RSS

Les USA jouent a la roulette russe avec la tête des Européens !

19 Déc

Afficher l'image d'origine

Depuis la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide, nous voyons se mettre en place l’échiquier géopolitique que l’impérialisme hégémoniste du « Nouvel Ordre Mondial » entend nous imposer.

L’encerclement de plus en plus précis se confirme concernant la stratégie d’isolement de la Russie et de la Chine son allié.

Les forces de l’OTAN sont aux frontières directes de la Russie et les USA ont organisé leur présence militaire, à portée de la Chine, par l’Ouest, le Sud et l’Est de ce pays. Déjà les provocations en mer de Chine ont obligé les Chinois à prendre position pour y défendre leurs intérêts…

Les quarts de finale et les demi-finales sont terminés, nous en sommes désormais à la finale de ce jeu d’échec qui prend les allures d’une roulette russe.

Les Grands Prêtres du Nouvel Ordre Mondial n’hésitent pas à prendre des risques, puisque ce sont les Européens qui ont le canon sur la tempe !

Rappelons-nous que l’idéologie se cachant derrière la stratégie offensive des USA reste le PNAC (Plan for a New American Century) concocté par Wolfowitz, inspiré lui-même par Léo Strauss, pour l’avènement du NOM (Nouvel Ordre Mondial)…

La prétention à la toute puissance est un délire psychopathologique qui conduit directement à la mort. Il est nécessaire de se rappeler que la psychopathologie peut également se manifester collectivement. Ainsi donc, ce comportement des promoteurs du « NOM » conduit l’Occident tout entier à sa chute inévitable et annoncée par la logique intrinsèque de ce comportement.

Les pays riverains de la mer Noire nous avaient fait savoir, en mars 2014, que 4 navires de guerre français se trouvaient là aux côtés du destroyer lance-missiles USS Donald Cook. Le Dupuy de Lome et l’Alizé sont des vaisseaux dédiés à des missions de plongées, de renseignement et d’intervention. Quant à la frégate anti-sous-marine Dupleix, elle se préparait à des interventions opérationnelles…

On peut dire que cette présence massive de la flotte française aux côtés des bâtiments de guerre US, en mer Noire, n’était pas autre chose qu’une insupportable provocation dirigée contre la Russie, tout comme les avions de combat français aux côtés des américains dans la mer de Chine participent à la provocation des Chinois…

Il est vrai et nécessaire aussi de dire qu’une majorité de Français témoigne de sa sympathie pour le peuple Russe, comme l’Ambassadeur de Russie en France l’a confirmé dans le reportage animé par Laurent Delahousse sur France 2, le jeudi 15 décembre 2016, « Le mystère Poutine », et refuse le mépris affiché par les Gouvernements alignés sur la politique de Washington et complétement vassalisés aux ordres des USA ! La perspective des élections présidentielles en France, démontre, en soi, à quel point les Gouvernements comme Hollande lui-même se sont décrédibilisés, notamment en se faisant les complices inconditionnels de cette politique volontaire du chaos voulue par les Etats-Unis, d’abord en Ukraine puis spectaculairement en Syrie.

La France et les Français ne sont pas les ennemis de la Russie mais au contraire un partenaire de la Russie! Nous avons assurément plus besoin de la Russie que des USA. Avec le TTIP ou le CETA (Traité du libre échange transatlantique avec les USA et le Canada), loin d’être tous les deux enterrés, l’Europe continue une marche vers sa perte certaine. Les USA contrôlent déjà sérieusement sa défense ; avec ces traités, soit l’un soit l’autre, les USA contrôleront son économie : en d’autres termes, son pillage systématique et le partenariat dans la faillite irréversible du dollar, lorsque les BRICS auront décidé le passage à l’acte de mise à mort annoncée.

Il faut encore ajouter à cette erreur de nos élites dirigeantes, une faillite de l’écologie à venir, le saccage de l’environnement et ses conséquences désastreuses déjà analysées dans les prédictions faites par nos politiques de gauche au parlement européen… et cela sans que le Droit ne puisse plus nous protéger du banditisme chronique des multinationales entraînées depuis leur origine aux pratiques mafieuses de la toute-puissance qu’engendre avec elle l’idéologie du capitalisme financier parasitaire et destructeur de l’humain. (Cf., « Hold-Up à Bruxelles », Les lobbies au cœur de l’Europe, José Bové, La Découverte, mars 2014, pp.256)

Les USA inspirés par Israël (doctrine Wolfowitz), ne se sont pas simplement contentés d’entrer dans ce délire de toute-puissance, ils ont également pratiqué l’arrogance, le mépris des insoumis et l’humiliation de ceux qui ne pensent pas comme eux. Parmi ceux qui ont été humiliés répétitivement, il y a la Russie.

Comme l’a bien montré le document de France 2 « Le mystère Poutine… », il est vrai qu’après le démontage méthodique de l’Union Soviétique, un certain nombre d’oligarques se sont partagés le gâteau en détournant des sommes d’argent astronomiques placées à l’étranger, privant ainsi l’économie russe d’une grande partie de ses avoirs, avant de se transformer eux-mêmes en « dissidents » et « réfugiés » dans les pays « démocratiques » où les pratiques mafieuses ont la voie libre et d’où ils pourraient donc agir en toute tranquillité, poursuivant leur pillage des richesses appartenant au peuple Russe.

La famille de Boris Eltsine a elle aussi profité de ces détournements.

C’est dans ce contexte et avec un savoir faire déroutant, que Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir.

Cet homme est manifestement habité par une haute idée de son pays. La délation à son sujet n’est pas du tout convaincante puisqu’elle fait référence exclusivement à des « amis » de Poutine dont il est très difficile de montrer qu’ils sont vraiment des proches au sens où la délation voudrait faire entendre « complices ».

Il faut donc dire aujourd’hui que c’est quelqu’un d’intègre, au franc parler, direct, qui a pour ambition de refaire la « Grande Russie » avec la fierté de sa culture immense, de ses richesses de tous ordres. C’est quelqu’un qui ne supporte pas ni le comportement de toute-puissance des USA et de l’Occident, ni le mépris dont l’image défigurée de la Russie a fait l’objet, ni la corruption interne qui a démantelé le Kremlin et la force d’un pouvoir devenu inefficace…

Vladimir Poutine a donc entrepris de redonner à ses compatriotes la fierté perdue, en affichant sa jeunesse, son dynamisme, sa clairvoyance, son savoir faire, sa ténacité et détermination, sa combativité et son audace politique en allant faire le ménage musclé en Tchétchénie, même si l’origine islamiste des attentats terroristes de Moscou était contestable ! Il montrait à ses concitoyens qu’il avait restauré un Pouvoir fort et efficace au Kremlin et qu’il remettait de l’ordre dans la maison Fédération de Russie.

Il allait aussi s’occuper du cas de ceux qui pillaient les richesses énergétiques du pays et qui avaient participé à la corruption des oligarques ; corruption qui avait eu pour principal effet celui de jeter à la rue une partie conséquente du peuple Russe réduite à la grande pauvreté et souvent à la misère qui se voyait de plus en plus sur les trottoirs des villes et dans les campagnes exsangues. C’est la raison pour laquelle Poutine, bien qu’inconnu, a été élu et réélu dans son rôle de chef d’Etat.

L’image de chef et celle d’un Pouvoir fort qu’il voulait donner à ses concitoyens, entraînaient avec elles la nécessité d’une main de fer. Dans un pays immense comme la Russie, Poutine ne pouvait pas se permettre de tolérer la contestation. Il allait donc se montrer intraitable avec les contestataires, sachant qu’un certain autoritarisme était le chemin qui pourrait conduire la Russie vers la démocratie encore à construire… Aujourd’hui, le reportage de France 2 sur Poutine a reconnu que le niveau de vie des Russes s’est considérablement élevé.

Lorsqu’il est nécessaire de faire le ménage dans un pays, c’est que ce pays n’est pas dans la démocratie. Une fois devenu démocratique, un pays n’a plus vraiment de « ménage » à faire. Mais existe-t-il sur Terre un seul pays capable de se définir comme « démocratique » ? En tous les cas, personnellement je n’en connais aucun ! Ce qui veut dire qu’il n’existe pas beaucoup de nations réellement « démocratiques » lorsqu’on voit le nombre de pays ayant un sérieux besoin de « faire le ménage », comme la France, les USA, le Canada, la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Espagne, la Grande Bretagne, l’Italie, l’Allemagne… etc.

Ce qui s’est passé avec la Crimée et aujourd’hui avec l’Ukraine est tout à fait explicable et bien compréhensible dans ce contexte qui a placé Poutine au Pouvoir en Russie. Ceux qui s’en étonnent ou s’en offusquent, notamment dans l’hexagone, devraient avoir le même sentiment lorsqu’on évoque le rôle de Napoléon Bonaparte dans la France révolutionnaire et post révolutionnaire. L’histoire nous montre à la fois comment Napoléon Bonaparte a été nécessaire à la France, à cette époque-là, tout en nous donnant les éléments qui nous permettent aujourd’hui de voir à quel point il était aussi critiquable! Nul n’est parfait et ne le sera jamais!

Ceci étant dit, il est maintenant important de comprendre pourquoi Vladimir Poutine affirme son autorité et s’est imposé habilement en Crimée sans se préoccuper des consternations hypocrites des Occidentaux ni de leurs déclarations offusquées ou menaces de sanctions. Il est grand temps que cette prétention du Nouvel Ordre Mondial soit mise au pied du mur. « L’axe du bien » donneur de leçons de morale, doit cesser son numéro et retourner à sa place, cessant ainsi de créer le désordre permanent sur la planète entière pour justifier la main mise d’un Nouvel Ordre Mondial par des actions militaires au prétexte « démocratique de libération des peuples » !

Ce que ce Nouvel Ordre Mondial a concocté concernant l’Ukraine, via l’OTAN et donc les moutons européens, visait à provoquer purement et simplement la Russie. Car, comment peut-on expliquer que « l’axe du bien » ait pu armer, appuyer, financer, accompagner, installer à Kiev d’authentiques néo nazis, en ajoutant qu’il « s’en foutait des européens », comme une légendaire conversation postée sur You Tube l’a fait savoir ?

En Syrie, Hollande cautionnait l’alliance avec les djihadistes d’Al-Nosra devenu le Fatah Al-Cham, faisant l’éloge de ces terroristes en disant qu’ils étaient « les seuls à manifester l’esprit démocratique », en les finançant, les armant, les encadrant et en allant jusqu’à dire par la bouche de son ministre Laurent Fabius que ces égorgeurs terroristes «faisaient du bon boulot en Syrie » ! Le président Français se faisait l’allié inconditionnel des USA créateurs d’Al-Qaïda, pour renverser Bashar El Assad « qui devait partir », disait Hollande, n’ayant « pas le droit d’être sur Terre », disait Fabius, tout ce monde collaborant activement avec les monarchies obscurantistes et criminelles du Golfe finançant le terrorisme qui non seulement massacrait les Syriens innocents, mais aussi le peuple Français, à Paris, Nice… etc.

En Ukraine, Hollande aidé comme Sarkozy par BHL, persiste à cautionner l’alliance avec les Néo Nazis installés à Kiev par les USA, dans le but de verrouiller l’échiquier pour l’isolement politique et économique de la Russie !

Un responsable milicien cagoulé de l’Est de l’Ukraine, ayant subi les assauts de l’armée aux ordres du pouvoir fasciste de Kiev, répondait au journaliste de BFMTV qui l’interviewait : « Ici, dans l’Est de l’Ukraine, nous sommes orthodoxes et les Ukrainiens de Kiev sont catholiques : il est donc impossible que l’on puisse s’entendre…! »

Comme dans les pays de l’ancienne Yougoslavie, d’Afrique du Nord, en Libye puis au Mali, en Centre Afrique, en Syrie, en Afghanistan, en Irak, en Palestine, et maintenant en Ukraine, il est toujours question de religions antagonistes : Sunnites contre Chiites, musulmans contre chrétiens, orthodoxes contre catholiques, juifs contre musulmans! Au-delà des stratégies politiques et économiques, sur le terrain, la guerre déclarée est toujours alimentée par les fanatismes religieux.

C’est là qu’est la faille du Pouvoir, de tout Pouvoir, y compris celui de Poutine. Car, en effet, Poutine lui aussi manifeste publiquement son attachement et son allégeance à l’orthodoxie, au Métropolite de Moscou, « pape » de l’Eglise orthodoxe russe. Lui aussi s’est attaqué dès sa première élection à la présidence de la Russie, aux Tchétchènes musulmans. Lui aussi, comme Napoléon Bonaparte se faisant sacrer empereur par le pape, a compris que l’exercice du Pouvoir n’était pas possible sans la justification essentielle de ce Pouvoir : celle qui provient de la sacralisation du Pouvoir ne pouvant être que théocratique.

Afin de s’exercer sur les personnes, tout pouvoir doit impérativement faire entendre aux sujets du Pouvoir, que la vie n’est pas ici et maintenant mais dans un ailleurs, dans un au-delà de la condition humaine présente. Pour mériter ce bonheur ou la béatitude d’une vie enfin heureuse, il est nécessaire de porter sa croix ici-bas, de souffrir et de mourir dans la douleur. Si les personnes adhèrent à cette idée, elles vont s’installer dans l’espérance qui génère dans le présent l’enfer sur Terre, puisque la vie n’est plus alors ici et maintenant. Et c’est précisément dans ces conditions là que le pouvoir peut exister et s’exercer. Le Pouvoir ne peut avoir aucune prise sur des personnes qui seraient réellement dans le bonheur ici et maintenant. Je ne peux me soumettre au Pouvoir que parce que celui-ci se justifie de l’au-delà en se rattachant à lui et parce que étant dans le malheur et croyant, avec l’aliénation que cette croyance opère d’office en me plaçant dans une espérance de ce que je ne peux avoir ici et maintenant, j’attends de lui une protection, une reconnaissance, une aide, un soutien, une magnanimité, un réconfort, un cadeau qu’il peut me faire en échange de ma soumission…

Poutine a compris que sans une sacralisation du Pouvoir, les individus ne pouvaient pas se soumettre au Pouvoir. Il a donc redonné à la religion sa place d’honneur en lui déroulant le tapis rouge, en se montrant publiquement aux cérémonies religieuses, en partageant l’aliénation du grand nombre des humbles et petites gens vivant dans une situation psycho sociale qui a besoin d’illusion rendant supportable cette situation. Poutine avait compris que la religion n’est qu’un pur instrument au service du Pouvoir. Il avait compris la puissance de ce levier pour convaincre tout un peuple de le suivre dans sa mission de restauration de la Grande Russie.

La notion de Pouvoir est intrinsèquement liée à celle de la théocratie implicite. C’est pourquoi, un véritable athéisme ne peut imaginer le Pouvoir. Et c’est aussi pourquoi Poutine ne peut pas être athée, du moins sur le plan conscient. Un homme exerçant le Pouvoir et revendiquant sa place de chef d’Etat, tout en se déclarant athée, se trouverait dans un mensonge sur lui-même qui aurait immanquablement des conséquences désastreuses sur sa fonction s’il n’avait pas en même temps le projet de prendre le pouvoir pour abolir le Pouvoir. Mais abolir le Pouvoir n’est pas raisonnable dans la situation de crise actuelle : le pays n’est pas encore là et d’ailleurs aucune nation au monde ne présente les signes de cette maturité !

Voilà le paradoxe qui explique pourquoi, dans l’affaire de l’Ukraine, nous nous trouvons face à une logique de pouvoirs qui ne peut générer que la guerre de religions. « L’axe du bien » sera persuadé qu’il défend la bonne cause de la morale judéo-chrétienne donnant légitimité au Nouvel Ordre Mondial; « l’opposant à cet axe du bien » sera persuadé à son tour qu’il défend la bonne cause de la même morale judéo-chrétienne et c’est pourquoi il ne se considérera pas comme « axe du mal » mais comme peuple dans la légitimité d’une défense vertueuse de ses valeurs.

Finalement, seule la Russie a une position légitime et acceptable dans cette affaire. Que les Russes se défendent de la provocation orchestrée par les promoteurs du Nouvel Ordre Mondial utilisant l’Ukraine, est incontestable. Mais, si nous avons sur le terrain concret du combat, des prises de positions comme celle de ce responsable pro Russe de l’Ukraine Est, disant que le problème, c’est « qu’il y a incompatibilité entre orthodoxes et catholiques », alors tout serait faussé d’emblée et ce qui avait au point de départ une légitimité incontestable du côté Russe, pourrait se retrouver à l’arrivée falsifié par ce dévoiement.

Devant l’imminence de la chute de l’empire romain, l’empereur Constantin désirant continuer d’exercer son pouvoir sur l’ensemble des pays de l’empire, devait admettre que la « pax romana » basée sur la tolérance des polythéismes était à l’origine de la faillite de Rome. Il fallait impérativement trouver une nouvelle religion dynamique, agressive, à la fois nouvelle et ancienne, pour réaliser l’unité de l’empire. Pour gouverner, il fallait unifier. Pour unifier il fallait se référer à un seul et unique Pouvoir supérieur qui donnait sa légitimité au Pouvoir délégué à l’empereur.

Constantin réunissait le Concile de Nicée en 325 pour donner une officialité à cette nouvelle religion basée sur une ancienne et qui faisait parler d’elle par son fanatisme. Il choisissait ainsi de réunir les sectateurs appelés « proto orthodoxes » ou « chrétiens » de la secte fondée par Paul de Tarse à Antioche, un dissident d’une autre secte : la secte juive des pharisiens, inventeurs et théoriciens de la « résurrection des morts », pour mettre au point la doctrine qui deviendrait le dogme sacro saint de l’empire. Ainsi, l’Eglise chrétienne provenant des sectateurs de Paul de Tarse, prendrait tout naturellement le relais de l’empire et allait s’imposer par une pratique impitoyable du pouvoir sur tout l’Occident, allant jusqu’à supprimer par les persécutions tous les autres groupes se revendiquant du Jésus historique, jusqu’au moment où les Lumières allaient faire basculer la religion révélée par Paul de Tarse dans son rejet par les peuples.

Beaucoup d’entre nous aurons vu cette image de reportage prise à Kiev, montrant un homme tatoué de la croix gammée et orné des couleurs rouge et noir des nazis, brandissant un panneau sur lequel on pouvait lire : WWIII (War World 3ème), la troisième guerre mondiale, comme si cela était un objectif à atteindre coûte que coûte…

Adolf Hitler disait à Munich le 12 avril 1922 : « … En tant que chrétien, mon sentiment me désigne mon Seigneur et mon Sauveur comme un combattant… En tant que chrétien… j’ai le devoir d’être un combattant pour la vérité et la justice… » Goebbels ajoutait à son tour : « Nous croyons que le National-Socialisme est la seule foi salvatrice de notre peuple… Nous croyons que le Seigneur Dieu nous a envoyé Adolf Hitler pour que l’Allemagne soit un fondement pour l’éternité. »

A Kiev, nous avons revu ces gens affichant ces mêmes symboles et ce même discours invitant à la guerre de manière encore plus efficace que n’avait pu le faire BHL en porte parole et prophète messianique du Nouvel Ordre Mondial sur la place du Maîdan. Ce sont les religions sectaires, instruments de pouvoir, qui fomentent dans l’ombre de la « bien pensance » et de la « respectabilité », les idéologies fanatiques conduisant à la guerre, à toutes les violences et à la destruction de l’humanité.

Face aux USA pétris de fondamentalisme religieux et face aux moutons de la bergerie européenne, que peut faire Poutine avançant ses pions sur l’échiquier géopolitique, représentés au front par ses forces armées, bardées des bannières et gonfanons de la religion chrétienne orthodoxe ? Il est obligé de suivre la même logique que celle du camp d’en face : combattre, comme Hitler, « pour la vérité et la justice » !

Dans un silence retentissant, la Chine accumule un arsenal de guerre gigantesque et se tait. Elle écoute attentivement les discours n’ayant pour sa part aucune accointance avec les religions et se contentait, à travers son ministre des affaires étrangères : QIN GANG, de critiquer les sanctions décidées en leur temps par les USA et l’UE contre la Russie. Mais la Chine a, elle aussi, un cadre idéologique qui la tient et qui inspire un Pouvoir centralisé fort d’un communisme « à visage humain » dont la nature actuelle nous échappe en Occident. Ce « visage humain » du Pouvoir chinois ne montre rien du dragon qu’il dissimule. A quoi peut-on s’attendre de la part de cet allié de l’Ours russe ? Quelle est la stratégie de la Chine dans cet échiquier ? Il y a fort à parier qu’elle attend patiemment le moment où elle pourra rafler copieusement la mise et imposer au monde entier sa revanche, car elle aussi a été répétitivement humiliée par l’Occident!

La logique de l’histoire, c’est que nous récoltons ce que nous avons semé depuis déjà longtemps! Nous avions oublié ce boomerang lancé depuis tant d’années et qui nous revient aujourd’hui dans la figure, parce que sa trajectoire est infaillible : nous l’avions oublié. Le pillage de la Chine se traduit aujourd’hui d’un pillage généralisé par la Chine. L’humiliation de la Chine se traduit aujourd’hui d’une mise à genoux de l’Occident tout entier par la Chine.

C’est pour cette raison que nous sommes conviés aujourd’hui à ce jeu de la roulette russe, dans lequel, nous les européens, nous jouons le rôle de ceux qui risquent de tout perdre. Quoi qu’il arrive, peut-on réellement gagner encore quelque chose ?

Ne fallait-il pas conclure des alliances avec la Russie si proche de nous au lieu de la provoquer et de l’humilier ? Ne fallait-il pas renvoyer chez eux, ceux qui nous espionnent avec leur NSA et qui, dans notre dos, déclarent n’avoir « rien à foutre des européens » ou de n’avoir pour objectif caché que celui de « détruire les intérêts de la France partout dans le monde »? Pourquoi faut-il faire de ces gens-là, qui sont nos ennemis réels, des alliés ? Pourquoi fallait-il par dessus le marché mettre la France sous le commandement militaire de l’OTAN ? Pourquoi avons-nous choisi le camp des soumis et des larbins ? Nous, les européens, nous servons les intérêts de qui ? Nous qui avons aujourd’hui le canon russe sur la tempe, nous risquons notre avenir pour qui et pour quoi ? Pour des Hollande, des Fabius, des Valls, des JM Ayrault ou des Cazeneuve? Ces politiques ne représentent ni une vision réaliste de la situation, ni un idéal quelconque à suivre !

Face à la doctrine hégémoniste du Nouvel Ordre Mondial, Poutine ne peut brandir qu’une autre idéologie concurrente, celle d’une légitimité de la « Grande Russie » et de ses intérêts. Lequel de nos pays occidentaux est-il en situation de pouvoir lui en faire reproche ou de lui jeter la première pierre?

Source

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :