellement, il fallait abriter les réserves d’or allemandes loin des griffes russes.

Officieusement, les Allemands avaient été priés de nous confier leur or… à nous, les trois puissances occupantes. Bref, aujourd’hui, l’Allemagne reprend son or, et vite.

On vous l’a déjà assez dit. L’or est une relique barbare qui ne sert à rien. Courez vers les Bitcoins-coins qui montent, qui montent, encore et encore, mais n’oubliez pas que la Bundesbank n’achète pas de Bitcoins, elle rapatrie des tonnes d’or, de métal précieux, celui qui depuis 6 000 ans sert de monnaie à l’humanité.

Je vous invite à profiter de ces quelques jours ou semaines de calme relatif pour vous couvrir en or, et vous couvrir d’or. Nous sommes sans doute sur le dernier bon point d’entrée.

Vous savez quoi faire.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

D’autre part, L’euro monte, et les taux du Bund explosent, car Draghi « ne voit plus d’urgence à Prendre de nouvelles mesures »,ce qui montre à mon sens que la BCE sera bientôt démantelée, car elle devient « inutile » . (cf Fin de l’Euro : Mario Draghi valide et l’élite Européenne en panique entame « le Processus » à Davos)

Le Président de la BCE Draghi a déclaré que le «balance des risques concernant la croissance s’est améliorée » et a noté que la BCE avait « retiré les références signalant un sentiment d’urgence. » Ceci , combiné avec la suppression des références à l’utilisation de tous les instruments a suscité la montée de l’EURO et une faiblesse du Bund :

Et à la suite de commentaires de Draghi, le bund a commencé à dégringoler …

Le tout Alors que fin d’année passée la  BCE craignait une forte instabilité financière d’ici 2018 :

la BCE semble avoir réévalué les risques pesant sur la stabilité économique de l’Union européenne pour les deux prochaines années, et le moins qu’on puisse dire c’est que le résultat n’est pas très encourageant.

Il faut dire qu’en plus de prendre de court tous les pronostics qui avaient la faveur des médias depuis plusieurs mois, l’élection de Donald Trump a créé de facto une certaine incertitude quant à l’évolution de la politique économique aux États-Unis. Pour la BCE, cela pourrait avoir des conséquences sur l’économie même de la zone euro, notamment à travers un changement possible des échanges commerciaux avec les USA, mais aussi en raison d’une probable hausse des taux d’intérêt de la FED. La banque centrale craint aussi que les marchés financiers anticipent un peu trop rapidement une future inflation américaine, avec des effets de bord préjudiciables à la monnaie unique.

Pendant ce temps, Voici 8 graphiques montrant que la France est le malade de l’Europe :

C’est un article de Patrick Scott du Telegraph, publié le 6 mars 2017, et qui, ne serait-ce que par son titre, fait froid dans le dos. Enfin, rien ne vous étonnera vraiment dans ce titre. Je parle de notre petite communauté d’impertinents qui refusent encore et toujours, tel le petit village gaulois d’Armorique, de céder à l’ennemi « déni ».

Oui la France est malade, et même l’homme malade de l’Europe. D’ailleurs, il y a peu de chances que l’euro survive à une éventuelle sortie de la France de la monnaie unique, et il y a tout aussi peu de chances que l’Allemagne se laisse entraîner vers le fond des profondeurs par la France, l’Italie, et tous les autres pays en difficultés.

Voilà ce qu’en dit le Telegraph dans cet article consacré à notre pays mis en graphiques !

« Avec une dette élevée, une faible croissance et d’énormes dépenses publiques, l’économie française a grandement besoin d’un électrochoc.

À en croire les sondages d’opinion actuels, le pays pourrait bien le recevoir bientôt, alors que la France est à l’aube de prendre une décision historique à l’occasion du vote du premier tour de la présidentielle qui aura lieu le mois prochain.

Aucun des deux favoris pour le second tour, Marine Le Pen du Front National et Emmanuel Macron d’En Marche !, ne représentent la classe politique traditionnelle en matière de gouvernance, même si ces deux candidats proposent des visions extrêmement différentes pour la France.

D’un côté, Le Pen promet de brider l’immigration et de retirer la France de l’Union européenne, tandis que Macron souhaite davantage voir vers l’extérieur en abaissant les impôts des sociétés françaises.

Les deux candidats souhaitent secouer le cocotier de l’establishment français et sortir l’économie moribonde du pays de sa torpeur actuelle. Mais que se passe-t-il vraiment avec l’économie française ? »

Ci-dessous, la dette française en pourcentage du PIB. Nous allons bientôt rejoindre l’Italie et le club des endettés à plus de 100 % du PIB. En cas de hausses des taux, c’est la mort financière assurée.

Voilà l’analyse du Telegraph :

« Dette publique, faible croissance et structures étatiques démesurées

Les problèmes de dette publique des pays européens sont bien connus mais il est facile de croire que des pays à la stature internationale comme la France ont des problèmes de dette moindres que d’autres pays comme la Grèce.

Cependant, la dette publique française a augmenté de façon dramatique durant ces huit dernières années, à tel point qu’elle approche les 100 % du PIB. Ce qui place la France dans le top 6 des pays les plus endettés de l’Union européenne (dette/PIB).

Il est difficile d’envisager comment la France sera capable de se désendetter vu ses niveaux actuels de dépenses.

Le secteur public du pays est énorme, les dernières estimations d’Eurostat indiquant que les dépenses du gouvernement représentaient 57 % du PIB en 2015. Un record que la France partage avec la Finlande.

Dans les 28 pays de l’Union, la moyenne est inférieure de 10 %, à 47,3 % du PIB »

La France se trouve également en mauvaise posture au classement de la croissance, les dernières statistiques d’Eurostat montrant une croissance de 1,3 % en 2015, un chiffre bien inférieur à celui du Royaume-Uni (2,2 %), ou encore de l’Allemagne (1,7 %).

La croissance moyenne dans les 28 pays de l’UE fut de 2,2 % en 2015.

La croissance de 0,6 % enregistrée en France en 2014 était également bien en deçà de celle du reste de l’Europe, avec une moyenne de 1,6 % dans l’UE.

Un sale temps pour les travailleurs et les employeurs

La France est tristement célèbre pour son code du travail compliqué, les travailleurs français bénéficiant d’un nombre significatif de protections supplémentaires par rapport aux autres pays européens.

Les CDI sont devenus une denrée rare en France, les sociétés étant peu désireuses d’en proposer en raison des droits étendus qu’ils confèrent aux salariés. Ce qui a débouché sur un nombre très élevé de contrats temporaires, de nombreux salariés travaillant de mois en mois.

Les grèves sont également très fréquentes. L’année dernière, les plus sérieuses ont concerné les contrôleurs aériens ainsi que les travailleurs du secteur pétrolier.

Les estimations de l’Institut européen des syndicats (European Trade Union Institute) montrent que la France a perdu 149 jours de travail par 1 000 travailleurs entre 2009 et 2015, soit le taux européen le plus élevé derrière Chypre.

Il faut aussi ajouter à cela la hausse du chômage en France, les derniers chiffres l’ayant fixé à 9,7 % au T3 2016.

Même s’il est légèrement en baisse par rapport au même trimestre de 2015, le chômage reste plus élevé que durant n’importe quelle période antérieure à la crise financière, avec un niveau particulièrement élevé du chômage des jeunes.

Des signes d’avertissement sur les marchés financiers

Les incertitudes concernant le futur politique de la France, qui s’ajoutent à sa performance économique, ont poussé durant ces derniers mois les investisseurs à percevoir le pays en tant que pari de plus en plus risqué.

On peut le constater en observant l’écart de rendement entre les obligations françaises et allemandes.

L’Allemagne est considérée comme la référence en termes de rendement obligataire, l’ancre de stabilité à laquelle les autres pays peuvent se comparer.


Les taux des obligations à 10 ans de la France sont systématiquement plus élevés que ceux de l’Allemagne depuis un moment, mais depuis quelques jours, l’écart ne fait que se creuser. Et avec la décision d’Alain Juppé ne pas remplacer, éventuellement, François Fillon, au cœur d’un scandale, dans la course à la présidentielle, il pourrait encore se creuser davantage dans les jours à venir.

Les taux augmentent en raison de la baisse de la valeur des obligations françaises. Cela signifie qu’il est plus difficile pour la France d’emprunter de l’argent. (…)

La performance du CAC 40 est également une source d’inquiétude

Même si le marché s’est redressé durant ces derniers mois, il est toujours loin de son record atteint en 2015. Il est probable que cette instabilité se prolonge dans les mois suivant l’élection présidentielle.

La France est un pays à l’aube d’un tremblement de terre historique en termes politiques et économiques ; en ce qui concerne l’économie, ce changement n’a déjà que trop tardé.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Il existe une  inquiétudes post élections en France comme je le rapportait cette semaine, La montée de Le Pen fait peur aux marchés  .  Marine Le Pen présidente provoquerait un « défaut de paiement majeur sur la dette française »… et un Armageddon financier mondial …

L’euro a effacé ses gains antérieurs et les obligations allemandes ont augmenté après que l’ancien Premier ministre Alain Juppé ait déclaré qu’il n’interviendrait pas pour remplacer François Fillon lors de la frénétique élection présidentielle ici en France .  

Les spreads de crédit se creusent et les titres européens glissent . Les futures sur le Bund ont atteint des sommets quand Juppé s’est exprimé . 

Le spread du 10 ans Franco-Allemand s’est creusé (L’écart de rendement entre les emprunts d’Etat à 10 ans français et allemands), le risque en France s’amplifie : 

Advertisements
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :