RSS

Une application mobile vérifie l’impact de vos aliments sur votre santé

30 Jan

Arrivée d'une nouvelle application sur l'étiquetage alimentaire

L’application Yuka scanne et évalue les aliments des grandes surfaces

Plus besoin de passer du temps à comparer les étiquettes alimentaires lorsque vous faites vos courses dans les grandes surfaces : en quelques clics, l’application Yuka les déchiffre pour vous et oriente vers un produit plus sain. 

Via Sciences et Avenir :

DIÉTÉTIQUE. Choisir ses aliments en fonction des valeurs nutritionnelles, du taux d’additifs ou de son origine « bio » dans les grandes surfaces peut être un vrai casse-tête. Quel est le produit le plus sain parmi les multiples propositions des rayons ? L’application Yuka, disponible depuis janvier 2017 sur IOS, se charge de ce fastidieux travail. Le principe ? Vous scannez le code barre des aliments et Yuka vous dit si ceux-ci sont « excellents » (vert foncé), « bons » (vert clair), « médiocres »(orange) voire « mauvais » (rouge). De quoi vous recommander ensuite si besoin un produit similaire « plus sain » que vous pouvez filtrer selon la grande surface où vous vous trouvez. Et l’application classe même les meilleurs produits parmi les catégories apéro, biscuits, céréales, jus de fruits, pains de mie et pizzas, tous distributeurs confondus ou par distributeur, selon vos filtres.

Une évaluation basée sur 3 critères

L’algorithme crée par Yuka se fonde sur trois critères, dans des proportions différentes : 60% de l’évaluation repose sur la qualité nutritionnelle (c’est à dire la quantité d’énergie, de graisses saturées, de sucres, de sel, de fibres et de protéines) et la quantité de fruits et légumes présents dans le produit. La méthode de calcul se base sur le système Nutri-score développé par le professeur Serge Hercberg dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé proposée par l’Etat. Les 30% suivants sont calculés en fonction de la présence d’additifs nocifs, à partir de la classification réalisée par l’UFC Que Choisir. Enfin, les 10% restants s’intéressent à l’origine des produits, c’est à dire s’ils bénéficient du label bio français (AB) et/ou du label bio européen (Eurofeuille). En fonction de ces trois critères pondérés, l’algorithme donne une note sur 100, rattachée à une appréciation et une couleur : « excellent » pour une note entre 100 et 75, « bon » pour 75 à 50, « médiocre » pour 50 à 25 et mauvais en dessous.

TEST. Sciences et Avenir a testé l’application. En un scan du code barre (si votre téléphone capte la 3G dans le supermarché) il est effectivement possible d’obtenir immédiatement la note du produit ciblé. Et l’exercice réserve des surprises, notamment par des produits « bio » mal notés. Le hic : dans la pratique, il n’est pas toujours évident de retrouver les produits recommandés, même en spécifiant le nom de l’enseigne où l’on se situe. Ce qui ralentit quelque peu le temps de courses. Et l’application ne reconnait pas encore tous les aliments des rayons.

L’étiquetage nutritionnel toujours en question en France

En reprenant le système Nutri-score préconisé par le Professeur Serge Hercberg, la société Yuka relance les débats houleux sur l’étiquetage nutritionnel en France. En septembre 2016 était lancé un test, à l’initiative de Marisol Touraine, pour départager quatre dispositifs d’étiquetage nutritionnel :

  • le Nutri-score (avec cinq couleurs) défendu par le Haut conseil de la santé publique (HCSP), système qui avait été jugé le plus à même d’orienter les choix des consommateurs vers une alimentation plus équilibrée, selon une étude comparative publiée en 2015.
  • le Traffic Lights Multiples, basé sur trois couleurs tel qu’il existe au Royaume-Uni
  • les Repères Journaliers Recommandés (ou Apports de Référence) déjà utilisés en France par certains industriels
  • le système d’Étiquetage Nutritionnel Simplifié (SENS) mis en avant par la grande distribution qui n’utilise pas de logo.

Comparatif des différents étiquetages envisagés

Une application inspirée de l’expérimentation d’étiquetage

Cette expérimentation aurait dû se terminer en décembre 2016 mais il n’y a pour le moment aucun retour sur cette étude. De toute façon, l’équipe de Yuka est sceptique quant à la mise en place d’une réglementation sur l’étiquetage nutritionnel en France : « il y a trop de résistances contre ce projet et le test lui-même a suscité de nombreuses polémiques » estime Julie Chapon, co-fondatrice de la start-up. Avec ses deux autres associés Benoit et François Martin, ils ont donc créé leurs propres références, en reprenant certes le système à cinq couleurs pour les qualités nutritionnelles mais en y ajoutant la présence d’additifs et la dimension biologique du produit pour ne pas se positionner.

Mais en cas de succès, cette application ne risquerait-elle pas d’agacer les distributeurs ? L’équipe a pris ses précautions : « Nous avons rencontré des distributeurs en amont tels que Carrefour, Auchan, Monoprix, pour voir avec eux comment l’application pourrait les aider à faire évoluer les propositions de produits en fonction du choix des consommateurs car si ces derniers consomment de plus en plus sains, les distributeurs seront forcés de s’adapter. Eux-mêmes sont demandeurs donc on réfléchit avec eux à une déclinaison de l’application qu’ils pourraient utiliser avec leurs clients ».

SUCCÈS. En attendant, Yuka se focalise sur les consommateurs et va encore évoluer par rapport à leurs demandes. « Grâce aux retours reçus lors d’une phase test entre septembre et décembre 2016, nous avons développé une fonction pour enregistrer ses produits favoris, afin de se constituer une véritable liste de courses« . L’application est totalement gratuite pour le moment. À terme, des fonctionnalités supplémentaires payantes pourraient voir le jour « mais le coeur de l’application restera gratuit » promet Julie Chapon. Quelques jours après son lancement de l’application le 9 janvier 2017, l’application comptabilisait 1.000 inscrits. Deux semaines plus tard, ce nombre a déjà triplé.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 30 janvier 2017 dans Education - information, général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

3 réponses à “Une application mobile vérifie l’impact de vos aliments sur votre santé

  1. journuit

    30 janvier 2017 at 7:24

    Application « machin » application « bidule » , mais qu’est-ce que c’est bien !
    Seulement , ne voyez-vous pas que cela favorise la paresse , que cela éteint le peu d’intelligence encore présente . Ne pensez plus par vous-mêmes , en vous référant toujours à ce genre de
    bazar , c’est ce qu’ils veulent et cela marche …..

     
    • Valaraukar

      31 janvier 2017 at 5:17

      Clair. On abandonne son libre arbitre et l’utilisation de sa propre intelligence pour se désengager sur l’avis d’une « application ». Débilisation à marche forcée.
      D’abord, pour bien manger, la première règle, c’est de ne pas acheter de produit trop manufacturé. Ou alors de le faire en conscience que c’est de la merde. Ça s’appelle la responsabilité.
      Sinon, le mieux est de trouver un maraicher, et un artisan-boucher et d’aller régulièrement leur acheter des fruits et légumes, ainsi que la viande fraiche. Plus besoin d’application stupide et problème réglé.

       
  2. journuit

    1 février 2017 at 12:15

    Un scoop ! une application qui marche à tous les coups , à condition de l’écouter , c’est
    l’ INSTINCT .

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :