RSS

Archives du 7 mars 2017

La dette en héritage. 100% Econoclastes

 
 

Étiquettes : , , ,

Le nouvel Ordre Médiatique Mondial

En quelques mois, le contenu des médias nationaux et internationaux a profondément changé en Occident. Nous assistons à la naissance d’une Entente dont nous ne connaissons ni les véritables initiateurs, ni les objectifs réels, mais dont nous observons immédiatement les conséquences directes contre la démocratie.

L’Occident traverse une crise systémique sans précédent : de puissantes forces orientent progressivement la totalité des médias dans une unique direction. Simultanément, le contenu des médias se transforme : l’année dernière encore, ils étaient logiques et tendaient à l’objectivité. Ils s’apportaient une contradiction mutuelle dans une saine émulation. Désormais, ils agissent en bandes, fondent leur cohérence sur des émotions et deviennent méchants face aux individus qu’ils dénoncent.

L’idée d’une Entente des médias est le prolongement de l’expérience de l’International Consortium for Investigative Journalism (ICIJ) (« Consortium international pour le journalisme d’investigation »), lequel ne rassemble pas de médias, mais uniquement des journalistes à titre individuel. Il s’est rendu célèbre en publiant des informations volées dans les comptabilités de deux cabinets d’avocat des îles Vierges britanniques, du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), de la banque HSBC, et du cabinet panaméen Mossack Fonseca. Ces révélations ont été principalement utilisées pour discréditer des dirigeants chinois et russes, mais aussi parfois pour mettre en lumière de réels délits commis par des Occidentaux. Surtout, sous le louable prétexte de la lutte contre la corruption, le viol de la confidentialité des avocats et des banques a porté un très lourd préjudice à des milliers de leurs clients honnêtes sans aucune réaction des opinions publiques.

Depuis une quarantaine d’années, on assiste à un regroupement progressif de médias au sein de trusts internationaux. Actuellement, 14 groupes se partagent plus des deux tiers de la presse occidentale (21st Century Fox, Bertelsmann, CBS Corporation, Comcast, Hearst Corporation, Lagardère Group, News Corp, Organizações Globo, Sony, Televisa, The Walt Disney Company, Time Warner, Viacom, Vivendi). Désormais, l’alliance opérée par Google Media Lab et First Draft tisse des liens entre ces groupes qui détenaient déjà une position dominante. La présence dans cette Entente des trois principales agences de presse de la planète (Associated Press, Agence France-Presse, Reuters) lui assure une force de frappe hégémonique. Il s’agit sans aucun doute d’une « entente illicite », non pas établie dans un objectif de fixation de prix, mais de fixation des esprits, d’imposition d’une pensée déjà dominante.

On peut observer que tous les membres —sans exception— de l’Entente de Google ont déjà, au cours des six dernières années, donné une vision univoque des événements survenus au Moyen-Orient élargi. Il n’y avait pourtant pas d’accord préalable entre eux, ou on ne le connaissait pas. Il est intriguant que soient présentes dans cette Entente cinq des six télévisions internationales qui ont participé à la cellule de propagande de l’Otan (Al-Jazeera, BBC, CNN, France24, Sky, mais apparemment pas Al-Arabiya).

Aux États-Unis, en France et en Allemagne, Google et First Draft (« premier brouillon ») ont réuni des médias présents à la fois localement dans ces pays et d’autres présents à l’échelle internationale pour vérifier la véracité de certains arguments. Outre que l’on ignore qui se cache derrière First Draft et quels intérêts politiques ont poussé une société commerciale spécialisée dans l’informatique à financer cette initiative, son résultat n’a pas grand chose à voir avec le retour à l’objectivité.

D’abord parce que les imputations vérifiées ne sont pas choisies pour la place qu’elles tiennent dans le débat public, mais parce qu’elles ont été citées par les individus que cette Entente de médias entend dénoncer. On peut croire que ces vérifications permettront de se rapprocher de la vérité, mais pas du tout : elles confortent le citoyen dans l’impression que ces médias sont honnêtes tandis que les personnes qu’elles dénoncent ne le sont pas. Cette démarche ne vise pas à mieux comprendre le monde, mais à mettre à terre les gens à abattre.

Ensuite parce qu’une règle non écrite de cette Entente de médias veut que l’on ne vérifie les imputations que des sources extérieures à l’Entente. Les membres s’interdisent de faire preuve d’esprit critique entre eux. Il s’agit de renforcer l’idée que le monde se divise en deux : « nous » qui disons la vérité, « les autres » qui sont des menteurs. Cette démarche porte atteinte au principe du pluralisme, préalable de la démocratie, et ouvre la voie à une société totalitaire. Elle n’est pas nouvelle puisque nous l’avons vue à l’œuvre dans la couverture des printemps arabes et des guerres contre la Libye et la Syrie. Mais, pour la première fois, elle s’en prend à un courant de pensée occidental.

Enfin parce que les imputations qui auront été qualifiées de « fausses » ne seront jamais envisagées comme des erreurs, mais toujours comme des mensonges. Il s’agit a priori d’attribuer aux « autres » des intentions machiavéliques pour les discréditer. Cette démarche porte atteinte à la présomption d’innocence.

C’est pourquoi le fonctionnement de l’ICIJ et celui de l’Entente créée par Google et First Draft contreviennent à la Charte de Munich adoptée par l’Organisation internationale des journalistes (Titre II, articles 2, 4, 5 et 9).

Il n’est pas indifférent que des actions de justice aberrantes contre les mêmes cibles que l’Entente des médias se soient développées. Aux États-Unis, on a ressorti la loi Logan contre l’équipe Trump, alors que ce texte n’a jamais, absolument jamais, été appliqué depuis sa promulgation, il y a deux siècles. En France, on a ressorti la loi Jolibois contre les tweets politiques de Marine Le Pen, alors que la jurisprudence avait limité son application à la distribution sans blister de quelques magazines ultra-pornographiques. Le principe de la présomption d’innocence des gens à abattre ayant été éradiqué, il est possible de les mettre en examen sous n’importe quel prétexte juridique. Au demeurant, les actions intentées contre l’équipe Trump et Marine Le Pen au nom des lois sus-citées devraient l’être contre de très nombreuses autres personnes, mais ne le sont pas.

Par ailleurs, les citoyens ne réagissent plus lorsque l’Entente des médias diffuse elle-même de fausses imputations. Ainsi, aux États-Unis a-t-elle imaginé que les services secrets russes avaient un dossier compromettant sur Donald Trump et le faisaient chanter. Ou, en France, cette Entente a-t-elle inventé que l’on peut employer fictivement une assistante parlementaire et en accuser François Fillon.

Aux États-Unis, les grands et petits médias membres de cette Entente s’en sont pris au président. Ils tirent leurs propres informations des écoutes téléphoniques de l’équipe Trump abusivement ordonnées par l’administration Obama. Ils sont coordonnés avec des magistrats qui les utilisent pour bloquer l’action gouvernementale actuelle. Il s’agit sans aucun doute d’un système mafieux.

Les mêmes médias états-uniens et français s’en prennent à deux candidats à l’élection présidentielle française : François Fillon et Marine Le Pen. Au problème général de l’Entente des médias s’ajoute l’impression erronée que ces cibles sont victimes d’une cabale franco-française, alors que le donneur d’ordre est états-unien. Les Français constatent que leurs médias sont truqués, interprètent à tort cette campagne comme dirigée contre la droite, et cherchent encore à tort les manipulateurs dans leur pays.

En Allemagne, l’Entente n’est pas encore effective et ne devrait l’être que lors des élections législatives.

Lors du Watergate, des médias ont revendiqué former un « Quatrième pouvoir », après l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. Ils ont affirmé que la presse exerçait une fonction de contrôle du gouvernement au nom du Peuple. Passons sur le fait que ce qui était reproché au président Nixon était comparable à ce qu’à fait le président Obama : placer son opposition sur écoutes. On le sait aujourd’hui, la source du Watergate, « Gorge profonde », loin d’être un « lanceur d’alerte » était en réalité le directeur du FBI, Mark Felt. Le traitement de cette affaire était une bataille entre une partie de l’administration et la Maison-Blanche dans laquelle les électeurs ont été manipulés par les deux camps à la fois.

L’idée de « Quatrième pouvoir » suppose que l’on reconnaisse la même légitimité aux 14 trusts qui détiennent la grande majorité des médias occidentaux qu’aux citoyens. C’est affirmer la substitution d’une oligarchie à la démocratie.

Reste un point à éclaircir : comment les cibles de l’Entente sont elles choisies ? Le seul lien évident entre Donald Trump, François Fillon et Marine Le Pen est qu’ils souhaitent rétablir des contacts avec la Russie et lutter avec elle contre la matrice du jihadisme : les Frères musulmans. Bien que François Fillon ait été Premier ministre d’un gouvernement impliqué dans ces événements, tous trois incarnent le courant de pensée qui conteste la vision dominante des printemps arabes et des guerres contre la Libye et contre la Syrie.

 
 

Étiquettes : , , ,

WikiLeaks met en ligne près de 8 000 documents de la CIA révélant ses capacités de piratage

WikiLeaks met en ligne près de 8 000 documents de la CIA révélant ses capacités de piratage
WikiLeaks divulgue plusieurs milliers de documents concernant les programmes de piratage développés par la CIA

Il s’agit, selon WikiLeaks, du plus important lot jamais publié. On y apprend notamment, annonce le lanceur d’alerte, que la CIA expérimenterait le piratage de téléphones portables et de téléviseurs ainsi transformés en microphones.

Ce mardi 7 mars, le lanceur d’alerte WikiLeaks a publié une partie des 8 000 documents de la CIA sous le nom de code Vault7. La fuite, contenant des éléments datés de 2013 à 2016, proviendrait d’un réseau interne du Center for Cyber Intelligence de la CIA, à Langley, en Virginie. Elle contient, annonce Wikileaks, des informations relatives aux procédés de piratage employés par la CIA.

«Récemment, la CIA a perdu le contrôle de la majorité de son arsenal de piratage, notamment de ses virus, chevaux de Troie, malware…», déclare WikiLeaks. Une fois rendues publiques, ces informations donnent à quiconque une mesure assez claire de «toutes les capacités de piratage dont dispose la CIA».

Des prises de contrôle à distance d’iPhone et de téléviseurs

Dans un communiqué, WikiLeaks souligne que ces documents révèlent notamment que les programmes développés par la CIA permettraient des attaques contre «les iPhone d’Apple, les Android de Google et le système d’exploitation Windows de Microsoft».

Le programme Weeping Angel («Ange qui pleure»), apprend-t-on également, permettrait ainsi de simuler l’extinction des téléviseurs connectés Samsung et d’enregistrer des conversations à distance, y compris lorsque l’appareil semble éteint.

Des agents opérant depuis le consulat américain à Francfort

Parmi les révélations principales, on apprend notamment que les pirates de la CIA opéreraient depuis le consulat américain à Francfort, transformé pour l’occasion en véritable base secrète : les agents, sous couverture, disposeraient en effet de passeports diplomatiques. Dans une notice rédigée par l’un des agents américains, on peut notamment lire : «Passez tranquillement la frontière avec votre couverture bien en tête, et ils se contenteront de tamponner votre passeport».

La source ayant permis ces fuites et citée par WikiLeaks a agi afin d’«ouvrir un débat au sujet des moyens de contrôle démocratiques des armes cybernetiques». Une autre question posée par ces révélations concerne «la légitimité de la CIA à déployer de tels moyens de piratage et le problème de ses moyens de surveillance des citoyens», ajoute-t-elle.

Les nombreuses pages qui seront publiées dans les jours à venir nécessiteront une enquête minutieuse «de la part des journalistes qui ont déjà fait preuve d’excellence» par le passé, annonce WikiLeaks.

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

La Chine pourrait remplacer les forces de l’Amérique et de l’OTAN en Afghanistan

La Chine pourrait remplacer les forces de l’Amérique et de l’OTAN en Afghanistan

De sérieux indices font penser qu’en cas de sortie des forces américaines et de l’OTAN de l’Afghanistan, les forces chinoises prendraient le relais.

En effet, selon l’agence de presse iranienne Tasnim citant le Military Times, il y a des indices qui montrent que ces derniers mois, le nombre des militaires chinois à la frontière afghane a augmenté.

Les médias chinois avaient déclaré aussi il y a peu que leur pays avait aidé en janvier les forces américaines dans un conflit. Il a par ailleurs été rapporté que ce conflit a eu lieu au nord-est de l’Afghanistan.

Les autorités chinoises et afghanes n’ont pour autant pas encore fait d’annonce sur la question.

Mais selon des témoignages, le Département américain à la Défense aurait reconnu implicitement cette présence militaire chinoise sur le sol afghan.

Les relations entre la Chine et l’Afghanistan sont en train de se développer davantage qu’avant. Il s’agit essentiellement des secteurs relatifs à l’investissement, à l’exportation et aux échanges politiques.

Les experts sont convaincus que compte tenu des politiques chinois proches des politiques pakistanaises et des frictions existant entre le Pakistan et l’Inde, la présence militaire chinoise en Afghanistan pourrait être source de nouvelles tensions dans la région.

Pour autant, la Chine aurait besoin d’avoir une présence influente en Afghanistan, pour assurer ses propres intérêts en Asie Mineure et en Afghanistan.

Il va sans dire que la crainte chinoise de voir les Ouïgours se faire embrigader par Daech n’est pas sans lien avec une présence militaire chinoise forte sur le sol afghan.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 mars 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

Les USA déploient un système antimissile en Corée du Sud, la Corée du Nord Réagit et prévient que le monde est « au bord de la guerre nucléaire » ..

Les Etats-Unis ont entamé le déploiement du système de défense antimissile THAAD en Corée du Sud en réponse au nouveaux tirs de missiles auxquels a procédé lundi la Corée du Nord

Eh bien , ça dégénéré rapidement. Juste un jour après le tir d’essai de la Corée du Nord de 4 missiles vers les bases américaines au Japon, et des heures après que la Corée du Nord a prévenu que le monde était « au bord de la guerre nucléaire » en raison des « manoeuvres »  US-en Corée du SudCNN rapporte que les premières pièces du système controversé de défense antimissile US (conçu pour atténuer la menace des missiles nord – coréens) sont arrivées à la base aérienne d’Osan en Corée du Sud lundi soir , selon l’armée américaine.

Les USA déploient un système antimissile en Corée du Sud

Après le lancement de quatre missiles par la Corée du Nord, exercice en vue de frapper les bases américaines au Japon selon Pyongyang, les États-Unis ont commencé mardi le déploiement de leur bouclier antimissile en Corée du Sud.

Quelques heures à peine après l’annonce de nouveaux tirs d’essais de missiles balistiques par la Corée du Nord, les États-Unis ont réagi en annonçant avoir commencé, lundi 6 mars dans la soirée (mardi heure coréenne), à déployer leur bouclier antimissile THAAD en Corée du Sud.

Les forces américaines « ont déployé les premiers éléments » du système THAAD en Corée du Sud mardi (heure locale), a ainsi indiqué le commandement des forces américaines dans le Pacifique (Pacom) dans un communiqué. Pour appuyer ses propos, l’armée américaine a diffusé une vidéo qui montre des images de deux gros camions transportant les rampes de lancement de missiles intercepteurs, débarquant d’un gros avion de transport militaire américain en Corée.

« Les actions provocatrices de la Corée du Nord, y compris les derniers tirs de multiples missiles, ne font que confirmer la pertinence de notre décision » avec la Corée du Sud de déployer THAAD dans le pays, a estimé l’amiral Harry Harris, le chef des forces américaines dans la zone Asie Pacifique, cité par le communiqué de Pacom.

« Système strictement défensif »

Comme pour confirmer l’utilité du bouclier THAAD, la Corée du Nord a affirmé mardi que ses tirs de missiles étaient un exercice en vue « de frapper les bases militaires de l’agresseur impérialiste américain au Japon en cas de besoin », aurait affirmé Kim Jong-un, cité par l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Ce système de défense antimissile est vu d’un très mauvais œil par la Chine, qui le considère comme une menace pour sa sécurité. Mais le « THAAD est un système de défense antimissile destiné simplement à protéger la Corée du Sud des missiles nord-coréens. C’est un système strictement défensif », a insisté mardi l’armée américaine.

Les tirs, lundi, de la Corée du Nord ont conduit Tokyo et Washington à demander une saisine du Conseil de sécurité de l’ONU, qui se réunira mercredi 8 mars.

En réponse, , la Corée du nord place ses troupes en état d’alerte …

Kim Jong-un a ordonné à sa Force stratégique de se maintenir en état d’alerte comme l’exige la situation sombre qui pourrait voir éclater une guerre à tout instant, et à se tenir prête à réagir rapidement et (…) à ouvrir le feu sur l’ennemi pour le détruire », poursuit l’agence, précisant que le dirigeant nord-coréen avait supervisé en personne les tirs de missiles.

Kim Jong-Un a ordonné « des contre-mesures exhaustives » plaçant ses troupes en état d’alerte permanent. Il a appelé son armée à être prête à intervenir à tout moment pour répondre aux  « déclencheurs de la guerre qui suscite régulièrement la colère de Pyongyang en organisant des manœuvres militaires conjointes ».

Selon Reuters depuis Séoul, l’agence officielle nord-coréenne a souligné qu’une forte envie des représailles sans merci contre les lanceurs des manœuvres militaires conjointes existe dans l’artillerie nord-coréenne.

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un considère ces manœuvres comme des « provocations et des préparatifs pour une invasion » de son territoire.

La Chine elle, qui se sent forcément visée , proteste et dénonce vivement le déploiement du système antimissile US en Corée du Sud :

L’annonce de ce déploiement a provoqué par le passé de vives protestations de Pékin, qui a pris des mesures de rétorsion économique visant notamment les secteurs de l’aviation commerciale et du tourisme sud-coréens. Séoul a dit mardi qu’elle pourrait saisir l’Organisation mondiale du commerce (OMC) si la Chine persistait dans cette voie.

La Chine juge le système THAAD inutile et craint que le puissant radar qu’il comporte ne compromette sa sécurité tout en ne faisant rien pour faire baisser la tension dans la péninsule coréenne.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a réitéré mardi la vive opposition de Pékin à la présence dans la région de ce système de défense.

« Les Etats-Unis et la Corée du Sud vont assumer les conséquences de ceci. Nous invitons à nouveau les parties concernées à cesser le processus de déploiement et à ne pas s’entêter à aller dans la mauvaise voie », a-t-il dit.

La Russie a aussi réagi, par le biais de son ministère des Affaires étrangères, jugeant que cette décision conduisait la situation dans la péninsule coréenne dans une impasse.

Lors de sa conversation avec Shinzo Abe, a dit le porte-parole du gouvernement japonais, Donald Trump a insisté sur l’importance du rôle de la Chine, seul allié de Pyongyang, dans la résolution de la crise nord-coréenne.

Selon l’armée japonaise, les missiles tirés lundi ont volé un millier de km, ce qui leur aurait aisément permis de frapper des bases américaines dans la région.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

WW3 – Alors que Moscou cherche a se réconcilier , L’OTAN lance l’opération « Viking 2017 » … près des frontières russes !

 

Alors que les relations OTAN-Russie ont été de plus en plus catastrophique récemment, il y a quelques signes indiquant que la situation n’est pas prête de changer (Pour le grand bonheur de Mc Cain et ses copains néo-conservateurs)

C’est loin d’être gagné comme vous allez le lire .  Le Risque d’une guerre est plus que jamais présent . Et ça peut aller très vite .

Tout d’abord une info positive – Les Russes cherchent (comme depuis le début/toujours) a se réconcilier avec les occidentaux .

En effet, dans un 1er temps Le dialogue RussieOtan reprend après deux ans de gel.  

Le chef de l’état-major général russe a eu effectivement son premier entretien téléphonique avec son homologue de l’Otan depuis le gel des contacts avec la Russie.

Le 3 mars, les deux hommes se sont penchés sur la façon d’assurer la sécurité dans le monde, ainsi que sur les perspectives de rétablissement de la coopération militaire entre les deux pays.

De plus, Moscou invite l’OTAN à une conférence sur la sécurité qui se tiendra en avril

La Russie a invité des responsables de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et de l’Union européenne (UE) à une conférence sur la sécurité qui se tiendra à Moscou le mois prochain, a déclaré vendredi le ministère russe de la Défense.

« En dépit de la suspension de la coopération militaire, des invitations à la conférence ont été envoyées à l’ensemble des membres de l’OTAN et de l’UE ainsi qu’à la direction de l’OTAN, » a dit le vice-ministre russe de la Défense, Alexander Fomin, lors d’un point de presse.

Également vendredi, le chef d’état-major des armées russes, Valery Gerasimov, et le président du Comité militaire de l’OTAN, Peter Pavel, ont discuté au téléphone des perspectives de restauration de l’interaction militaire et de la participation de représentants de l’OTAN à des événements internationaux parrainés par la Russie.

Cette conversation a été le premier contact militaire de haut niveau depuis que l’OTAN a décidé de geler les relations avec la Russie en avril 2014, en raison de l’annexion de la Crimée par la Russie et de son rôle présumé dans la crise ukrainienne.

 

Mais en réponse, comme je l’avais rapporté, le Renforcement de l’OTAN en Europe de l’Est face à la Russie s’amplifie, et ça continue . Ce qui montre que sur ce coup l’Otan a joué sur 2 tableaux, elle n’a fait que de la com en fait ..

La réalité est tout autre – Hier, la belliqueuse Otan a lancé un grand exercice naval en Norvège près des frontières russes 

Le grand exercice conjoint naval de l’Otan « Viking 2017 » a entamé lundi 6 mars pour durer jusqu’au 15 mars.

Un total de 8000 soldats de l’OTAN ont été déployés dans la région du Finnmark, dans le nord de la Norvège, à 300 km de la frontière russe, pour une série d’exercices militaires conjoints, a annoncé  le porte-parole de l’armée norvégienne.

Des troupes britanniques, américaines et norvégiennes, participent à cet exercice dont l’objectif principal est de pratiquer « la gestion de crise et la défense de la Norvège », selon le communiqué des forces armées norvégiennes.

Avant cet exercice, les troupes britanniques et américaines ont participé à des exercices préparatoires pour s’adapter aux conditions climatiques très froides de la Norvège.

« Les forces armées auront beaucoup d’activités dans l’air, avec des avions de chasse, des hélicoptères et des avions de transport. Pour assurer la sécurité dans l’air, nous avons donc décrété une interdiction de vol de drones « , a déclaré le porte-parole de l’armée norvégienne, Ivar Moen à la station de radio publique norvégienne NRK.

 

Les États-Unis ont expédié au mois de janvier environ 300 fusiliers marins en Norvège ce qui a provoqué la mise en garde sérieuse de la Russie.

L’Otan a entamé, depuis quelques mois, l’envoi d’armes et équipements miliaires en Estonie, en Lituanie et en Lettonie pour ce qu’elle qualifie de  « mesures destinées à faire face à l’agression russe ».

La tension entre la Russie et les puissances occidentales a monté d’un cran après l’annonce de l’indépendance de la Crimée de l’Ukraine et son annexion à la Russie, suite à un « oui absolu » des habitants de la Crimée exprimé via le référendum organisé en mars 2014.

L’Ukraine et ses alliés n’acceptent pas le résultat de ce référendum et accuse la Russie de déstabiliser la région.

Selon les médias Russes,  L’alarmisme de l’OTAN sur la «menace russe» dans les pays baltes n’est «qu’affaire de gros sous»

Le think-tank américain de renommée mondiale, la RAND Corporation, a publié un rapport affirmant que l’OTAN devrait faire plus pour contrer la menace russe potentielle et renforcer les pays baltes. L’organisme financé par le gouvernement américain a publié un rapport intitulé Guerre hybride dans les pays baltes : menaces et réponses potentielles.

Le document exprime une inquiétude au sujet du «recours de la Russie à une « guerre hybride », ce qui comprend des activités secrètes ou contestables, appuyées par des forces conventionnelles ou nucléaires, censées influencer la politique intérieure des pays ciblés».

En somme, Trump veut se réconcilier avec les Russes, et ces derniers aussi comme l’avait annoncé Poutine .

Mais il existe un schisme à l’intérieur même de l’Otan (Trump doit faire des compromis pour gouverner, notamment avec les dirigeants de l’Otan et les Néo cons dans le cas de la Russie)

L’establishment de l’élite continue sa tentative de révolution pourpre – et cherche toujours non seulement à affirmer sa supériorité stratégique et son hégémonie sur les Russes, mais aussi à déclencher une guerre …

( cf par exemple : Révolution pourpre et Troisième Guerre mondiale – La guerre de l’information entre L’OTAN et la Russie tourne à l’hystérie)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Le monde menacé par une nouvelle crise financière ?

C’est la mise en garde de Jean-Michel Naulot dans son livre « Eviter l’effondrement« , (éd. Seuil). L’ex banquier et ancien régulateur à l’AMF estime qu’une nouvelle crise est sur le point d’éclater. En cause selon lui : la dérégulation financière.

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :