RSS

Archives du 9 mars 2017

Les incroyables bienfaits nutritionnels d’une micro-algue : la spiruline…

Un super aliment, cultivé maintenant dans de bonnes conditions et, sans pesticides. À acheter en France, le séchage à basse température sur claies permet de préserver le goût et les nutriments de la spiruline, quand les productions industrielles en Asie ou aux Etats-Unis emploient majoritairement un séchage par atomisation à haute température.

Grande alliée des sportifs et des végétariens, la spiruline conquiert un public sans cesse plus large. Exceptionnellement riche en protéines et autres nutriments, la spiruline offre de nombreux bienfaits pour la santé. “Que ton aliment soit ta seule médecine”, disait Hippocrate… Un adage qui semble approprié pour décrire les vertus de ce superaliment encore inégalé.

La spiruline : une micro-algue aux origines ancestrales

Parmi environ 1 500 espèces d’algues bleues qui peuplent nos océans, 36 sont comestibles. La principale espèce utilisée pour fabriquer des compléments alimentaires est l’Arthrospira platensis, parfois appelée à tort Spirulina platensis.

La spiruline – ainsi nommée en raison de sa forme spiralée caractéristique – est une micro-algue bactérienne d’un dixième de millimètre, identifiable par sa couleur bleu-vert. Cette espèce appartient au phytoplancton, ensemble des végétaux marins microscopiques, invisibles à l’oeil nu, que l’on retrouve dans les océans.

L’histoire de la spiruline remonte à l’origine de la vie sur terre. Apparue il y a plus de trois milliards d’années, la spiruline est l’un des premiers micro-organismes au monde à avoir réalisé la photosynthèse, grâce à la chlorophylle qu’elle a la capacité de produire. Elle se développe dans les eaux chaudes, riches en nutriments et peu profondes des zones tropicales et semi-­tropicales, là où la luminosité est importante.

Aujourd’hui cultivée et commercialisée dans le monde entier en tant que complément alimentaire, la spiruline était déjà consommée par les Aztèques au XIe siècle qui la cultivait dans les lagunes saumâtres sur lesquelles s’est bâtie la grande cité de Tenochtitlán.

La spiruline : un superaliment unique

La spiruline contient des éléments hautement biodisponibles – c’est à dire aisément assimilables par l’organisme, sans perte au cours de la digestion.

Riche en protéines végétales complètes, en acides aminés et acides gras Oméga 6 essentiels, en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines, elle constitue un superaliment ou alicament[1] extrêmement riche en nutriments.

D’après la base de données du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), qui fait référence, 100 g de spiruline apportent en moyenne :

Nutriment Quantité pour 100 g Remarques
Protéines 57,5 g
Fibres 3,6 g
Calcium 120 mg
Fer 28,5 mg 1,2 mg dans la viande rouge
Calcium 120 mg 125 mg dans le lait
Magnésium 195 mg
Phosphore 118 mg
Potassium 1363 mg
Sodium 1048 mg
Zinc 2 mg
Vitamine C 10 g
Vitamine A 29 µg
Vitamine K 25,5 µg
Vitamine E 5 mg
Vitamine B1 2,38 mg
Vitamine B2 3,67 mg
Vitamine B3 12,82 mg
Vitamine B6 0,36 mg
Vitamine B12 de 0,08 mg à 0,30 mg Apport faible et controversé, source non USDA

La spiruline contient également de la SOD (superoxyde dismutase) : c’est un des plus puissants antioxydants connus et utilisés dans la lutte contre les maladies virales, au premier chef l’hépatite C. La spiruline, n’ayant pas de membrane cellulosique, sa SOD est parfaitement assimilée par notre organisme contrairement aux SOD d’origine strictement végétale.

La spiruline : des propriétés nutritionnelles étonnantes

En 2008, une étude de Current Pharmaceutical Biotechnology – journal de référence en biotechnologies – a décrit cette petite algue bactérienne comme “la source la plus riche et la plus complète de nutrition dans la nature”.
Elle est reconnue par de nombreux organismes internationaux (FAO, OMS, UNESCO, FDA) comme “l’aliment de santé supérieur du 21e siècle” ou encore comme un “supplément nutritionnel de premier ordre”.

Antioxydant, antiviral, anticancéreux, anti-inflammatoire, antiallergique, antidiabétique… La spiruline comporte de nombreuses propriétés :

  • Son pigment bleu, la phycocyanine , que l’on ne retrouve dans aucun autre aliment, lui confère des propriétés immunostimulantes, antioxydantes et détoxifiantes (elle élimine du corps les métaux lourds).
  • Elle contient de la superoxyde dismutase, une enzyme qui détruit les radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire.
  • Elle est un des rares aliments (avec le lait maternel et l’huile de bourrache) à détenir de l’acide di-homo gamma linolénique ( un acide gras essentiel Oméga 6 ) important dans l’équilibre immunitaire.
  • La spiruline contient également des glucides spécifiques : les polysaccharides qui composent l’enveloppe de la spiruline, dont l’activité immunostimulante a été prouvée.
  • Sa richesse en tryptophane lui confère un effet coupe-faim, idéal dans le cadre d’un régime alimentaire.

La spiruline : une plante économe en eau et en espace de culture

La production de spiruline ne nécessite ni traitement, ni cuisson et n’entraîne aucune pollution. Aujourd’hui, elle se cultive artificiellement dans des bassins sous serre qui nécessitent chaleur, ombrage et systèmes d’agitation (pour ne prendre de coup de soleil) par roues à aubes ou par pompes, mais aussi une eau alcaline et légèrement salée.

Même avec ces contraintes, la spiruline possède un pouvoir nutritif par mètre carré largement supérieur à n’importe quel autre aliment. Elle se cultive sans aucun pesticide.

Compte tenu de sa forte productivité naturelle, la spiruline nécessite peu d’espace de culture : 30 fois moins de surface que le soja, 40 fois moins que le maïs et 300 fois moins que la viande de boeuf !

La spiruline présente également l’avantage de diminuer drastiquement la consommation d’eau douce liée à la culture des plantes fourragères et à l’hydratation du bétail. Elle nécessite beaucoup moins d’eau par kg de protéine que tout autre aliment :

  • 3 fois moins que pour le soja,
  • 6 fois moins que pour le maïs,
  • 50 fois moins que pour la viande de bœuf.

La production de spiruline est également la moins coûteuse en énergie (énergie solaire et énergie apportée). Le rendement énergétique (énergie produite en kg / énergie consommée par kg) est :

  • 5 fois supérieur à celui du soja,
  • 2 fois à celui du maïs et
  • 150 fois à celui de la viande de bœuf.

Comment consommer la spiruline ?

Une consommation quotidienne de spiruline pour une efficacité maximale
Il est possible de consommer la spiruline en cure d’1 à 3 mois, ou encore tout au long de l’année. En moyenne, on recommande une dose journalière d’une cuillère à café bombée, soit environ 3 grammes de spiruline.

Ainsi, un sachet de 100g de spiruline -d’un coût de 15 euros environ- convient pour environ 1 mois de consommation.

Les 5 premiers jours de cure, pensez à prendre une demi-cuillère à café seulement par jour, afin de laisser le temps au corps de s’adapter aux effets de la spiruline. Une consommation importante et brutale peut en effet être responsable de migraines et de troubles digestifs.

Pour les comprimés, consommer trois comprimés par jour pendant les cinq premiers jours, puis six à dix comprimés par jour.

L’absorption de la spiruline est triplée lorsqu’on l’associe à de la Vitamine C. Par conséquent, il est conseillé d’accompagner votre consommation quotidienne de spiruline d’un fruit ou d’un jus de fruits frais, afin d’améliorer la fixation du fer.

Son goût nature n’étant pas très agréable, il est préférable de consommer la spiruline en accompagnement d’autres aliments: fruits frais, légumes, féculents…

Disponible en poudre ou en paillettes, il est possible d’avaler la spiruline sans la mâcher, ou encore de la mélanger aux yaourts, salades, soupes et pâtes. A noter qu’il est préférable de ne pas la faire cuire afin de conserver toutes ses propriétés nutritives.

Dans le cadre d’une utilisation régulière, vous devriez constater des résultats après une à trois semaines de cure.

La spiruline : un complément intéressant pour l’alimentation des sportifs

Véritable concentré d’énergie, la spiruline complète efficacement l’alimentation des sportifs. Sa teneur élevée en protéines, notamment en acides aminés essentiels, favorise la régénération des fibres qui forment les muscles et les tendons. “La spiruline favorise aussi l’accroissement de la masse musculaire au détriment des graisses lorsque sa consommation est accompagnée d’activités physiques adaptées”, explique Martin Petitjean, producteur de spiruline « Spiruline de la côte bleue » à Marseille.

Elle a également pour effet de désacidifier l’organisme et de recycler l’acide lactique à l’origine des crampes et courbatures. Elle permet ainsi une amélioration de la résistance à l’effort et de la récupération musculaire.

La phycocyanine, pigment bleu spécifique de la spiruline, a également la propriété d’augmenter le nombre de globules rouges dans le sang, ce qui améliore l’oxygénation (VO2 max) et donc la résistance à l’effort.

La spiruline : un substitut à la viande pour les végétariens

Avec sa haute teneur en protéines végétales complètes (entre 56 et 70% du poids sec suivant les variétés), la spiruline présente un contenu nutritionnel exceptionnel, encore inégalé dans les règnes végétal et animal.
En effet, l’algue bleue comporte en effet 3 fois plus de protéines que la viande de boeuf, et 2 fois plus que le soja. On y trouve les 8 acides aminés de base, avec des apports importants en lysine, tryptophane et méthionine ; ceux-ci étant insuffisants dans les céréales et les légumineuses.

A ce titre, la spiruline est un partenaire idéal dans l’alimentation du végétarien.

Acheter de la spiruline en France

Nous vous conseillons de vous fournir auprès de petite fermes artisanales comme la Spiruline de la Côte bleue. La spiruline y est produite avec soin sur des petites fermes françaises à taille humaine. Le séchage à basse température sur claies permet de préserver le gout et les nutriments de la spiruline, quand les productions industrielles en Asie ou aux Etats-Unis emploient majoritairement un séchage par atomisation à haute température.

De nombreux sites marchands proposent des spirulines de provenance et de qualité très diverses. Comment bien choisir sa spiruline ? La spiruline bio existe t-elle ?

Quid de la spiruline bio ?

Selon l’agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence BIO), l’agriculture biologique est “un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement, du bien-être animal et de la biodiversité, qui apporte des solutions face au changement climatique”.

Pour disposer de la mention « bio », un complément alimentaire doit donc respecter les critères suivants :

Les produits bio contiennent au minimum 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Ils proviennent d’un environnement non pollué et éloigné des zones urbaines.

Aucun produit chimique ou de synthèse n’est utilisé lors de la fabrication.

Ils ne contiennent ni additif, colorant, exhausteur de goût, ou édulcorant.Les produits biologiques ne contiennent pas d’OGM.

La spiruline bio : un mythe !

Si le bio est souvent un critère de sélection légitime pour les compléments alimentaires, il ne concerne pas la spiruline. A ce jour, il n’existe pas de spiruline bio en France, pour la bonne et simple raison qu’aucun label BIO n’a été établi pour la spiruline. Le référentiel français ECOCERT existe depuis 2005, mais il n’est pas homologué par les autorités françaises, car le cahier des charges ne tient pas compte des spécificités de la production de spiruline sur le territoire français.

“Les spirulines classiques sans label comme les spirulines artisanales cultivées en France ne peuvent revendiquer aucune caractéristique biologique, ni même écologique”, précise le laboratoire français Natesis.

Le Règlement Européen n° 834/2007 relatif à l’Agriculture Biologique n’inclut -pour le moment- pas les micro-algues d’eau douce dans son champ d’application.

La certification biologique des micro-algues est toutefois possible à un niveau national, lorsqu’un cahier des charges est homologué par le Ministère de l’Agriculture du pays tiers concerné. “Les spirulines bénéficiant du seul label Ecocert peuvent cependant bénéficier de la mention « culture écologique » mais ne peuvent pas revendiquer l’appellation biologique”, souligne Natesis.

Une culture artisanale pour une spiruline de qualité

Les fermes artisanales

« Même si la mention bio ne peut pas être apposée, cela ne doit pas empêcher un producteur de respecter les principes du bio lors de la culture et de la production de spiruline », affirme Martin Petitjean. Jusqu’en 2005, la quasi- totalité de la spiruline consommée en France provenait de Chine ou d’Amérique où elle est produite dans des sites industriels, depuis cette date, « la culture de la spiruline se développe en France, dans un contexte non concurrentiel et solidaire. Les fermes françaises proposent un produit de qualité, cultivé de manière artisanale. De nombreux producteurs cultivent des spirulines de grande qualité dans de petites unités de production où le climat est propice. Ces fermes artisanales gagnent à être connues et incitent à consommer de la spiruline fraîche ». Plutôt que la spiruline en gélules des laboratoires, préférez donc celle en paillettes ou en comprimés produite artisanalement par des petits producteurs. On en trouve d’excellents dans le sud de la France » , poursuit le producteur.

La plupart des spirulines vendues en France et en Europe sont encore fabriquées de façon artificielle, dans des bassins éclairés et sous serre. Mieux vaut évidemment privilégier une spiruline réalisée de façon naturelle, dans son bassin d’origine, malheureusement, seuls les pays en zone tropicale peuvent se le permettre : Mexique, Tchad, Kenya, Maroc, Inde, Chine… Mais pas la France qui doit donc installer des serres.

Une spiruline séchée à froid

Outre le lieu de production, le mode de production de la spiruline est également important. Une spiruline séchée à froid préserve mieux ses qualités et ses bienfaits, d’après Martin Petitjean : “Une des grandes qualités de la spiruline artisanale est son mode de séchage à température ambiante, quand les fermes industrielles sèchent la spiruline par atomisation à des températures de plus de 150°C, ce qui altère ses qualités nutritives et gustatives”.

La spiruline a de nombreux atouts pour conquérir nos assiettes, en espérant que la production reste de qualité et que les prix baissent !

 

Auteur Diane Mellot pour Notre-Planète-Info

 

Étiquettes : , , , ,

Vidéos du Jour

Les autorités cherchaient d’où venait la pollution d’iode 131 qui a survolé l’Europe :

Delamarche : « L’idée de me retrouver avec Macron, Attali, Minc et Bergé me fait peur »

Quel regard porter sur la campagne présidentielle française et ses effets sur les marchés ?

Visionner la vidéo du débat ici.

Que peut-on encore attendre de la politique monétaire de la BCE ?

Visionner la vidéo du débat ici.

Vidéo – Juste en Norvège ? La dernière poupée montrée à la télévision par deux douanières norvégiennes fait la taille d’une fillette.
Police et douane s’inquiètent du nombre de poupées sexuelles en Norvège

Un gigantesque vaisseau «extraterrestre» a été détecté par la Nasa dans une vidéo réalisée depuis la Station spatiale internationale (ISS). Les «experts» en la matière ne s’accordent pas sur la nature de cette lueur qui apparaît dans l’objectif.

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 mars 2017 dans général, Vidéos (Toutes)

 

Augmentation du budget militaire US – Un Ex Colonel Russe met en garde Trump : «Nous Ensemençons le littoral US Avec des Missiles nucléaires taupe »

Comme vous le savez, Trump a augmenté les dépenses militaires de 54 milliards $ . Il a promis « une hausse historique » de l’enveloppe destinée à la Défense dans le prochain budget fédéral.

D’autre part, comme le rapporte le journal Russe Pravda – Selon la conclusion des auteurs étasuniens d’un article publié par The Bulletin of Atomic Science, la semaine dernière, « le potentiel nucléaire US est tel qu’ils peuvent se permettre de tirer une salve stratégique sans s’attendre à des représailles » . En même temps, les analystes estiment qu’une telle situation mène à un déséquilibre dramatique.

Les experts du média Hans Christensen et Matthew McKinsey ont décortiqué les dépenses en acquisition du nouveau matériel destiné aux arsenaux nucléaires américains. Les achats portent sur une période s’étalant de 2009 jusqu’à nos jours. Les experts remarquent que non seulement ce programme est mené tambour battant, mais, qui plus est, on essaie de faire passer la modernisation de la force de frappe pour un banal exercice cherchant à améliorer la sécurité du sanctuaire national. Pourtant, les Etats-Unis sont en train d’appliquer de nouvelles technologies qui permettent d’accroître sensiblement le potentiel balistique de leur pays en améliorant la précision de la première salve qu’ils entendent tirer si guerre nucléaire il y a.

En particulier, les missiles balistiques Trident II installés dans les soutes des SNLE deviennent plus efficaces pour frapper avec un effet circulaire probable minimum les sites de lancement et les rampes immobiles des missiles ennemis. Il y a encore 10 ans, juste 20 % d’ogives américaines parvenaient à atteindre leurs cibles. Maintenant ce chiffre avoisinerait 100 % avec une redoutable efficacité. Tels sont les arguments exposés par les auteurs de l’article publié dans The Bulletin of Atomic Science.

A considérer sérieusement les informations fournies par le Bulletin américain, la Russie et la Chine devraient passer immédiatement à l’amélioration des données techniques de leurs équipements stratégiques.

L’adjoint au directeur de l’Institut de la CEI Vladimir Evseyev croit qu’il faut savoir raison garder : « J’estime qu’il serait irréaliste de croire que les Américains peuvent rester impunis en cas des frappes réalisées contre la Chine ou la Russie. (cf vidéo du début, ndlr) Tous ces calculs ne tiennent compte que des capacités des missiles balistiques intercontinentaux à rampe de lancement immobile de type terrestre, bien sûr. Cependant, je souligne que même la Chine dispose d’un complexe analogique des nôtres missiles-intercepteurs « Topol ». 

Pour moi, les Etats-Unis n’ont rien d’exceptionnel à nous montrer dans le domaine du nucléaire », conclut le chercheur.

Hé bien  la Russie (et la Chine) n’ont pas attendu les américains pour développer leurs technologies d’armement et leurs équipements stratégiques , notamment nucléaires.

En réponse à l’augmentation du budget militaire américain (ce qui est lié à l’amélioration de leur potentiel balistique dans le domaine nucléaire selon l’article publié par The Bulletin of Atomic Science)  , Un Colonel Russe met en garde Trump : «Nous Ensemençons le littoral américain Avec des Missiles nucléaires taupe »

Dans un article intitulé «consonance Oignon  » dans le journal russe Pravda, intitulé « Trump-Pump-Pump Et Notre Big Bang » , l’expert militaire russe Viktor Baranetz, colonel à la retraite et ancien porte-parole du ministère de la Défense a affirmé que la Russie a des réponses asymétriques à l’augmentation du budget militaire américain ..

Selon L’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient qui, rapporte les propos de Baranetz, la Russie est tranquillement en train «d’ensemencer» les côtes américaines avec des missiles nucléaires « taupes » « qui » creusent le sol et «sommeillent» automatiquement jusqu’à ce qu’ils reçoivent la commande  » de détonation. 

Voici des extraits de l’article de Baranetz :

« Notre réponse asymétrique consiste à déployer des ogives nucléaires »

 » Les États – Unis est le« champion du monde » des dépenses de défense par la taille de son budget militaire – près de 600 milliards $, soit 10 fois plus que Russes . Même si l’ on additionne les budgets militaires des dix premiers pays dans le monde, ils n’ atteindraient pas le budget américain ! maintenant , il se trouve que cela ne suffit pas pour Donald Trump. il a l’ intention d’augmenter les dépenses de défense de 54 milliards $. Cet argent serait suffisant pour maintenir cinq armées polonaises. Ou 10 ukrainiennes.

 » . Le public américain est déjà en train de grommeler envers Trump, qui préfère les armes au beurre Mais la ruse Trump est « d’acheter »le soutien de l’armée, ainsi que des sociétés de l’ industrie militaire. L’Ancien chef du Général le personnel de l’armée russe Yuri Baluyevsky est certain que «l’idée d’augmenter les dépenses de défense a été présenté à Trump par l’armée américaine, qui met beaucoup l’accent quant à la puissance de l’armée russe, afin d’obtenir de nouveaux fonds.

Mais comment Moscou réagira au budget militaire croissant US ?

Balouïevski répond: « . La Russie ne sera pas en concurrence avec les États – Unis dans les dépenses de défense , nous sommes dans une catégorie de poids différente Pour nous, la question principale est de savoir comment assurer la défense de la Russie à un coût moindre. Je suis sûr que nous avons déjà trouvé des réponses asymétriques. Je ne vois pas de problème ici.

«Quelles sont ces« réponses asymétriques »mystérieuses dont nos politiciens et les généraux parlent si souvent ? Peut-être un mythe ou une jolie tournure de phrase ? Non ! Notre réponse asymétrique consiste en positionnant des ogives nucléaires qui peuvent modifier leur course et altitude de sorte qu’aucun ordinateur ne peut calculer leur trajectoire. Si les Américains déploient des chars, des avions, des bataillons et des forces spéciales le long de la frontière russe – nous, nous sommes tranquillement en train «d’ensemencer» du littoral des États-Unis avec des missiles nucléaires «taupes» (ils creusent le sol, s’enfoncent dedans et «sommeillent ‘jusqu’à ce qu’ils reçoivent la commande)

[…]

« Oh, il semble que j’en ai déjà dit trop. Je dois tenir ma langue. »

 » En bref, nous pouvons apporter une réponse« asymétrique » (et moins chere) contre les Américains. Mais si Trump a de l’ argent à brûler, laissez – le le dépenser dans des armes dont les États – Unis n’auront peut – être même jamais besoin. Et ils disent que Trump est un bon homme d’ affaires … « 

Bien sûr, nous avons aucun moyen de confirmer si cela est un fait ou si ce sont de fausses nouvelles, mais nous constatons que le porte – parole du Kremlin Dmitri Peskov a rejeté ces allégations.

En réponse à la question d’un journaliste sur l’article de Baranetz, Peskov a déclaré: « Cela semble étrange, pour dire le moins, et je vous suggère de ne pas prendre ce que rapportent les médias au sérieux. »

La nouvelle normale semble en effet être Étrange depuis que Trump est devenu président. Est -ce un hasard si un navire espion russe était seulement à 30 milesde la « base Sub primary East Coast » il y a un mois.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le programme de surveillance généralisée de la CIA (qui transforme vos portables et téléviseurs en microphones) dévoilé par Wikileaks : Les allemands déterminés à enquêter dessus ..

Il s’agit, selon WikiLeaks, du plus important lot jamais publié. On y apprend notamment, annonce le lanceur d’alerte, que la CIA expérimenterait le piratage de téléphones portables et de téléviseurs ainsi transformés en microphones. C’est le programme Weeping Angel .

(Cf Ce logiciel de la CIA qui transforme le Wi-Fi des smartphones Android en outil d’espionnage)

———————————————————————————–

Alors que Wikileaks vient de révéler l’ampleur du programme de surveillance et de piratage télécommandé par la CIA, les réactions sont d’un calme … anormal. L’inquiétude porte principalement sur le fait que ce programme soit si mal protégé et que sa divulgation risque d’entraver le bon fonctionnement du renseignement américain.

Mais pas de sursaut d’une société civile muette, de politiques soumis, d’individus blasés. Rien. L’humanité a-t-elle déjà été transformée en une cohorte de moutons acceptant leur sort et se mobilisant sur commande pour défendre les intérêts d’un système manipulateur et liberticide ?

Wikileaks vient de divulguer un système de surveillance généralisé mis en place par la CIA contre n’importe quel citoyen dans le monde dont l’ampleur dépasse l’imaginable et rejoint les plus grands fantasmes des oeuvres de sciences fictions.

Ainsi, la CIA peut s’immiscer dans n’importe quel objet utilisant IOS, le système d’exploitation d’Apple (IPhone, Ipad etc), mais aussi Androïd avec les smartphones. Sont également concernées les applications WhatsApp, Telegram, Signal, puisque les messages peuvent être interceptés avant d’être codés. Les téléviseurs connectés à internet sont transformés en micro ambiant. La CIA utilise des cyber-armes qui permettent de pénétrer n’importe quel ordinateur utilisant Windows, IOS ou Linux sous couverts de hackers situés en dehors du territoire. Et les ordinateurs n’ayant jamais été connecté à internet ne sont pas protégés pour autant, ils peuvent être infectés avec des programmes.

Cette armée de 5000 hackers utilisant un millier de cyber-armes est basée à Francfort. Ce mécanisme présente, en plus, un problème de sécurité évident, au minimum parce que ces hackers sont fréquemment approchés pour vendre ces cyber-armes, mais le point inquiétant pointé par Wikileaks est que tout ce programme n’est pas classé confidentiel. Selon ces sources, la CIA aurait perdu le contrôle sur son programme de surveillance.

Hé bien justemment – Le parquet allemand veut maintenant enquêter sur une possible base de hackers de la CIA à Francfort

Peu après la publication du nouveau lot de révélations intitulé «Year Zero», la justice allemande s’est dite déterminée à ouvrir une enquête face notamment aux informations sur une possible «base de hackers» de la CIA dans la ville de Francfort.

Un jour après la nouvelle série de fuites de WikiLeaks, un représentant du parquet fédéral allemand à Karlsruhe a affirmé qu’une enquête sur une possible base de la CIA à Francfort pourrait être ouverte si des preuves d’actions criminelles étaient apportées.

« Nous allons ouvrir une enquête afin de déterminer s’il y a des preuves d’agissements criminels et afin d’identifier les auteurs », peut-on lire dans Reuters, qui cite les propos du représentant.

Auparavant, un des documents de WikiLeask a affirmé que le Consulat américain à Francfort était une « base secrète de hackers » de la CIA.

Le site de Julian Assange, WikiLeaks, a annoncé le 7 mars la publication d’une nouvelle série de fuites sur la CIA sous le code « Vault 7 » qui sera, d’après le communiqué de l’organisation, la plus importante publication de documents confidentiels sur l’agence.La première partie des fuites, intitulée « Year Zero », comprend 8 761 documents et fichiers qui ont été collectés sur un réseau isolé de haute sécurité du Centre Cyber Intelligence (département de la CIA) à Langley, dans l’État de Virginie.

Les fuites de « Year Zero » révèlent les capacités de piratage de la CIA contre un large éventail de produits américains et européens, notamment Windows, iPhone, Android et même les téléviseurs Samsung, qui ont été transformés en microphones cachés par le programme Weeping Angel.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Pourquoi et comment l’euro détruit l’Europe (Charles Gave – Romain Metivet)

euro-detruit-europe

S’il fallait résumer en quelques mots, une bonne fois pour toutes : La zone euro n’est PAS une zone monétaire optimale. (source)

Résumé :

  • Regardons cette première réalité en face : l’euro est un échec et une aberration économique qui accentue les déséquilibres entre des économies nationales hétérogènes par nature.
  • L’euro est une monnaie sans nation, ce qui historiquement n’est pas viable.
  • Malgré toutes les interventions de la Banque Centrale Européenne, le système demeure divergent, et tout système divergent explose à un moment donné.
  • Le saut fédéral européen est politiquement impossible et serait économiquement inefficace.
  • « L’Allemagne paiera », slogan très populaire, ne se rend pas compte de la réalité économique et démographique de la première puissance économique européenne : dans l’état actuel le maintien de l’euro couterait davantage que les réparations d’après guerre.
  • Les nouvelles règles européennes font qu’une partie de la dette pourrait augmenter en cas de sortie unilatérale. Le risque inflationniste est quant à lui très hétérogène mais limité en France.
  • Une dissolution ordonnée de la zone euro est préférable.
  • Un retour aux monnaies nationales serait le moyen pour les pays comme la France de financer leur ajustement, comme en témoignent les réussites canadiennes et suédoises des années 1990.
  • La fin de la zone euro doit être considérée comme « un moindre mal » mais en aucun cas dispenser les Etats de faire les réformes structurelles nécessaires, notamment en ce qui concerne les finances publiques et la compétitivité.

Les Allemands, grands connaisseurs en la matière, ont coutume de dire qu’il vaut mieux « la fin de l’horreur qu’une horreur sans fin ». La thèse du dossier que nous présentons sur l’euro est toute simple : l’euro a amené les économies du vieux continent dans une horreur sans fin.

L’euro est tout simplement une erreur gigantesque commise par une technocratie devenue folle car personne ne la contrôlait dans ses efforts de créer un Etat Européen dont les peuples ne voulaient pas. Et cette erreur il nous faut la corriger. Rien de plus, rien de moins.

Mais il faut se souvenir que l’Europe des nations et de la subsidiarité qui a précédé celle des fonctionnaires et des technocrates avait été un grand succès. Et donc, l’Europe fondée sur les principes du respect des souverainetés nationales et de la subsidiarité, dans la lignée de ce que voulaient de Gasperi, Adenauer ou Schuman, est ce qu’il nous faut retrouver.

Et pour cela, il faut tuer l’euro. C’est ce que nous allons nous attacher à démontrer.

L’euro c’est en effet le retour des conflits et du nationalisme puisque celui qui a des excédents de ses comptes courants (aujourd’hui, c’est l’Allemagne) est le « vainqueur » et donne les ordres aux autres, ce qui veut dire que l’euro favorise le mercantilisme au détriment du libre échange et donc tue toute croissance. Il est aisé de comparer la construction de l’euro à celle de la ligne Maginot, censée nous protéger contre les invasions allemandes.

Nous en constatons chaque jour le flamboyant succès : la monnaie européenne détruit l’Europe que nous aimons tous, celle de la diversité, et viole les souverainetés nationales pour forcer chaque nation à se fondre dans un monstre technocratique que les peuples rejettent… Il est coutume d’entendre qu’il serait impossible de «revenir en arrière ».

C’est ce que l’on entendait dire déjà pour l’URSS à la fin des années 80. Une telle assertion est infirmée par toutes les expériences historiques (cf. le Reich de mille ans ou le Marxisme comme horizon indépassable de la pensée humaine) et s’accompagne en Introduction général d’une propagande extraordinairement violente pour essayer de maintenir une situation dont tout le monde sait qu’elle est intenable

. Mais ce qui ne peut pas durer en général ne dure pas

 

Suite et fin : Lire ici le PDF ou  Lire le rapport sur le site de l’Institut des Libertés

 
6 Commentaires

Publié par le 9 mars 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

La Bundesbank craint une explosion de l’euro , la France est le malade de l’Europe, Draghi « ne voit plus d’urgence à Prendre de nouvelles mesures » ….

Nous arrivons à la fin de cette Europe, comme je le rapporte régulièrement (cf dernièrement ce papier : Dettes impayables et crise financière existentielle pour l’Europe (Les Pays-Bas enquêtent sur la possibilité d’abandonner l’euro

Autre preuve de ce mouvement en cours, la Bundesbank accélère dernièrement le rapatriement de ses réserves d’or, les deuxièmes au monde. 

De plus, après avoir admis pour la 1ère fois qu’un pays peut sortir de l’euro en expliquant la modalite –  « Tout pays quittant la zone euro devrait solder son compte » avait-t-il affirmé dans une lettre à deux députés européens italiens – Draghi « ne voit plus d’urgence à Prendre de nouvelles mesures » .

Enfin , Apres les PIGSS, c’est maintenant au tour de la  la France d’etre le malade de l’Europe . Nous serons surement ceux qui feront exploser l’Euro et cette Europe, aprés les élections de  2017 . J’avais mentionné que la fin de la zone euro est inéluctable…et imminente ainsi que que les «vrais coûts » de la sortie de l’euro pour la France . 

Rappelez vous aussi que Alors que Marine Le Pen est au plus haut dans les sondages – le risque sur le CAC 40 ainsi que le risque de crédit Français … explosent :

Alors que Marine Le Pen est au plus haut dans les sondages (elle fait toujours la course en tête et accentue son avance au premier tour) l’incertitude règne sur les marchés, notamment le notre ici en France . Le marché inquiet « price » la montée en puissance de Le Pen comme étant un risque – à l’approche de l’élection . La montée des « populismes » effraye .

Donc pour commencer , la banque centrale allemande, qui a déjà rapatrié 583 tonnes d’or de New-York et Paris l’an dernier, se donne jusqu‘à la fin de l’année pour réunir la moitié des réserves du pays à Francfort d’ici la fin de l’année, soit avec trois ans d’avance sur le calendrier qu’elle s‘était fixé

Charles SANNAT résume : La Banque centrale allemande accélère le rapatriement de son or car elle craint une explosion de l’euro !!

C’est un nouveau signal d’alerte qui vient s’ajouter à tous les autres.

C’est un nouveau signal « faible », un nouvel indicateur d’un tsunami qui va vous déferler dessus sans que l’immense majorité ne le voit arriver ou ne veuille le sentir.

Ne soyez pas de ceux-là.

L’euro ne marche pas. C’est une simple constatation.

Quelque chose qui ne marche pas meurt.

L’euro va mourir et son agonie a en réalité déjà commencé.

Les Pays-Bas ont lancé une enquête pour savoir s’ils devaient sortir de l’euro et si oui, « comment » ! L’important, dans cette question néerlandaise, n’est pas de savoir s’ils doivent en sortir, l’important dans leur question bien habillée c’est évidemment le « comment » !!

En France, les partis « europhobes » comme l’on dit ont le vent en poupe et c’est ce dernier point qui est mis en avant par l’Allemagne pour justement hâter le rapatriement de son or.

Aux États-Unis, Trump l’a emporté, déjouant tous les pronostics et toutes les propagandes. Il a entamé un combat à mort avec les mondialistes qui veulent annihiler les nations.

Partout, les souverainistes se lèvent pour refuser de disparaître dans le maelström globaliste qui encense les différences pour mieux, en réalité, les laminer afin de servir les intérêts du totalitarisme marchand.

Les pays, les nations, sont le dernier rempart protecteur de peuples laissés depuis bien trop longtemps à l’abandon par des élites coupables de trahison, de compromission, de corruption.

Dans ce combat à mort qui s’est ouvert, il y aura des victimes collatérales et la monnaie européenne a de très fortes chances d’en faire partie.

Voici ce qu’en dit l’Agence Reuters.

La Bundesbank accélère le rapatriement de ses réserves d’or, les deuxièmes au monde.

« La banque centrale allemande, qui a déjà rapatrié 583 tonnes d’or de New-York et Paris l’an dernier, se donne jusqu‘à la fin de l’année pour réunir la moitié des réserves du pays à Francfort d’ici la fin de l’année, soit avec trois ans d’avance sur le calendrier qu’elle s‘était fixé.

Rien à voir avec Donald Trump, a précisé la Bundesbank. D’ailleurs l’autre moitié de ses réserves restera stockée à New-York (1 236 tonnes) et à Londres (432 tonnes).

Ce qui inquiéterait la banque, c’est le risque d’explosion de la zone euro, si des partis europhobes accèdent au pouvoir en France et en Italie »…

Commencez-vous donc à comprendre ?

L’Allemagne, la première économie de la zone euro, se prépare clairement et sans aucun doute à l’explosion de la zone euro.

Cette information, parfaitement officielle et peu médiatisée, devrait vous faire réagir.

Peu importe évidemment les résultats des élections françaises. On peut même penser que le « front républicain » aura, comme à chaque fois, raison du « danger » Le Pen. L’Allemagne se prépare à l’explosion de l’euro parce que quoi qu’il arrive, l’euro explosera.

La seule question c’est comment.

L’or ne sert à rien mais on le rapatrie tout de même et vite de préférence !

L’Allemagne occupée a stocké pendant la guerre froide 98 % de son or en France, en Angleterre et aux États-Unis. Officiellement, il fallait abriter les réserves d’or allemandes loin des griffes russes.

Officieusement, les Allemands avaient été priés de nous confier leur or… à nous, les trois puissances occupantes. Bref, aujourd’hui, l’Allemagne reprend son or, et vite.

On vous l’a déjà assez dit. L’or est une relique barbare qui ne sert à rien. Courez vers les Bitcoins-coins qui montent, qui montent, encore et encore, mais n’oubliez pas que la Bundesbank n’achète pas de Bitcoins, elle rapatrie des tonnes d’or, de métal précieux, celui qui depuis 6 000 ans sert de monnaie à l’humanité.

Je vous invite à profiter de ces quelques jours ou semaines de calme relatif pour vous couvrir en or, et vous couvrir d’or. Nous sommes sans doute sur le dernier bon point d’entrée.

Vous savez quoi faire.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

D’autre part, L’euro monte, et les taux du Bund explosent, car Draghi « ne voit plus d’urgence à Prendre de nouvelles mesures »,ce qui montre à mon sens que la BCE sera bientôt démantelée, car elle devient « inutile » . (cf Fin de l’Euro : Mario Draghi valide et l’élite Européenne en panique entame « le Processus » à Davos)

Le Président de la BCE Draghi a déclaré que le «balance des risques concernant la croissance s’est améliorée » et a noté que la BCE avait « retiré les références signalant un sentiment d’urgence. » Ceci , combiné avec la suppression des références à l’utilisation de tous les instruments a suscité la montée de l’EURO et une faiblesse du Bund :

Et à la suite de commentaires de Draghi, le bund a commencé à dégringoler …

Le tout Alors que fin d’année passée la  BCE craignait une forte instabilité financière d’ici 2018 :

la BCE semble avoir réévalué les risques pesant sur la stabilité économique de l’Union européenne pour les deux prochaines années, et le moins qu’on puisse dire c’est que le résultat n’est pas très encourageant.

Il faut dire qu’en plus de prendre de court tous les pronostics qui avaient la faveur des médias depuis plusieurs mois, l’élection de Donald Trump a créé de facto une certaine incertitude quant à l’évolution de la politique économique aux États-Unis. Pour la BCE, cela pourrait avoir des conséquences sur l’économie même de la zone euro, notamment à travers un changement possible des échanges commerciaux avec les USA, mais aussi en raison d’une probable hausse des taux d’intérêt de la FED. La banque centrale craint aussi que les marchés financiers anticipent un peu trop rapidement une future inflation américaine, avec des effets de bord préjudiciables à la monnaie unique.

Pendant ce temps, Voici 8 graphiques montrant que la France est le malade de l’Europe :

C’est un article de Patrick Scott du Telegraph, publié le 6 mars 2017, et qui, ne serait-ce que par son titre, fait froid dans le dos. Enfin, rien ne vous étonnera vraiment dans ce titre. Je parle de notre petite communauté d’impertinents qui refusent encore et toujours, tel le petit village gaulois d’Armorique, de céder à l’ennemi « déni ».

Oui la France est malade, et même l’homme malade de l’Europe. D’ailleurs, il y a peu de chances que l’euro survive à une éventuelle sortie de la France de la monnaie unique, et il y a tout aussi peu de chances que l’Allemagne se laisse entraîner vers le fond des profondeurs par la France, l’Italie, et tous les autres pays en difficultés.

Voilà ce qu’en dit le Telegraph dans cet article consacré à notre pays mis en graphiques !

« Avec une dette élevée, une faible croissance et d’énormes dépenses publiques, l’économie française a grandement besoin d’un électrochoc.

À en croire les sondages d’opinion actuels, le pays pourrait bien le recevoir bientôt, alors que la France est à l’aube de prendre une décision historique à l’occasion du vote du premier tour de la présidentielle qui aura lieu le mois prochain.

Aucun des deux favoris pour le second tour, Marine Le Pen du Front National et Emmanuel Macron d’En Marche !, ne représentent la classe politique traditionnelle en matière de gouvernance, même si ces deux candidats proposent des visions extrêmement différentes pour la France.

D’un côté, Le Pen promet de brider l’immigration et de retirer la France de l’Union européenne, tandis que Macron souhaite davantage voir vers l’extérieur en abaissant les impôts des sociétés françaises.

Les deux candidats souhaitent secouer le cocotier de l’establishment français et sortir l’économie moribonde du pays de sa torpeur actuelle. Mais que se passe-t-il vraiment avec l’économie française ? »

Ci-dessous, la dette française en pourcentage du PIB. Nous allons bientôt rejoindre l’Italie et le club des endettés à plus de 100 % du PIB. En cas de hausses des taux, c’est la mort financière assurée.

Voilà l’analyse du Telegraph :

« Dette publique, faible croissance et structures étatiques démesurées

Les problèmes de dette publique des pays européens sont bien connus mais il est facile de croire que des pays à la stature internationale comme la France ont des problèmes de dette moindres que d’autres pays comme la Grèce.

Cependant, la dette publique française a augmenté de façon dramatique durant ces huit dernières années, à tel point qu’elle approche les 100 % du PIB. Ce qui place la France dans le top 6 des pays les plus endettés de l’Union européenne (dette/PIB).

Il est difficile d’envisager comment la France sera capable de se désendetter vu ses niveaux actuels de dépenses.

Le secteur public du pays est énorme, les dernières estimations d’Eurostat indiquant que les dépenses du gouvernement représentaient 57 % du PIB en 2015. Un record que la France partage avec la Finlande.

Dans les 28 pays de l’Union, la moyenne est inférieure de 10 %, à 47,3 % du PIB »

La France se trouve également en mauvaise posture au classement de la croissance, les dernières statistiques d’Eurostat montrant une croissance de 1,3 % en 2015, un chiffre bien inférieur à celui du Royaume-Uni (2,2 %), ou encore de l’Allemagne (1,7 %).

La croissance moyenne dans les 28 pays de l’UE fut de 2,2 % en 2015.

La croissance de 0,6 % enregistrée en France en 2014 était également bien en deçà de celle du reste de l’Europe, avec une moyenne de 1,6 % dans l’UE.

Un sale temps pour les travailleurs et les employeurs

La France est tristement célèbre pour son code du travail compliqué, les travailleurs français bénéficiant d’un nombre significatif de protections supplémentaires par rapport aux autres pays européens.

Les CDI sont devenus une denrée rare en France, les sociétés étant peu désireuses d’en proposer en raison des droits étendus qu’ils confèrent aux salariés. Ce qui a débouché sur un nombre très élevé de contrats temporaires, de nombreux salariés travaillant de mois en mois.

Les grèves sont également très fréquentes. L’année dernière, les plus sérieuses ont concerné les contrôleurs aériens ainsi que les travailleurs du secteur pétrolier.

Les estimations de l’Institut européen des syndicats (European Trade Union Institute) montrent que la France a perdu 149 jours de travail par 1 000 travailleurs entre 2009 et 2015, soit le taux européen le plus élevé derrière Chypre.

Il faut aussi ajouter à cela la hausse du chômage en France, les derniers chiffres l’ayant fixé à 9,7 % au T3 2016.

Même s’il est légèrement en baisse par rapport au même trimestre de 2015, le chômage reste plus élevé que durant n’importe quelle période antérieure à la crise financière, avec un niveau particulièrement élevé du chômage des jeunes.

Des signes d’avertissement sur les marchés financiers

Les incertitudes concernant le futur politique de la France, qui s’ajoutent à sa performance économique, ont poussé durant ces derniers mois les investisseurs à percevoir le pays en tant que pari de plus en plus risqué.

On peut le constater en observant l’écart de rendement entre les obligations françaises et allemandes.

L’Allemagne est considérée comme la référence en termes de rendement obligataire, l’ancre de stabilité à laquelle les autres pays peuvent se comparer.


Les taux des obligations à 10 ans de la France sont systématiquement plus élevés que ceux de l’Allemagne depuis un moment, mais depuis quelques jours, l’écart ne fait que se creuser. Et avec la décision d’Alain Juppé ne pas remplacer, éventuellement, François Fillon, au cœur d’un scandale, dans la course à la présidentielle, il pourrait encore se creuser davantage dans les jours à venir.

Les taux augmentent en raison de la baisse de la valeur des obligations françaises. Cela signifie qu’il est plus difficile pour la France d’emprunter de l’argent. (…)

La performance du CAC 40 est également une source d’inquiétude

Même si le marché s’est redressé durant ces derniers mois, il est toujours loin de son record atteint en 2015. Il est probable que cette instabilité se prolonge dans les mois suivant l’élection présidentielle.

La France est un pays à l’aube d’un tremblement de terre historique en termes politiques et économiques ; en ce qui concerne l’économie, ce changement n’a déjà que trop tardé.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Il existe une  inquiétudes post élections en France comme je le rapportait cette semaine, La montée de Le Pen fait peur aux marchés  .  Marine Le Pen présidente provoquerait un « défaut de paiement majeur sur la dette française »… et un Armageddon financier mondial …

L’euro a effacé ses gains antérieurs et les obligations allemandes ont augmenté après que l’ancien Premier ministre Alain Juppé ait déclaré qu’il n’interviendrait pas pour remplacer François Fillon lors de la frénétique élection présidentielle ici en France .  

Les spreads de crédit se creusent et les titres européens glissent . Les futures sur le Bund ont atteint des sommets quand Juppé s’est exprimé . 

Le spread du 10 ans Franco-Allemand s’est creusé (L’écart de rendement entre les emprunts d’Etat à 10 ans français et allemands), le risque en France s’amplifie : 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :