RSS

Archives Mensuelles: janvier 2017

Une application mobile vérifie l’impact de vos aliments sur votre santé

Arrivée d'une nouvelle application sur l'étiquetage alimentaire

L’application Yuka scanne et évalue les aliments des grandes surfaces

Plus besoin de passer du temps à comparer les étiquettes alimentaires lorsque vous faites vos courses dans les grandes surfaces : en quelques clics, l’application Yuka les déchiffre pour vous et oriente vers un produit plus sain. 

Via Sciences et Avenir :

DIÉTÉTIQUE. Choisir ses aliments en fonction des valeurs nutritionnelles, du taux d’additifs ou de son origine « bio » dans les grandes surfaces peut être un vrai casse-tête. Quel est le produit le plus sain parmi les multiples propositions des rayons ? L’application Yuka, disponible depuis janvier 2017 sur IOS, se charge de ce fastidieux travail. Le principe ? Vous scannez le code barre des aliments et Yuka vous dit si ceux-ci sont « excellents » (vert foncé), « bons » (vert clair), « médiocres »(orange) voire « mauvais » (rouge). De quoi vous recommander ensuite si besoin un produit similaire « plus sain » que vous pouvez filtrer selon la grande surface où vous vous trouvez. Et l’application classe même les meilleurs produits parmi les catégories apéro, biscuits, céréales, jus de fruits, pains de mie et pizzas, tous distributeurs confondus ou par distributeur, selon vos filtres.

Une évaluation basée sur 3 critères

L’algorithme crée par Yuka se fonde sur trois critères, dans des proportions différentes : 60% de l’évaluation repose sur la qualité nutritionnelle (c’est à dire la quantité d’énergie, de graisses saturées, de sucres, de sel, de fibres et de protéines) et la quantité de fruits et légumes présents dans le produit. La méthode de calcul se base sur le système Nutri-score développé par le professeur Serge Hercberg dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé proposée par l’Etat. Les 30% suivants sont calculés en fonction de la présence d’additifs nocifs, à partir de la classification réalisée par l’UFC Que Choisir. Enfin, les 10% restants s’intéressent à l’origine des produits, c’est à dire s’ils bénéficient du label bio français (AB) et/ou du label bio européen (Eurofeuille). En fonction de ces trois critères pondérés, l’algorithme donne une note sur 100, rattachée à une appréciation et une couleur : « excellent » pour une note entre 100 et 75, « bon » pour 75 à 50, « médiocre » pour 50 à 25 et mauvais en dessous.

TEST. Sciences et Avenir a testé l’application. En un scan du code barre (si votre téléphone capte la 3G dans le supermarché) il est effectivement possible d’obtenir immédiatement la note du produit ciblé. Et l’exercice réserve des surprises, notamment par des produits « bio » mal notés. Le hic : dans la pratique, il n’est pas toujours évident de retrouver les produits recommandés, même en spécifiant le nom de l’enseigne où l’on se situe. Ce qui ralentit quelque peu le temps de courses. Et l’application ne reconnait pas encore tous les aliments des rayons.

L’étiquetage nutritionnel toujours en question en France

En reprenant le système Nutri-score préconisé par le Professeur Serge Hercberg, la société Yuka relance les débats houleux sur l’étiquetage nutritionnel en France. En septembre 2016 était lancé un test, à l’initiative de Marisol Touraine, pour départager quatre dispositifs d’étiquetage nutritionnel :

  • le Nutri-score (avec cinq couleurs) défendu par le Haut conseil de la santé publique (HCSP), système qui avait été jugé le plus à même d’orienter les choix des consommateurs vers une alimentation plus équilibrée, selon une étude comparative publiée en 2015.
  • le Traffic Lights Multiples, basé sur trois couleurs tel qu’il existe au Royaume-Uni
  • les Repères Journaliers Recommandés (ou Apports de Référence) déjà utilisés en France par certains industriels
  • le système d’Étiquetage Nutritionnel Simplifié (SENS) mis en avant par la grande distribution qui n’utilise pas de logo.

Comparatif des différents étiquetages envisagés

Une application inspirée de l’expérimentation d’étiquetage

Cette expérimentation aurait dû se terminer en décembre 2016 mais il n’y a pour le moment aucun retour sur cette étude. De toute façon, l’équipe de Yuka est sceptique quant à la mise en place d’une réglementation sur l’étiquetage nutritionnel en France : « il y a trop de résistances contre ce projet et le test lui-même a suscité de nombreuses polémiques » estime Julie Chapon, co-fondatrice de la start-up. Avec ses deux autres associés Benoit et François Martin, ils ont donc créé leurs propres références, en reprenant certes le système à cinq couleurs pour les qualités nutritionnelles mais en y ajoutant la présence d’additifs et la dimension biologique du produit pour ne pas se positionner.

Mais en cas de succès, cette application ne risquerait-elle pas d’agacer les distributeurs ? L’équipe a pris ses précautions : « Nous avons rencontré des distributeurs en amont tels que Carrefour, Auchan, Monoprix, pour voir avec eux comment l’application pourrait les aider à faire évoluer les propositions de produits en fonction du choix des consommateurs car si ces derniers consomment de plus en plus sains, les distributeurs seront forcés de s’adapter. Eux-mêmes sont demandeurs donc on réfléchit avec eux à une déclinaison de l’application qu’ils pourraient utiliser avec leurs clients ».

SUCCÈS. En attendant, Yuka se focalise sur les consommateurs et va encore évoluer par rapport à leurs demandes. « Grâce aux retours reçus lors d’une phase test entre septembre et décembre 2016, nous avons développé une fonction pour enregistrer ses produits favoris, afin de se constituer une véritable liste de courses« . L’application est totalement gratuite pour le moment. À terme, des fonctionnalités supplémentaires payantes pourraient voir le jour « mais le coeur de l’application restera gratuit » promet Julie Chapon. Quelques jours après son lancement de l’application le 9 janvier 2017, l’application comptabilisait 1.000 inscrits. Deux semaines plus tard, ce nombre a déjà triplé.

 
3 Commentaires

Publié par le 30 janvier 2017 dans Education - information, général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

« Procès du processus électif représentatif », une conférence majeure d’Étienne Chouard

Voici la vidéo d’une conférence donnée par Étienne Chouard au théâtre Soum-Soum à Paris en Décembre 2016 sur les travers et les vices de l’élection.

La reprise du pouvoir par le peuple et pour le peuple .

Le « cerveau collectif » doit passer à l’action comme le précise ici Chouard, qui nous rappelle qu’il faut à tout prix repenser notre democrassie  ……. De A à Z .

Énormément d’intellectuels travaillent en ce moment même à trouver le parfait système démocratique .  

Fini le Diviser pour mieux régner . (ce que font nos politiciens pantins, des technocrates corrompus qui sont en constant conflit d’intérêt par définition, car c’est inscrit dans la nature humaine … et cela se matérialisé dans notre constitution – les élites qui détiennent le « pouvoir » tiennent à tout prix à le garder)

Cela passe par une refonte absolue du processus constitutionnel …

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 janvier 2017 dans général, International, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Un allié politique de Merkel appelle à la levée des sanctions antirusses

Afficher l'image d'origine

Ça y est ,comme je vous l’avais annoncé (Cf entre autres : Fin de l’Euro : Mario Draghi valide et l’élite Européenne en panique entame « le Processus » à Davos )  De plus en plus de pays Européens, notamment L’Allemagne (y compris nous les Français) se tournent vers la Russie de Vlad Vladimirovich …  

N’oubliez pas que dernièrement Seize Etats européens dirigés par l’Allemagne Veulent un accord sur le contrôle des armements avec la Russie ,… :

16 Etats européens  ont soutenu  l’initiative de l’ Allemagne pour lancer des discussions avec la Russie sur un nouvel accord sur le contrôle des armements.

«La sécurité de l’ Europe est en danger»,a dit au journal Die Welt dans une interview publiée le 25 Novembre le ministre allemand Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier  

«Aussi difficile que des liens avec la Russie peuvent être actuellement, nous avons besoin de plus de dialogue, pas moins».

Comme le souligne Charles Sannat – Qu’on l’aime ou pas, Trump est aux affaires et il tient pour le moment bon la barre, une barre dont il a radicalement changé le cap.

Les mondialistes européens qui sanctionnaient la Russie contre leurs propres intérêts sont orphelins.

Hollande n’en a plus pour longtemps. Merkel voit son leadership contesté en Allemagne.

Les Européens sont perdus . La fin du monde unipolaire approche à grands pas . 

Le mouvement s’amplifie – Un allié politique de Merkel appelle à la levée des sanctions antirusses : 

La nécessité de la levée des sanctions antirusses et du retour de la Russie au sein du G8 devient de plus en plus évidente pour les politiques allemands.

Le Premier ministre bavarois Horst Seehofer, allié de la chancelière fédérale Angela Merkel dans le cadre de la coalition dirigeante allemande CDU/CSU, prône la levée des sanctions antirusses en 2017 et le retour de la Russie au sein du G8.

« Les sanctions visant la Russie doivent être levées dès cette année. Par ailleurs, la Russie doit réintégrer le G8. Nous devons renoncer à la mentalité des blocs héritée du XXe siècle. Des réponses conjointes s’imposent face à des problèmes tels que le terrorisme, les migrations et les changements climatiques », a déclaré M. Seehofer dans une interview publiée dimanche dans le Bild am Sonntag.

Le chef du gouvernement de Bavière a souligné qu’il désapprouvait une politique reposant sur le « cliquetis des armes » et appelé à prendre en considération différents points de vue sur le problème de la Crimée, tout en aspirant à des « rapports économiques raisonnables ».

Le nouveau chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel a déclaré vendredi à l’issue d’un entretien à Paris avec son homologue français Jean-Marc Ayrault que la levée des sanctions imposées par l’Union européenne à la Russie était conditionnée à la mise en application intégrale des accords de Minsk.

« L’Allemagne et la France adoptent une position explicite sur les sanctions. Nous voulons que les accords de Minsk soient appliqués. C’est la seule voie qui permettra de procéder à la levée des sanctions », a insisté le nouveau ministre allemand des Affaires étrangères.

Le 31 août dernier, Frank-Walter Steinmeier, prédécesseur de Sigmar Gabriel à la tête de la diplomatie allemande, était intervenu lui aussi en faveur du retour de la Russie au sein du G8.

Le G8 n’existe plus depuis 2014, suite à la réunification de la Crimée avec la Russie.

La Crimée et Sébastopol ont été rattachés à la Russie à la suite d’un référendum tenu en mars 2014. 96,77 % des Criméens et 95,6 % des habitants de la ville de Sébastopol (ville criméenne avec un statut particulier) ont voté pour le rattachement à la Russie. La péninsule avait été « offerte » à l’Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954. Aujourd’hui, l’Ukraine continue de considérer ce territoire comme le sien. La majorité des pays occidentaux soutiennent la position de Kiev et ont introduit des sanctions antirusses en 2014.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

« Monnaicide » , la destruction programmée planifiée de vos épargnes et de votre liberté

Afficher l'image d'origine

Bonjour à tous ! Comme je vous l’ai expliqué , Le « Deep state » n’est pas « l’establishment »  (bien que tous les deux soient liés) . Oui, nous subissons une forme de « monnaicide » (cf par exemple mon dernier papier : À Davos, les élites poussent encore et toujours pour le bannissement du cash (Infographie)  – j’en parle souvent .   

« Monnaicide » , la destruction programmée planifiée de vos épargnes et de votre liberté :

Stewart Dougherty est de retour comme contributeur, et je crois qu’il s’agit, à date, de son meilleur travail. Je veux partager avec vous quelques-unes de ses pensées, exprimées à travers nos échanges de mails :

Je suis d’accord avec ce que vous m’avez écrit au sujet de l’or qui devrait exploser à la hausse cette année. Les conditions n’ont jamais été aussi bonnes, pour plusieurs raisons. J’espère qu’il triomphera enfin, et une fois pour toutes, des manipulateurs qui s’efforcent de garder son prix bas. 

Je continue de penser que l’élimination du cash (l’argent liquide) est la question la plus importante. Il s’agit d’une fraude aux proportions épiques, et ses répercussions sont sombres et troublantes. Je reviens souvent sur ce sujet, mais c’est parce que cela me semble être très, très important. Parfois, il faut répéter les choses cinq fois avant que les gens ne disent « oui, c’est important, je devrais y faire quelque chose. » Si les gens décident d’y « faire quelque chose », ils vont réaliser que leurs options sont limitées. L’or en est une des rares. La demande pour l’or exploserait si les gens comprenaient enfin pourquoi il faut s’en procurer dès maintenant. Je me sens un peu comme Don Quichotte, mais je crois aussi que la digue qui empêche cette prise de conscience va bientôt céder, ce qui pourrait provoquer un déluge de nouvelles consciences populaires et d’actions.

Après une décennie d’analyses très détaillées et psychologiquement difficiles, le Dr. Rudolph Rummel a déterminé que les gouvernements, au 20ème siècle, avaient tué 262 millions de leurs propres citoyens. Cela s’additionne au près de 40 millions de soldats tués au combat au cours du même siècle, dans des guerres menées par les gouvernements. En tout, les gouvernements sont responsables des meurtres de 300 millions de personnes, rien que dans les années 1900.

Rummel a inventé un terme pour ce massacre : « démocide », qu’il a défini comme « le meurtre d’une personne ou d’une population par un gouvernement, y compris le génocide, le politicide, et les exécutions de masse ».

Il a conclu que la cause première de cette tuerie « démocidale » était l’accoutumance au pouvoir et l’abus de pouvoir. En reformulant la célèbre citation de Lord Acton (« Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument »), Rummel a dit : « Le pouvoir tue; le pouvoir absolu tue absolument. »

En résumant ce qu’il avait appris de sa recherche sur le problème récurrent des massacres commis par les gouvernements, il a écrit : « Le problème, c’est le pouvoir. La solution, c’est la démocratie. Le chemin à suivre est de favoriser la liberté. »

La semaine dernière, à Davos, en Suisse, une petite clique de gens riches et puissants se sont réunis pour affiner et faire progresser leur plan de commandement, de contrôle et d’exploitation de l’humanité, dont l’objectif premier est de détruire la liberté humaine.

Malgré les coups de semonce d’une populace de plus en plus pillée et dégoûtée, il était clair que l’élite de Davos n’a pas entendu ou ressenti quoi que ce soit. Ils mettent les pleins gaz dans la mise en œuvre du projet visant à augmenter leur contrôle et leurs profits au détriment des pauvres citoyens du monde.

Un des principes au cœur de l’analyse inférentielle, une méthodologie de prévision que nous avons développée et que nous utilisons, est que tous les événements représentent des forces vitales en action. Toutes les forces vitales cherchent constamment à devenir plus fortes, à élargir leur portée et à atteindre des positions dominantes. Ces forces ne veulent pas seulement survivre – elles cherchent à prévaloir.

Pour illustrer, l’avarice n’est pas qu’une soif insatiable pour l’argent affichée par certaines personnes; il s’agit d’une force vitale fondamentale qui anime ces personnes, qui en sont les hôtes. L’avarice recherche constamment de nouveaux ambassadeurs qui la transporteront vers de nouveaux sommets de réussite. Occasionnellement, l’avarice touche le gros lot en tombant sur des hôtes particulièrement talentueux, capables d’élargir considérablement son domaine. Par exemple les gens qui créent des caisses noires, qu’ils appellent « fondations », afin de voler l’argent destiné aux plus pauvres de la planète, comme les Haïtiens. Les fous criminels sont d’excellents véhicules pour les forces vitales du mal, comme l’avarice.

Le Dr. Rummel a prouvé que le génocide est une autre force vitale qui cherche constamment à gravir de nouveaux échelons et à s’emparer de nouveaux territoires. Le génocide, qui est loin d’être fait avec humanité, sait instinctivement, comme toutes les forces vitales, qu’il doit s’adapter, se moderniser et se transformer, pour avoir encore plus de succès, avec le temps.

Le génocide sait qu’il a de grands souliers à chausser au 21ème siècle s’il veut dépasser les réussites remarquables du siècle dernier – plus de 262 millions de personnes assassinées. Tandis qu’Obama a fait tout son possible pour détruire les relations des États-Unis et déclencher des hostilités avec la Russie et la Chine, et que Merkel fait de son mieux pour orchestrer le massacre de la civilisation en Allemagne et à travers l’Europe, Xi n’est pas Mao, et Poutine n’est pas Staline. Le génocide se demande : « D’où tous les morts sont-ils supposés venir dans les 83 prochaines années, si je veux dépasser le record du siècle dernier ? »

Les forces vitales feront tout ce qu’elles doivent pour inventer de nouvelles stratégies, créer de nouvelles formes, conquérir de nouveaux territoires et établir de nouveaux records. Elles sont des modèles d’évolution. Fidèle à son instinct pour l’excellence, le génocide évolue actuellement sous nos yeux, et il n’y a qu’à regarder pour s’en rendre compte.

Le génocide a réalisé que ses opportunités destructrices dans ce monde sont bien plus grandes qu’il ne l’avait imaginé. Il comprend maintenant que l’extermination des humains ne constitue pas sa seule forme d’expression. Il peut annihiler quelque chose de mieux, encore : la liberté humaine, une cible plus grosse, plus facile à détruire. Il en est arrivé à la conviction profonde qu’il est impossible pour les gens d’être libres s’ils sont des esclaves financiers. Cet esclavage financier peut se déployer à grande échelle si les gens croulent sous les dettes, dépendent entièrement des banquiers et sont systématiquement appauvris, sans aucun moyen d’y échapper. Le génocide a compris que l’esclavage du 21ème siècle sera numérique, et il se montre très enthousiaste quant à son avenir.

À Davos, les oligarques de l’État profond (Deep State) ont intensifié leurs efforts en vue de l’élimination du cash. Ils ont recruté de nouveaux complices pour promouvoir leur plan, incluant Dan Schulman, président de PayPal, et Joseph Stiglitz, de la Columbia University et prix Nobel. Ils ont rejoints d’autres membres de l’État profond qui promeuvent une société sans-cash depuis un certain temps, comme Lawrence Summers et Kenneth Rogoff, du Groupe des 30, qui étaient tous les deux à Davos.

Un système de paiement numérique international, oligopolistique, constitue la clé de voûte du plan mondialiste du Deep State, et est une condition préalable à la mise en œuvre d’une gouvernance transnationale et d’un contrôle total, avec profits à la clé. Les oligarques réalisent que s’ils peuvent prendre le contrôle de la monnaie, ils pourront alors contrôler les gens. Ainsi, ils s’évertuent encore plus qu’avant à promouvoir leur plan, avant que les gens n’en réalisent l’intention extraordinairement malsaine et les implications, et ne se soulèvent pour le rejeter.

À nos yeux, le plan visant à éliminer le cash, c’est le génocide qui souhaite s’approprier le 21ème siècle, en utilisant un hôte encore plus puissant que les gouvernements : les oligarques de l’État profond qui les ont achetés et qui les contrôlent. C’est comme si le génocide lançait un nouveau produit. Nous l’avons nommé « monnaicide » (« currecide » en anglais), pour meurtre de masse des monnaies. Mais cela ne s’arrêtera pas là. Le « monnaicide » provoquera la destruction de l’épargne des gens et avec, de leur liberté.

Ce « monnaicide » est la fraude la plus néfaste, étendue et potentiellement profitable jamais commise contre les peuples. Le plan est simple, et s’il réussit, il génèrera des rendements astronomiques pour les membres du Deep State qui le mettent en place : piéger l’argent des gens dans leurs institutions financières, puis les piller systématiquement avec des taux d’intérêt négatifs, des frais de transactions, et des coûts bancaires mensuels et annuels en constante augmentation. Lorsque les gens auront vu leur épargne disparaître, ils seront forcés de se tourner vers les banques pour des prêts, et les frais d’intérêt ajoutés à leurs dettes les appauvriront encore plus, dans un cercle vicieux qui se nourrit lui-même.

Le timing de ce « monnaicide » est mortel, financièrement, pour les gens, parce qu’il arrive au moment où les fonds de pension et les programmes sociaux gouvernementaux se dirigent vers la faillite. Ainsi, les épargnes des gens seront attaquées au moment où ils en auront le plus besoin pour survivre.

Le « monnaicide » aboutira à l’instauration d’une forme de taxation entièrement nouvelle et progressive : la taxe financière. L’argent généré par ces taxes financières ne coulera pas vers les gouvernements; il ira vers les propriétaires de ces gouvernements : les banquiers et les oligarques de l’État profond. En plus de  « rendre à César », les gens devront « rendre à Mammon ».

L’intérêt financier personnel des promoteurs de l’élimination du cash est évident. PayPal est dans les paiements numériques, donc un système de paiement oligopole enrichira Schulman personnellement. Summers, lui, est directeur de Lending Club (monnaie numérique), ainsi qu’un « consultant senior » pour Digital Currency Group (monnaie numérique). Lui aussi s’attend à profiter du « monnaicide ». Presque tous ceux qui militent pour l’élimination du cash font du conseil pour les banques, ou sont financés par elles, les orchestratrices et bénéficiaires de la fraude. Toute cette promotion est tissée d’intérêts personnels, d’avarice et, surtout, de soif de pouvoir, ce contre quoi Rummel nous a si bien averti.

Il n’a fallu que sept jours après l’annonce surprise du premier ministre indien, Narendra Modi, de démonétiser 86% du cash de l’Inde, avant que Bill Gates, l’homme le plus riche de la planète avec 92 milliards $, ne se pointe à New Delhi. Il rencontra Modi et le félicita pour son acte, malgré le fait que cela créa une catastrophe financière sans précédent et de la misère pour des centaines de millions d’Indiens. Gates parla d’une « initiative courageuse du gouvernement ».

Selon la BBC, Gates a pressé Modi de laisser les compagnies de téléphonie mobile pénétrer le marché du financement à la consommation. Dans un discours, Bill Gate a dit : « … ces services (numériques financiers) peuvent transformer votre téléphone mobile en une sorte d’agence bancaire numérique, vous permettant de payer pour des biens et services, de transférer de l’argent et même d’obtenir un prêt en un simple clic… Un mouvement vers le domaine numérique (en d’autres mots, l’élimination ultime du cash, une mine d’or potentielle pour Microsoft, que Bill Gates défend depuis longtemps) coupera les coûts de transactions, permettra aux gouvernements de payer les bénéfices directement aux personnes qui en ont besoin, et rendra le crédit plus facile et moins coûteux pour tout le monde. »

Grâce à Bill Gates, le plan du Deep State est clair : premièrement, rendre des centaines de millions de citoyens supplémentaires accros à la drogue dispendieuse et toxique qu’ils vendent : la dette. C’est ce qu’il voulait dire quand il dit qu’un système financier numérique, sans cash, permettrait aux gens « d’obtenir un prêt en un simple clic, » et de « rendre le crédit plus accessible et moins coûteux pour tout le monde. » Avec les citoyens occidentaux étouffés par la dette, l’État profond doit élargir ses horizons, et Gates apporte sa contribution. Deuxièmement : piéger l’argent des gens dans le système bancaire, sans possibilité de retirer du cash. Troisièmement : numériser les besoins vitaux de l’humanité (comme l’argent) afin de s’octroyer un contrôle maximal et rendre possible la « désactivation » des fauteurs de troubles qui n’adhèrent pas au projet mondialiste qui leur est imposé.

Ce « monnaicide » planifié constitue la preuve irréfutable que ce sont les oligarques de l’État profond, et non les gouvernements, qui ont le contrôle. Il n’y a pas un seul représentant élu au Congrès, à ce que l’on sache, qui a fait campagne pour l’élimination du cash. À notre connaissance, les membres du Congrès ont été silencieux sur ce sujet. Le plan d’une société sans argent liquide ne vient pas du peuple ou de leurs représentants. Il vient des banquiers du Deep State qui entendent bien faire fortune avec lui, aux dépens de l’indépendance financière des gens et de leur liberté personnelle.

Pour protéger votre argent et votre liberté, vous devez posséder des actifs réels qui ont traversé le temps. Il existe très peu de façons de le faire, et vos options actuelles n’existeront pas toujours. L’offre pour les choses qui pourront vous protéger est largement insuffisante pour satisfaire la forte demande qui se profile. Nous le disons et le redisons, parce que c’est tellement important. À travers nos recherches, nous ne voyons pas de menace plus sérieuse pour les gens que ce « monnaicide », étant donné sa conception foncièrement malsaine et ses répercussions destructives, s’il se concrétisait. Selon nous, l’or et l’argent peuvent vous protéger comme peu d’autres choses le peuvent. Nous vous prions de faire attention au biais de normalité, qui nous dit qu’il n’y a pas urgence à agir, parce que le système, dans le fond, tient toujours, jusqu’à présent, et qu’il tiendra donc toujours. Le biais de normalité, une force psychologique puissante, peut nous mettre en situation de risque extrême. Nous espérons que vous envisagerez sérieusement d’agir maintenant, tant que vous le pouvez, et ignorerez les sirènes du biais de la normalité. Nous écrivons pour informer et, nous l’espérons, aider les gens. Nous ne sommes pas des vendeurs de métaux précieux, des courtiers en valeurs mobilières ou des conseillers financiers, et nous ne recevons aucune compensation, quelle qu’elle soit, pour ce nous vous rapportons ou vous suggérons.

 
8 Commentaires

Publié par le 30 janvier 2017 dans économie, général, International, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Docu – L’Homme Augmenté ?

Un Docu assez intéressant que je n’avais jamais diffusé  …

 
1 commentaire

Publié par le 27 janvier 2017 dans général, Insolite, Sciences, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : ,

En Australie, la reconnaissance faciale va remplacer le passeport au contrôle des frontières …

Déjà que L’Australie est devenu le premier pays à mettre en place les puces electroniques pour le public … C’est un Pays certes en avant garde dans pas mal de domaines, mais comme vous le constatez, ce n’est pas forcément toujours dans le bon sens . (c’est ça le progrès ? la « môôôôdernité » ???) 

Le Département australien de l’immigration et de la protection des frontières prévoit de remplacer le contrôle des passeports par un système de reconnaissance faciale automatique, un système qui ne dispensera toutefois pas d’apporter son passeport pour les séjours en Australie.

Le Sydney Morning Herald rapporte que le Département australien de l’immigration et de la protection des frontières souhaite remplacer le contrôle des passeports aux frontières par l’adoption des systèmes d’identification biométriques permettant de reconnaître un visage ou des empreintes digitales. C’est un changement qui entre dans le cadre du programme Seamless Traveler Initiative visant à automatiser et à rationaliser le contrôle des frontières.

Identifier de manière rapide et efficace les personnes inscrites comme « sensibles » sur les listes devrait être possible grâce à l’adoption de ce nouveau système de contrôle. Aujourd’hui, une identification peut prendre du temps pour les agents de contrôle qui doivent s’appuyer sur les informations contenues sur les billets, l’historique des déplacements aériens, le casier judiciaire de l’individu, etc. pour repérer ces individus « sensibles ». Selon John Coyne, chef de la sécurité aux frontières de l’Institut australien de réglementation stratégique, ce nouveau système permettra leur identification automatique.

Des freins semblent être toutefois toujours présents quant à la réelle efficacité de ce type de système. Le taux d’échec reste encore à ce jour trop important et il peine notamment à la reconnaissance des personnes noires. Un premier test de ce système devrait être mis en place dans le courant du mois de juillet prochain à l’aéroport de Canberra, la capitale australienne avec pour objectif l’adoption du système d’ici 2020 afin de vérifier l’identité de 90 % des voyageurs de manière fiable.

Toutefois, les Australiens auront toujours besoin de leur passeport quand ils voyageront à l’étranger et les étrangers désirant séjourner en Australie devront également transporter le leur.

Source via SP

 

Étiquettes : , , , , , ,

Visualiser la pollution de l’air dans le monde

capture-pollution
 Superbe carte animée sur Air Visual Earth (Cliquez ici pour accéder au site en entier)

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à la pollution de l’air dans le monde. 

 

Voici une carte de la pollution aux PM2,5 (Source)

pollution air particules

 

pollution air particules

On voit que les zones polluées sont les zones désertiques (à cause du sable) puis l’Inde et la Chine (nature + industrie).

pollution air particules

pollution air particules

Cela apparaît bien sur ce graphique :

concentration-pm-regions-monde-3

Voici le liste des pays les plus et moins pollués aux particules fines PM2,5 (Source):

concentration-pm-pays-monde

Voici de même les villes les plus polluées au monde en PM10 (norme OMS : 20 µg/m3) :

concentration-pm-regions-monde-1

et les villes les plus polluées au monde en PM2,5 (norme OMS : 10 µg/m3) :

concentration-pm-regions-monde-2

Plus de 80% des gens vivant dans des zones urbaines où la pollution atmosphérique est surveillée sont exposés à des niveaux de qualité de l’air ne respectant pas les limites fixées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Si toutes les régions du monde sont touchées, les habitants des villes à revenu faible sont ceux qui en subissent le plus les conséquences.

D’après la dernière base de données sur la qualité de l’air en milieu urbain, 98% des villes de plus de 100 000 habitants dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ne respectent pas les lignes directrices de l’OMS relatives à la qualité de l’air. Néanmoins, dans les pays à revenu élevé, ce pourcentage tombe à 56%.

Entre 2008 et 2013, les niveaux mondiaux de pollution atmosphérique en milieu urbain ont augmenté de 8% malgré les améliorations enregistrées dans certaines régions.

Voici les proportions d’habitants des villes qui ont vu leur exposition augmenter ou diminuer sur la période :

concentration-pm-regions-monde-4

Voici également la situation de grandes villes en Occident :

concentration-pm-villes-monde-2

concentration-pm-villes-monde

On note que le niveau est nettement plus faible aux États-Unis – en raison de l’espace du territoire et du fait que la population est souvent concentrée en façade maritime.

C’est cependant à relativiser, voici la situation des mégalopoles de plus de 14 millions d’habitants (+ Paris) :

concentration-pm-villes-monde-3

Cela s’observe au niveau des normes réglementaires :

normes-pollution-particules

On constate que les normes européennes de particules fines sont très élevées – et clairement déconnectées des avancées scientifiques depuis 15 ans. Les normes OMS de 2005 vont d’ailleurs probablement bientôt baisser (Source OMS 2013 – les normes OMS de 2005 en français sont ici et . Mise à jour 2016 ici) :

oms-pm

Terminons enfin par quelques mots sur la Chine, qui connaît de plus en plus d’épisodes de pollution aux particules. Celui de décembre 2016 a approché les 600 µg, des dizaines de fois plus que la norme journalière de l’OMS :

pollution air particules

Cette pollution fait donc des ravages dans ce pays :
pollution air particules

pollution air particules

pollution air particules

pollution air particules

pollution air particules

pollution air particules

(pensée amicale aux lecteurs expatriés en Chine – je sais qu’il y en a beaucoup… 🙂 )

Terminons par une visualisation du transport mondial du carbone suie :

Ce carbone suie contribue grandement au réchauffement climatique. Il absorbe le rayonnement solaire incident et réfléchi, chauffant ainsi l’atmosphère. Des études récentes suggèrent que le carbone noir pourrait représenter jusqu’à 25 % du réchauffement climatique observé à ce jour…

pollution air particules

600px-the_dark_side_of_carbon

Nuages de carbone suie (Source : NASA)

Lu ici

 
 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :