RSS

Le cri d’alerte du chef d’état-major des armées française pour augmenter le budget Défense – Hollande riposte ..

21 Déc

Le général Pierre de Villiers estime qu' »on ne gagne pas une guerre sans effort de guerre ». (Reuters)

Le chef d’état-major des armées françaises plaide, dans une tribune publiée mercredi à cinq mois de l’élection présidentielle, en faveur d’une hausse du budget alloué à la défense pour que l’objectif des 2% du PIB soit atteint avant la fin du prochain quinquennat.

« L’accélération du tempo des engagements et la multiplication des crises mettent (le modèle actuel de l’armée-NDLR) sous extrême tension et l’usent », estime le général Pierre de Villiers dans les colonnes des Echos. « Or, rien ne laisse penser que la tendance puisse s’inverser prochainement ».

Face à ce constat, il s’agit donc de « rester capable d’assurer, dans la durée, la protection de la France et des Français face au spectre complet des menaces. »

« Le prix de la paix c’est l’effort de guerre » : le chef d’état-major des armées plaide pour davantage de moyens

Le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, plaide mercredi dans Les Echos pour un effort budgétaire accru en matière de défense, soulignant qu' »on ne gagne pas une guerre sans effort de guerre ».

« On ne gagne pas une guerre sans effort de guerre ». Le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, sort de son silence et plaide mercredi dans Les Echos pour davantage de moyens. Le CEMA demande « une hausse progressive du budget de la défense » pour atteindre les 2% du PIB, contre 1,77% actuellement.

Il s’agit de « rester capable d’assurer, dans la durée, la protection de la France et des Français face au spectre complet des menaces », écrit-il. « Il faut comprendre que le moindre décalage de cohérence entre les menaces, les missions et les moyens s’apparente au grain de sable qui grippe le système et conduit à la défaite », ajoute le général de Villiers.

L’effort demandé « ne pourra être ni allégé ni reporté »

Saluant la fin de la « tendance baissière des trente-cinq dernières années », rendant hommage au « volontarisme » du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le général estime que « désormais, pour les armées, cet effort doit se traduire par une hausse progressive du budget de la défense pour rejoindre la cible de 2% du PIB, avant la fin du prochain quinquennat ».

L’effort demandé « ne pourra être ni allégé ni reporté, en dépit de la complexité de l’équation budgétaire étatique prévisionnelle », fait-il valoir en ajoutant en guise de conclusion : « le prix de la paix c’est l’effort de guerre ».

Le projet de budget de la Défense pour 2017 s’élève à 32,7 milliards d’euros, à 1,77% du produit intérieur brut (PIB), ce qui marque une stabilité par rapport à 2016. La France s’est engagée à le porter à 2% du PIB d’ici 2025 dans le cadre de l’Otan.

Budget de la défense : François Hollande riposte à la tribune de Pierre de Villiers

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 21 décembre 2016 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :