RSS

La douane US veut vérifier les comptes de réseaux sociaux de tous ceux qui entrent aux état unis !

28 Déc

SECURITÉ – Facebook, Twitter, LinkedIn ou encore votre chaîne YouTube sont-ils devenus des pièces d’identité ? Depuis la mi-décembre, si vous remplissez votre demande ESTA pour entrer aux Etats-Unis, on vous demande de renseigner votre présence sur les réseaux sociaux. Mais tout cela est facultatif évidemment…

Ça a l’apparence d’une blague et, pourtant, cela n’en est pas une. Depuis le 20 décembre, une ligne est venue s’ajouter sur le fichier de demande ESTA (système électronique d’autorisation de voyage) que doit remplir tout visiteur étranger souhaitant entrer sur le territoire américain temporairement. C’est le site Politico qui en avait fait le premier la découverte avant que tous les touristes potentiels remplissant le formulaire du programme d’exemption de visa pour la première fois (ou faisant leur renouvellement) ne tombent dessus.

A défaut d’avoir pu obtenir de Google, Apple, Facebook et autres géants de la Silicon Valley un moyen d’obtenir les précieuses informations pour traquer de potentielles menaces terroristes, le gouvernement américain s’en remet au bon vouloir des étrangers voulant venir aux Etats-Unis. L’administration Obama, qui a fait passer sa mesure en catimini malgré l’opposition des entreprises high-tech et des associations de consommateurs, fait valoir la défense du territoire et entend ainsi mieux « identifier en amont de possibles menaces terroristes ».

Pour le Center for Democracy and Technology (CDT) qui veille à la protection des droits sur internet, ce sont « des informations très sensibles sur les opinions, les croyances, l’appartenance à une communauté » qui vont tomber dans les mains du gouvernement, sans qu’aucune restriction d’utilisation n’ait été définie. Mais chacun aura fourni les éléments volontairement. Une ambivalence qui pourrait créer des précédents. Car il y a fort à parier que la mesure fasse des émules. Le Canada a d’ailleurs institué depuis novembre dernier un système de visa électronique similaire dont doivent s’acquitter tous les visiteurs étrangers qui n’avaient plus besoin de visa jusque-là.

Quelles nouvelles informations sont demandées par le programme ESTA ?

En plus des traditionnelles informations (nom, prénom, date de naissance, coordonnées, etc.) et avant tout renseignement sur votre emploi, les autorités américaines vous demandent désormais de décliner vos identités sur les réseaux sociaux. Pseudos Twitter, Instagram ou Facebook ; Comptes LinkedIn ou Google+ ; Chaîne YouTube ou blog Tumblr : le formulaire ESTA veut désormais tout savoir de votre présence en ligne, les moyens que vous utilisez pour « collaborer, partager des informations et interagir avec les autres » et connaître vos noms d’utilisateur.

Utilisé par 38 pays étrangers, le « visa ESTA » (14 dollars) est valable deux ans et pour une visite n’excédant pas 90 jours consécutifs. Il ne permet pas de travailler sur le sol américain.

Qui est concerné ?

Tout visiteur souhaitant entrer sur le territoire américain doit s’être enregistré dans le programme du système électronique d’autorisation de voyage (ESTA). Il aura donc la possibilité de remplir la section concernant sa présence sur les réseaux sociaux. Cela ne concerne pas les personnes ayant un visa ESTA en cours de validité qui n’ont pas à indiquer ces informations.

Est-ce obligatoire ?

Selon le document, cela reste « facultatif ». Le gouvernement ne réclame nullement votre mot de passe. Le but n’étant donc que de s’intéresser aux informations que vous rendriez publiques. A vous d’aller dans les réseaux et blogs déclarés pour vérifier les informations que vous allez mettre à leur disposition. Si la manœuvre ne revêt d’aucune dimension obligatoire, les services américains de l’immigration n’ont pas pris le soin d’ajouter ces lignes pour que vous les laissiez vide. Au risque que cela ait l’air suspect… Avec plus d’un milliard d’utilisateurs sur Terre, le nombre de touristes de moins de 40 ans sans compte Facebook doit être plutôt infime.

A quoi cela va-t-il servir ?

Aucune information à ce sujet n’a été fournie par les autorités qui n’invoquent que la protection du territoire national comme argument. L’utilisation faite des données n’a pas été définie et c’est cela qui inquiète les associations de consommateurs et défenseurs des droits et des libertés. Car les Etats-Unis vont ainsi se confectionner une base de data à faire pâlir de jalousie Google.

La sécurité nationale reconnaît chercher plutôt à connaître les pages Facebook et comptes Twitter qui servent à la propagande djihadiste ou autre, les profils de personnes recherchées ou mettant en danger le pays. Si vous n’avez rien à vous reprochez, vous n’avez rien à craindre théoriquement de cet abonné potentiel à vos réseaux dont vous vous seriez bien passés. Mais toutes les informations laissées à la disposition des autorités sont autant d’éléments qui peuvent être utilisés le cas échéant contre vous, surtout que vous les aurez fournis volontairement. Ne pas y contrevenir pourrait paraître suspect.

Que dois-je faire ?

Le mieux est de remplir une ligne avec les informations qui vous exposeraient le moins. Evitez donc les profils ouverts type Twitter et allez plutôt vérifier les informations publiques de votre compte Facebook. Ne rien indiquer pourrait également faire tiquer. Vos nom, prénom, date de naissance, pays peuvent suffire à ce que les autorités vous identifient. Mais avec plusieurs millions de visiteurs chaque année qui se rendent aux Etats-Unis, éplucher toutes les informations sur les réseaux sociaux risque d’être un peu long…(source)

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :