RSS

Attention – Vent de panique : Monte Paschi s’effondre en Bourse ! Le bain de sang des banques Européennes se propage à l’Espagne …

21 Déc

Et les obligations BMPS se sont effondrés à des niveaux record aussi … priçant un grand haircut / bail-in …

Bien évidemment, ça se passe pendant les vacances de Noel …

La banque italienne sera à court de liquidités beaucoup plus rapidement que prévu.Cela risque de se terminer par un Bail in d’urgence via la directive BRRD . (lire mon papier d’hier : La Spoliation des épargnants se profile : Rome envisage un « Bail in » de 20 Mds pour sauver ses banques !)

L’action de la banque italienne, en pleine opération d’augmentation de capital, s’effondre de 16% ce mercredi. La troisième banque italienne indique qu’elle pourrait être à court de trésorerie dans quatre mois.

On savait particulièrement risqué l’appel aux marchés de Banca Monte dei Paschi di Siena, mené in extremis avant la date-butoir du 31 décembre imposée par la BCE. L’augmentation de capital de 5 milliards d’euros lancée lundi par la troisième banque italienne se passe dans des conditions chaotiques : l’action BMPS perd plus de 16% ce mercredi matin, touchant un nouveau plus bas historique, après avoir été suspendue pour excès de volatilité, à quelques heures de la clôture de son opération de conversion volontaire d’obligations et de son émission d’actions nouvelles.

La banque toscane a publié une mise à jour de son prospectus d’opération ce mercredi dans laquelle elle précise qu’elle risque de consommer sa trésorerie, actuellement de 10,6 milliards d’euros plus vite prévu, non pas en onze mais en quatre mois. Elle serait à court de liquidités à partir d’avril. Les capitaux levés doivent servir principalement à éponger les pertes sur les 27 milliards de créances douteuses dont la banque doit nettoyer son bilan.

Monte Paschi liquidités

[extrait du supplément au prospectus daté du 21 décembre 2016]

Vote du Parlement italien sur le plan d’aide

En outre, l’opération de conversion de dette en actions aurait pour l’instant rapporté moins que prévu, dans les 500 millions d’euros. L’offre d’actions nouvelles se termine ce jour pour les particuliers et demain jeudi pour les institutionnels. Le conseil d’administration de Monte dei Paschi doit se réunir dans l’après-midi pour dresser un bilan.

L’annonce du vote par les députés italiens autorisant le gouvernement à emprunter jusqu’à 20 milliards d’euros pour venir au secours du secteur bancaire italien très fragilisé a permis à l’action BMPS de se redresser en repassant quelques instants dans le vert, avant de replonger dans le rouge. (source)

Le bain de sang des banques Européennes se propage à l’Espagne Après que l’Italie dégaine un « Bazooka » de 20 milliards  face à un problème à € 360 milliards

Un chaos total règne dans les valeurs bancaires européennes ce matin , les actions Monte Paschi se crashent, montent en flèche, et plongent  encore, sur des bruits de bail-in (les actions et obligations ont frappé un bas record). Toutefois, l’ Italie n’est maintenant pas seule , les banques espagnoles vivent également un bain de sang suite à une décision de la Cour européenne contre eux lié à la fraude hypothécaire .Pour l’instant, la douleur reste sur Monte Paschi (qui se Crash à un plus bas de tous les temps , avant de Rebondir Après que le gouvernement accepte de financer un « bail in », ou renflouement bancaire, puis de replonger .. ) avec Unicredit et Sanpaolo qui sont « stable » … :

Le mouvement avait commencé avant hier, sur des rumeurs de Bail in non confirmées (le marché anticipant un échec de la recapitalisation via le marché) :

Et se propage maintenant aux banques Espagnoles – Les actions Banco Popular tombent de 7%, CaixaBank 3,2% et Banco de Sabadell 3,4%. Santander tombe de 1,25% et Bankinter de seulement 0,1%.

En effet, comme le précise ZH, les banques espagnoles devront rembourser 4 mds EUR d’intérêts abusifs, ce qui empire une situation déjà délicate pour les banques ibériques :

La Cour européenne de justice a décidé mercredi que les banques espagnoles devraient rembourser des clients n’ayant pas bénéficié de faibles taux d’intérêt sur leurs emprunts immobiliers à cause de clauses abusives, pour un montant total d’au moins 4 milliards d’euros.Le Tribunal suprême espagnol avait annulé en mai 2013 les « clauses plancher » sur les prêts à taux d’intérêt variables, qui permettaient aux banques de ne pas réduire leur taux en deçà d’un certain seuil, même si les taux du marché baissaient. Mais il ne les avait pas obligées à rembourser les intérêts perçus avant sa décision.Cette fois, la Cour de justice de l’Union européenne reconnaît aux emprunteurs le « droit d’obtenir la restitution des sommes qu’ils ont indûment versées aux établissements bancaires« , y compris avant 2013.

La décision de la Cour basée à Luxembourg ne concerne pas en principe les affaires déjà jugées mais seulement les affaires en cours de jugement ou futures, précise Erick Berguer, avocat spécialiste du droit des hypothèques joint par l’AFP.

La décision porte néanmoins un coup aux banques qui ont longtemps pratiqué ces clauses: elle coûterait selon une estimation de la Banque d’Espagne plus de 4 milliards d’euros aux banques concernées, dans un pays où plus de 90% des prêts immobiliers étaient en 2015 à taux variable.

Preuve de ces craintes, des banques ont vu leur titre en Bourse chuter. Banco Popular perdait 6,71% à 12h34 (11h34 GMT), Banco de Sabadell 3,17% et CaixaBank 3,10% dans un marché en baisse de 0,94%.

Les banques espagnoles ont contribué dans les années 2000 à la formation d’une bulle immobilière, accordant énormément de crédits dans une économie tirée par l’activité frénétique du secteur de la construction.

Au plus fort de cette bulle, en 2007, 1,78 million d’emprunts immobiliers avaient été contractés pour une valeur totale de près de 300 milliards d’euros, selon l’Institut national de la statistique (INE).

En 2015, ce chiffre était tombé à 372.000 emprunts pour un montant de 49 milliards.

L’éclatement de cette bulle spéculative, début 2008, a plongé l’Espagne dans une grave crise économique, portant le chômage jusqu’à plus de 25% en 2012. De nombreuses familles qui s’étaient endettées dans les années fastes, incapables de payer leurs mensualités, ont été expulsées de chez elles.

Des banques ont accumulé des actifs immobiliers toxiques dont elles se sont débarrassées à l’aide d’une structure de défaisance publique, la Sareb, mais Banco Popular ne s’en était pas défaite et cherche toujours à se débarrasser de 15 milliards d’euros d’actifs toxiques.

Les syndicats et associations de défense des consommateurs ont manifesté leur satisfaction: « Grande surprise et énorme gifle de la Justice européenne aux banques« , a réagi la PAH, principale association anti-expulsions, sur Twitter.

« La justice va être restaurée« , s’est félicité le secrétaire général du syndicat Commissions ouvrières (CCOO), Ignacio Fernandez Toxo, appelant à « éradiquer » cette pratique et à « compenser les personnes pour le préjudice qui leur a été fait« .

Le président de l’organisation patronale CEOE, Juan Rosell, a quant à lui appelé à respecter la décision de justice sans plus de commentaires.

« C’est sans doute une bonne nouvelle pour les personnes affectées par ces clauses, mais moins pour ceux qui pensaient contracter un emprunt à court terme« , a de son côté réagi le site d’annonces immobilières Idealista, craignant que les banques n’augmentent leurs intérêts pour faire face financièrement à cette décision.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 21 décembre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :