RSS

Egon Von Greyerz: « Nous avons maintenant la recette parfaite pour un désastre mondial ! »

10 Fév

Philippe Béchade: La hausse du métal jaune provient d’une pénurie d’Or physique

Les investisseurs, dans la plupart des pays, font l’erreur de mesurer leurs rendements en se basant sur leur marché et leur devise nationale. Cela pouvait être le cas quand ils n’avaient accès qu’à leur marché local. Mais ce temps est révolu. Nous sommes maintenant dans une économie mondiale et la plupart des Occidentaux ont accès à des titres à l’échelle mondiale. Mais en Allemagne, au Royaume-Uni ou au Japon, les investisseurs mesurent encore leurs rendements avec leur propre devise – et encore plus aux États-Unis. À cause de la taille de l’économie américaine et de l’importance du dollar US, très peu d’Américains se préoccupent des marchés ou des devises étrangères.

Marché boursier américain: Entre mauvaise performance et surévaluation

Récemment, un de mes lecteurs a commenté que je n’avais pas considéré le marché boursier américain comme étant un bon endroit pour investir et que, donc, j’avais manqué une énorme opportunité. Laissez-moi vous dire que, pour plusieurs raisons, le marché boursier américain n’a pas été un bon investissement. Premièrement, je considère qu’un marché autant surévalué comporte des risques importants, et que l’on doit l’éviter, même s’il peut encore grimper. Il est vrai que quelqu’un qui aurait vendu ses actions sur le marché boursier américain en 2000, les aurait rachetées en 2002, revendues en 2007 et rachetées en 2009, aurait pu faire beaucoup d’argent. Mais l’investisseur moyen n’agit pas comme cela, sauf avec du recul.

Il y a deux principaux types d’investisseurs. L’investisseur le plus typique ne vend pas souvent et traverse toutes les tempêtes dans l’espoir que les actions grimpent perpétuellement. Cette théorie a merveilleusement bien fonctionné durant de longues périodes, au cours des cent dernières années. Il y a eu, bien sûr, de sévères périodes d’exception, comme après le krach de 1929 et le creux de 1932. Les investisseurs, à l’époque, ont dû attendre 25 ans pour revoir leur argent.

Ensuite, il y a les investisseurs qui échangent régulièrement sur le marché. Un certain nombre d’entre eux achètent au prix fort et vendent à bas prix, performant moins bien que le marché.

S&P: Performance réelle catastrophique

L’ensemble des actions boursières ont été un bon investissement, ces cent dernières années, à cause de l’expansion massive du crédit et de l’impression monétaire à travers le monde. Mais si, par exemple, nous faisons une analyse critique du rendement réel qu’aurait obtenu un investisseur sur l’indice S&P depuis le début du siècle, nous obtenons d’intéressants résultats :

Trois méthodes différentes pour mesurer la performance du S&P dans les années 2000

Le tableau ci-dessus donne des résultats vraiment différents pour le même investissement. Pour un Américain qui mesure en dollars, le rendement semble bon. Mais 55% sur 16 ans ne représente, en fait, que 2,8% par année (plus les dividendes), ce qui n’a rien de remarquable. La plupart des Américains voient leurs rendements en dollars, ce qui est acceptable si la devise est forte. Mais ce n’est pas le cas du dollar, qui est extrêmement faible depuis 1971. Un pays qui vit continuellement au-dessus de ses moyens paiera toujours sous la forme d’une devise affaiblie. Par rapport au franc suisse, le dollar a perdu 77% depuis 1971 et 37% depuis 2000. Si l’on mesure la performance du S&P en francs suisses depuis janvier 2000, il a baissé de 4% ! La plupart des investisseurs américains diront que cela leur est égal, mais c’est une erreur. Un rendement de 55% qui se transforme en -4% dans une autre devise montre que le gain, mesuré en dollars, n’est un gain qu’à cause de la devise faible. Ainsi, ce gain de 55% n’en est pas un; il n’est qu’une mesure de l’inflation.

L’Or est le révélateur de la performance réelle

Pour mesurer la vraie performance du S&P, il faut utiliser une devise qui ne peut pas être imprimée et qui, avec le temps, maintient un pouvoir d’achat constant, c’est-à-dire l’or. Alors, là, le tableau est très différent. Au lieu d’un gain de 55% en dollars-papier, le SP a perdu 65%, mesuré en monnaie véritable.

Les gouvernements essaient constamment de tromper les gens en dévaluant la monnaie. C’est pour cela que les gouvernements haïssent l’or : l’or révèle la vérité en exposant leur mauvaise gestion de l’économie. Le prix de l’or est aussi manipulé, surtout sur le marché papier, mais il reste encore la meilleure mesure de la performance réelle. Pour la simple et bonne raison que l’or est la seule monnaie qui ne soit pas produite par l’homme. L’or est la monnaie de la nature et continuera d’être la seule monnaie à survivre à travers l’histoire.

Pour revenir au tableau ci-dessus, on voit que très peu de gens réalisent qu’un gain illusoire de 55 000 $ est, en fait, une perte de 65 000 $, en monnaie véritable. Cela démontre à quel point il peut être dangereux de mesurer la performance et la richesse en se basant sur la mauvaise règle de mesure.

Comme je l’ai expliqué dans de nombreux interviews et articles, la destruction de la papier-monnaie va bientôt s’accélérer, alors que les gouvernements essaieront de sauver une économie mondiale et un système financier en faillite. Comparé à l’or, les actions boursières, les obligations et l’immobilier déclineront encore de 90%, au moins, dans les années à venir.

Nous avons maintenant la recette parfaite pour un désastre:

  1. Toutes les économies majeures, soit les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Europe et les marchés émergents, ont une dette qui a crû de manière exponentielle et qui ne pourra jamais être remboursée.
  2. Le système financier a une exposition brute de 2 000 000 milliards $. Lorsque les contreparties feront défaut, tout cela s’effondrera.
  3. Avec l’administration Trump en tête, le monde entrera bientôt dans une phase finale de dépenses effrénées, ce qui accélérera la vitesse de circulation de la monnaie et mènera à l’hyperinflation. Toutes les devises perdront de la valeur jusqu’à atteindre zéro.
  4. Les points 1 à 3 ci-dessus provoqueront une implosion déflationniste du système financier. Cela éliminera la dette et réduira la valeur de la plupart des actifs d’au moins 90%.
  5. Cette destruction totale de la dette est la seule chose qui puisse permettre au monde de repartir du bon pied, avec une base solide sur laquelle construire la future croissance et la prospérité.

L’antidote

Évidemment, l’or performera très bien durant cette période d’hyperinflation, et il pourrait atteindre les niveaux observés lors de la République de Weimar.

Mais le niveau absolu que pourrait atteindre le prix de l’or est sans importance. Le plus important est que l’or constituera la meilleure forme de préservation de richesse et d’assurance. L’or maintiendra aussi son pouvoir d’achat, mais fera sans doute beaucoup mieux. L’or performe bien en période de déflation, même s’il redescendra quelque peu de son haut hyperinflationniste. Mais ce sera la même chose avec le prix des biens et services. Au début de l’implosion déflationniste, il n’y aura sans doute pas de système bancaire opérationnel. L’or sera alors la seule monnaie disponible et, donc, jouera un rôle critique.

Je pense que l’année 2017 est celle où l’or et l’argent défieront leurs anciens sommets. Aux niveaux actuels, les métaux précieux physiques sont l’assurance la moins chère et le meilleur investissement que l’on puisse détenir.

Source

Advertisements
 
1 commentaire

Publié par le 10 février 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Une réponse à “Egon Von Greyerz: « Nous avons maintenant la recette parfaite pour un désastre mondial ! »

  1. Valaraukar

    10 février 2017 at 4:49

    « Il y a trop de shorts ».

    La bourse prend de l’avance sur l’été.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :