RSS

Probable Nationalisation de Monte Paschi en urgence, alors qu’un Bank Run fait rage ..

22 Déc

Bank run à la Monte Paschi – € 14 milliards de sorties de dépôts en neuf mois de Janvier à Septembre de cette année  …

Selon La Tribune, un Flop de l’appel aux marchés de Monte Paschi rend un « bail-out » inévitable :

La banque italienne, qui devait se recapitaliser avant le 31 décembre, n’a récolté que 2 milliards d’euros par la conversion d’obligations en actions et n’a attiré aucun investisseur pour son augmentation de capital. Le gouvernement italien devrait annoncer un plan de sauvetage dans la journée.

C’est un flop, de l’aveu même de Monte dei Paschi di Siena : la banque italienne indique, en conclusion d’un communiqué publié dans la nuit, que les investisseurs n’ont pas répondu présents pour son émission d’actions nouvelles, l’un des volets de son augmentation de capital de 5 milliards d’euros.

« A la connaissance de la banque, et à la date de publication du communiqué, il n’y a eu aucune marque d’intérêt ferme d’investisseurs de référence ».

Le fonds souverain du Qatar s’est visiblement désisté. Or cette opération devait se clôturer ce jeudi à 14h. La banque toscane, qui devait impérativement se recapitaliser avant le 31 décembre, faute d’avoir obtenu un délai de trois semaines auprès de la BCE, en espérait plus de 3 milliards d’euros. Surtout, ce volet de l’appel aux marchés conditionnait le reste de l’opération de renforcement des capitaux. Monte dei Paschi indique avoir récolté un total de 2,06 milliards d’euros par le biais de la conversion de plusieurs catégories d’obligations en actions de la part d’investisseurs institutionnels et particuliers.

L’intervention de Rome, un renflouement par l’Etat ou bail-out, est désormais inévitable.

Cher La Tribune, un « Bail out » («renflouement externe», par l’Etat et le contribuable) via les nouvelles règles Européennes, c’est à dire la directive BRRD devrait se transformer en… un « Bail in » («renflouement interne», par les créanciers). Sinon c’est l’Allemagne qui ne va pas être contente du tout . Et ça ouvrirait la porte à des « bail out » par le contribuable partout en Europe .

En effet, la régulation bancaire limite la possibilité d’un sauvetage par l’Etat, explique Aurel BGC dans un focus publié il y a quelques minutes. Ne prévoyant que très peu d’exceptions en matière de recapitalisation bancaire, la directive BRRD stipule en effet ‘qu’avant toute injection de fonds public (ou des fonds en provenance d’un fonds de résolution), au moins 8% du total des passifs de la banque (dont les fonds propres) doit absorber les pertes (‘bail-in’)’, explique le bureau d’études.

De même, en vertu de l’article 32 de ladite directive, l’injection de fonds propres ne peut être réalisée que suivant des critères très strictes et qui ne doivent engendrer aucune distorison de la concurrence. Cette injection ne peut par ailleurs ‘être réalisée que pour combler les insuffisances de fonds propres constatées dans les stress-tests, des examens de qualité des actifs menés par la BCE, l’Autorité bancaire européenne (‘EBA’) ou les autorités compétentes’, poursuit le bureau d’études, selon lequel un ‘bail-in’ des dettes subordonnées est au bout du compte inévitable.

Celui-ci pourrait prendre la forme d’une OST obligatoire (une offre d’échange)

Le probable ‘bail-in’ des dettes senior de MPS aura en tous les cas ‘des conséquences très négatives sur les marchés et pour les banques en Europe’, avertit Aurel BGC, qui redoute une contagion, le fameux ‘effet domino’, à d’autres établissement italiens plombés par des créances douteuses, mais aussi aux banques espagnoles et portugaises.

Le Gouvernement italien se réunit à 19h30 CET Pour Approuver la nationalisation de Monte Paschi rapporte Zero Hedge :

Ayant échoué à obtenir un sauvetage du secteur privé après que le Qatar a rechigné à injecter 1 milliard $ dans la banque perpétuellement insolvable, Monte Paschi est prête à être nationalisé dès 19:30 CET aujourd’hui , . Il est prévu que le cabinet italien se réunisse et décide d’un décret sur la banque. L’UE a déclaré avoir approuvé le décret concernant la banque italienne.

L’intervention de l’Etat et une sollicitation des détenteurs d’obligations est le scénario le plus probable pour Monte Paschi, a écrit Manuela Meroni, analyste chez Intesa Sanpaolo SpA, dans une note aux clients jeudi. « La solution à la question Monte Paschi pourrait réduire le risque systémique pour le secteur», a écrit Meroni.

Bloomberg note que si les fonds publics sont utilisés dans la recapitalisation de la banque, les détenteurs d’ obligations devront probablement prendre des pertes en vertu des règles de partage du fardeau européen (directive BRRD, ndlr), mais les termes spécifiques du « Bail In » doivent encore être formalisés. Le cabinet envisage une recapitalisation dite de précaution qui peut réduire les pertes potentielles.

Le plus gros problème pour Monte Paschi, est la chute récente des dépôts, car , comme rapporté hier,  la banque a subi une ruée de € 14 milliards de sorties de dépôts en neuf mois de Janvier à Septembre de cette année – soit 11 pour cent de ses dépôts totaux, comme indiqué dans le tableau du FT suivant .

Si la nationalisation ne parviennent pas à endiguer la panique bancaire, soit à Monte Paschi, ou pour d’autres banques italiennes, plus de renflouements sont imminents.

Donc comme je l’avais annoncé,  La Spoliation des épargnants se profile via un « Bail in » de 20 Mds par l’Italie pour sauver ses banques (via la directive BRRD , et donc les « créanciers » certainement mis à contribution – même si pour cette fois l’état Italien semble vouloir jouer le compromis, ce qui est apparemment prévu par cette fameuse directive BRRD, via un concept barbare : la « recapitalisation préventive » – pour éviter d’amplifier le Bank run, au moment où Deutsche bank est en difficulté bien sur …) 

Monte dei Paschi di Siena officiellement zombie-banque

C’est fait. La banque italienne Monte dei Paschi di Siena a encore échoué à trouver de gentils actionnaires volontaires pour se recapitaliser.

L’Etat italien va s’endetter de 20 milliards d’euros pour…

Pourquoi, au fait ? Pour remplacer les gentils actionnaires volontaires introuvables par des contribuables dociles et ignorants.

Pour continuer à faire vivre une banque-trop-grosse-pour-faire-faillite

Pour ainsi limiter la casse auprès des 40 000 déposants, détenteurs d’obligations de leur banque, à leur insu, au travers de « comptes épargnes ».

Il est vrai que 40 000 déposants floués d’un coup, ça ferait désordre politiquement. Jusque-là, les déposants ruinés appartenaient à de petites banques de l’Italie du Sud et étaient peu nombreux

L’Agefi du jour :

« La Chambre des députés italienne a approuvé mercredi par 389 voix contre 134 l’autorisation donnée au gouvernement à accroître la dette publique pour consacrer jusqu’à 20 milliards d’euros au renflouement du système bancaire. Le Sénat en a fait autant à 221 voix contre 60. Le décret-loi précisant les conditions de cette intervention, et notamment le remboursement A posteriori des petits porteurs d’obligations subordonnées qui subiraient un « bail-in« , doit être publié dans les prochains jours.[…]Pour ne rien arranger, la banque n’a cessé de communiquer au marché de nouveaux facteurs de risques, comme l’y oblige la réglementation. En annonçant, hier, que ses 10,6 milliards d’euros de trésorerie nette au 16 décembre seraient épuisés en quatre mois et non en 11 mois comme indiqué précédemment »

Un zombie se nourrit de la chair des vivants, je vous le rappelle. Dans le cas de la Parasitocratie financière, il s’agit évidemment des contribuables et pas uniquement des contribuables italiens.

20 milliards d’euros seraient insuffisants. Le Financial Times nous indique que le système bancaire italien aurait en réalité besoin de 38 milliards d’euro.

La dette publique italienne pèse aujourd’hui 133% de l’économie du pays et le déficit est de 2,6%.

Les rachats obligataire de la Banque centrale européenne ont jusque-là permis de contenir la hausse des taux en Italie dont le rendement de l’emprunt à 10 ans se montait à 1,892% au 19 décembre.

Mais ces rachats obligataires vont être réduits de 80 milliards d’euros par mois à 60 milliards d’euros par mois. La dette publique italienne sera-t-elle le big short de 2017 ou bien la puissance de feu des bazookas de la BCE permettra-t-elle aux zombies de dévorer un peu plus de chair sur le dos des contribuables et des épargnants ?

Le système bancaire dans son ensemble est zombie, les Etats providence aussi. Aucun media ne dénonce les vices inhérents de ce système :

  • Le mythe selon lequel les dépôts appartiennent aux déposants et sont toujours disponibles
  • La monnaie n’existant plus majoritairement que sous forme de crédit (principe des réserves fractionnaires)
  • Le privilège de création monétaire accordé aux banques (légalisation du principe selon lequel « les crédits font les dépôts »)
  • La bancarisation obligatoire et l’enfermement des déposants

Le financement des dépenses publiques excessives par des banques trop-grosses-pour-faire-faillite La survie des zombies va désormais exiger des méthodes plus brutales que nous verrons probablement à l’oeuvre en 2017.

Plus d’infos sur : http://la-chronique-agora.com/monte-dei-paschi-di-siena-zombie-banque/
Copyright © Publications Agora

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 22 décembre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :