RSS

Cash et or : sous le feu nourri du système

21 Déc
[titre article pour referencement]

En conséquence de la guerre contre l’or, des primes très importantes sur l’achat de métal physique se sont manifestées suite à l’ampleur de la demande. En Chine, on voit les primes grimper. En Inde, passer de l’or en contrebande rapporte une prime de 300 $ l’once. Ce matin, en Chine, la prime à la bourse de l’or de Shanghai (SGE) était proche de 42 $ l’once. Ceux qui affirment qu’il s’agit de la conséquence d’une offre tendue et non d’une grosse demande ont tort. Cela fait 2 semaines que les primes à Shanghai sont bien plus élevées qu’à Londres. Jeudi dernier, j’ai signalé la livraison de 55 tonnes d’or de notre raffineur au SGE pour une prime de 36 $ par rapport à la clôture de mercredi.

Vendredi, j’ai rapporté une livraison similaire faite à la bourse de Shanghai. Il s’agit uniquement de transactions portées à ma connaissance, pourtant elles représentent plus de 105 tonnes d’or physique.

Les planificateurs centraux ont déclaré la guerre à l’or

Je comprends la frustration des investisseurs. Je rapporte ce que je vois du point de vue du marché de l’or en gros, ainsi que les imbrications avec les événements qui ont lieu sur les marchés synthétiques (or papier). Les ventes agressives qui ont ciblé l’or depuis l’élection américaine laissent beaucoup de gens perplexes. Les planificateurs centraux ont été surpris par la victoire de Trump, à un moment où l’or avait toutes les raisons pour dépasser son plus haut de l’année de 1377,5 dollars. Il s’agissait d’un problème majeur pour les planificateurs centraux. L’attaque fut considérée comme la meilleure défense et elle fut portée sur les marchés synthétiques.

En assemblant les pièces du puzzle depuis l’élection, il est clair que nous assistons à une guerre coordonnée des gouvernements contre le cash et l’or. Il n’y a pas de coïncidences. La guerre contre le cash est aujourd’hui largement actée. En revanche, le fait que celle-ci soit liée à la guerre contre l’or est moins accepté. Il suffit pourtant d’assembler les pièces du puzzle. Supprimer l’argent liquide du système bancaire pousse les gens vers l’or. L’or est et sera toujours la monnaie, il ne peut être retiré du système ou utilisé pour les sauvetages bancaires. Posséder de l’or est la seule façon de se protéger d’un système bancaire en déliquescence.

Les planificateurs centraux s’activent afin de supprimer l’argent liquide dans le but de prendre le contrôle de la vie des gens. La suggestion que l’argent liquide est pour les criminels est martelée par la machine de propagande des médias officiels corrompus. Le plan visant à augmenter les contrôles des capitaux après l’élection anticipée de Clinton était déjà bien avancé. Le 2 octobre, ABC News en Australie a publié un article intitulé : « Le liquide c’est pour les criminels, pourquoi nous devrions supprimer les grosses coupures » (voir aussi notre article sur la proposition de supprimer le billet de 100 dollars). Cette affirmation outrageuse fait suite à de nombreux autres articles de la même veine que personne ne critique et qui suggèrent que ceux qui s’y opposent sont soit des criminels, soit des terroristes.

La BRI opaque a initié la guerre contre le liquide qui a mis l’Inde à genoux

Le 9 novembre, la guerre contre le cash a démarré en Inde. Veuillez noter le timing : ce fut le jour de l’élection de Trump. L’Inde n’a pas agi de façon isolée. Supprimer les deux plus grosses coupures de la circulation sans préavis fut un ballon d’essai orchestré par les planificateurs centraux et dont la population indienne fut la pauvre victime. Tout comme la confiscation des dépôts bancaires à Chypre a pris la population et les entreprises par surprise, les initiés furent protégés car ils savaient ce qui allait se passer. Ils ont donc pu se préparer avant le 9 novembre. Il n’est pas plausible que les politiciens indiens aient agi seuls. Il serait naïf de penser qu’une banque centrale peut agir sans l’approbation de la BRI.

Toutes les 2 semaines, les banques centrales se réunissent à Bâle, au siège de la BRI (voir ici). Toutes les actions des banques centrales sont discutées, coordonnées et approuvées par les initiés. Modi en est un acteur majeur, ce qui est même secret au sein de la BRI. Aucun document officiel n’est accessible, mais c’est à l’occasion de ces réunions que les plans des banques centrales sont entérinés. (…) Cette décision en Inde a provoqué un retour de manivelle, poussant des millions de gens à se tourner vers l’or. D’où cette attaque coordonnée contre le secteur officiel de l’or.

La décision de bloquer les importations d’or en Inde

Ce n’est pas une coïncidence si l’Inde a ensuite coordonné un plan d’action pour bloquer le secteur officiel de l’or au moment où les Indiens achètent des quantités importantes de métal, pour la saison des mariages. De plus, que ce soit la période des achats ou pas, les Indiens répondent favorablement aux baisses de prix pour augmenter leurs acquisitions. Dans l’anticipation de ce mouvement d’achat, le gouvernement a gelé les comptes bancaires de 50 des plus grands marchands d’or et de bijoux juste avant cette attaque coordonnée contre l’or.

Attendez-vous à des contrôles des capitaux aux États-Unis et en Europe

L’instauration coordonnée de contrôle des capitaux est de plus en plus visible chaque jour, aux quatre coins du monde. Attention, cela est prévu pour les États-Unis et l’Europe ; ce plan est déjà bien avancé. L’expérience indienne fut un essai, il est observé de près, mais les choses ont dérapé. Les planificateurs centraux pensaient que cela tuerait le marché de l’or. S’il est vrai que le marché officiel est mort, ils ont obtenu l’effet inverse, poussant tous les acheteurs vers le marché noir ou l’or de contrebande, y compris des millions de personnes qui avaient pour habitude d’acheter leur métal via les canaux légaux.

Suite et fin

La fin du cash est bel et bien amorcée à l’échelle internationale

Quand la banque centrale de Corée du Sud, l’un des pays les plus technologiquement avancés, décide de supprimer les pièces de monnaie d’ici 2020, c’est le signe que la fin du cash est bel et bien amorcée à l’échelle internationale.

Il y a quelques jours, la Banque de Corée (BoK) a annoncé la disparition prochaine, mais progressive, des pièces de monnaie en circulation, dont la plus importante vaut moins de 0,50 dollar. Les Sud-Coréens sont donc invités à ramener tout leur numéraire sonnant et trébuchant qui sera converti en crédit sur leur carte « T Money », laquelle leur sert déjà massivement à payer leurs dépenses du quotidien (transports en commun, taxis, magasins de proximité, etc.) Pour l’instant, il s’agit d’un projet pilote qui se déroulera courant 2017 à une échelle non précisée. Mais si ce test est un succès, alors la mesure sera étendue à tout le pays dès l’année suivante.

Faciliter la vie des usagers… ou mieux les contrôler ?

Officiellement, l’objectif est de faciliter la vie des sud-coréens qui sont déjà particulièrement en avance en matière de paiements mobiles ou d’achats en ligne. D’ailleurs, les paiements en liquide ne représentent plus que 20% des transactions en Corée du Sud, chaque personne possédant en moyenne 2 cartes de crédit en plus des dispositifs de e-payment. Mais une raison bien plus pragmatique dicte également l’urgence de cette mesure, et elle réside dans la faible valeur des pièces sud-coréennes. En effet, Lee Hyo-chan, chef de la recherche à l’Institut Crédit Finance à Séoul, rappelle que chaque pièce de 10 won coûte bien plus que 10 won à fabriquer. La pièce de 500 won, quant à elle, est à peine équilibrée. La BoK dépense ainsi plus de 40 millions de dollars chaque année pour frapper des pièces de monnaie, un coût qui ne tient pas compte des frais engendrés par la collecte, la gestion et la distribution de ces millions de pièces.

Autre motif évoqué rapidement : le paiement électronique permet un suivi bien plus étroit de toutes les transactions effectuées, favorisant ainsi la lutte contre l’économie souterraine et la récupération de recettes fiscales, avec au final la possibilité d’améliorer sensiblement les perspectives économiques du pays. Kim Seong hoon, chercheur à l’Institut de recherche économique de Corée, prévoit ainsi un gain de croissance supérieur à 1% chaque année. Les détracteurs de la mesure, quant à eux, y voient surtout (comme leurs homologues occidentaux) un moyen pour les autorités de mieux contrôler les populations. Une raison supplémentaire de débancariser une partie de ses avoirs en les plaçant dans l’or et l’argent, par exemple, afin de les soustraire aux éventuelles convoitises étatiques.

De plus en plus de pays prônent le « no cash »

Ces dernières années, de nombreux États ont, comme la Corée du Sud, décidé de se débarrasser à plus ou moins long terme de l’argent liquide en circulation. Les motifs invoqués sont toujours les mêmes : lutte contre le blanchiment d’argent ou le travail au noir notamment. Mais les visées réelles semblent là encore généralement assez similaires d’un pays à l’autre, à savoir faire des économies sur la production monétaire… et surtout limiter toujours davantage les alternatives de liberté financière.

Les plus avancés dans ce domaine sont les pays scandinaves, qui s’orientent résolument vers une société sans cash à brève échéance. Par exemple, plus de la moitié des 1 600 agences bancaires suédoises ne détiennent plus aucun billet. Trois des quatre plus grandes banques du pays (SEB, Swedbank et Nordea Bank) n’acceptent d’ailleurs plus de dépôt en espèces depuis 2013. Ce qui ne devrait guère gêner les Suédois puisque les paiements en numéraire ne représentent plus aujourd’hui que 2% des transactions ; un pourcentage extrêmement faible qui devrait même descendre à 0,5% d’ici 2020. De son côté, en 2015, l’une des principales banques Norvégiennes a elle aussi appelé à abandonner définitivement le cash au profit des moyens de paiement électroniques.

Enfin, en novembre dernier, l’Inde a frappé un grand coup en supprimant purement en simplement les deux plus grosses coupures du pays représentant pas moins de 82% des sommes circulant dans le pays.

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :