RSS

Poutine personnellement impliqué dans le piratage des Elections américaines selon les services secrets US !! L’Europe craint désormais «la cyberguerre de Poutine» aux prochaines élections – Trump réagit …

15 Déc
Afficher l'image d'origine
C’était prévisible : A force d’en manger, il a fait une overdose de Pop Corn ..

Incroyable – Selon des membres du renseignement américain, le président russe Vladimir Poutine en personne serait directement impliqué dans le piratage informatique des démocrates.

Deux hauts responsables américains du renseignement estiment que le président russe Vladimir Poutine s’est personnellement impliqué dans les piratages informatiques qui ont marqué l’élection présidentielle américaine, motivé par un désir de revanche contre la démocrate Hillary Clinton, avançait la chaîne NBC mercredi.

Poutine aurait donné les consignes. Vladimir Poutine aurait lui-même donné les instructions sur la façon de filtrer et d’utiliser les messages dérobés aux démocrates après les piratages informatiques, affirmait la chaîne américaine en citant deux hauts responsables ayant eu connaissance de cette information. Les responsables disent avoir un « haut degré de confiance » dans ces conclusions.

La CIA a conclu dans un rapport secret, révélé la semaine dernière par le Washington Post, que la Russie était intervenue par ses cyberattaques dans la campagne électorale dans le but précis d’aider Donald Trump à être élu, et non dans le but plus général de troubler le bon déroulement de l’élection. Le président élu a rejeté avec virulence ces allégations.

De vieilles rancœurs. Selon NBC, Vladimir Poutine n’aurait jamais pardonné à Hillary Clinton des déclarations publiques faite lorsqu’elle était cheffe de la diplomatie américaine, mettant en doute en 2011 l’intégrité d’élections législatives en Russie.

Il l’aurait aussi accusée d’avoir alors encouragé les manifestants à descendre dans la rue. Les hauts responsables du renseignement ont assuré à NBC que Vladimir Poutine aurait dans un premier temps agi pour se venger de la candidate démocrate, avant d’élargir son objectif en cherchant à montrer au monde les défaillances de la politique américaine et, selon les mots de l’un des responsables, « diviser les alliés cruciaux des Etats-Unis en leur donnant l’impression qu’ils ne peuvent plus compter sur les Etats-Unis comme un leader mondial crédible ».

En vue de possibles représailles, les services de renseignement américains examineraient de près la fortune personnelle de Vladimir Poutine, a ajouté NBC en citant les responsables américains.

Sputnik fulmine et tente de dédramatiser la situation, mais l’affaire est sérieuse :

L’agonie de l’administration américaine sortante, incapable de gérer la défaite de sa candidate Hillary Clinton aux élections présidentielles, se poursuit. Comme d’ordinaire, les démocrates ne se donnent pas la peine de chercher les vraies raisons de leur échec. A quoi bon, la Main du Kremlin à bon dos !

La chaîne américaine NBC News, citant deux sources haut placées dans le renseignement du pays, affirme que les autorités russes étaient impliquées dans les cyberattaques contre les sites américains lors de la présidentielle. «  Désormais, les porte-parole des services spéciaux américains jugent « avec un degré de certitude élevé » que le président russe Vladimir Poutine était personnellement impliqué dans la campagne secrète russe d’ingérence dans l’élection présidentielle  », annonce la chaîne.

La chaîne ne s’est pas donné la peine d’obtenir les commentaires officiels de la CIA ou des responsables du renseignement national.

L’administration d’Obama pourrait être contrainte de riposter avant de quitter le pouvoir, a confié à NBC News un ex-agent de la CIA.

En octobre, les services spéciaux américains ont ouvertement accusé Moscou de tentatives d’influencer les élections, reconnaissant néanmoins que les hackers n’ont pas réussi à accéder aux systèmes électoraux américains.

Par la suite, la Maison Blanche a reconnu ne pas avoir détecté d’attaques de hackers le jour de l’élection. Washington n’a jamais fourni la moindre preuve de l’implication de Moscou dans les tentatives de saper le scrutin.

De toute évidente, les nouvelles accusations portées contre le président russes resteront également gratuites et aucune preuve tangible ne sera jamais fournie

 

A tel point que Pendant ce temps c’est le branlebas de combat en Europe et en France, où Les médias craingent «la cyberguerre de Poutine» à l’approche de la présidentielle française

Vladimir Poutine cherche à tirer les ficelles de la présidentielle française, comme il l’a d’ailleurs fait aux USA, et envisage de lancer de nouvelles attaques informatiques en France et en Allemagne à l’approche des élections en 2017, prévient Le Monde.

« Des attaques informatiques venues de la Russie de Poutine sont à redouter durant les élections française et allemande en 2017 », lit-on à la Une du Monde, au lendemain du « Goodbye » de Hollande.

Alors que tous les médias français s’affolent à citer « les adieux » du président de la République faites la veille, Le Monde, lui, a décidé de se distinguer de la foule homogène des journaux français.

Le Monde vous apprend ainsi à créer l’« article idéal » : prenez un sujet d’actualité (ici, la présidentielle française) et ajoutez l’un des mots-clés proposés (au choix : menace russe, propagande, Poutine, agents du Kremlin, propagande russe…).

Voilà où en sont nos collègues français : « Paris et Berlin redoutent la cyberguerre russe pendant les élections de 2017 », pouvait-on lire à la Une du Monde ce matin.

Cependant, la rédaction a ensuite, et à bon escient, décidé de changer de titre et l’article s’intitule maintenant « Berlin et Paris redoutent des cyberattaques de l’étranger, à l’approche de scrutins majeurs », ce qui n’en change pas pour autant le sens.

À quoi bon organiser des élections, mener des débats, chercher à attirer le public, si les citoyens français ne décident de rien et que ce n’est même pas Bruxelles qui dicte ses règles mais Vladimir Poutine, dont les pouvoirs n’en finissent plus de s’étendre, aux USA aussi bien qu’en Europe.

« Le scrutin présidentiel américain a montré que les élections occidentales étaient entrées dans le champ de la guerre de l’information conduite par la Russie de Vladimir Poutine », selon le réputé journal. L’auteur de l’article prévient notamment que « deux prochains scrutins majeurs en Europe en 2017, la présidentielle française au printemps et les élections générales allemandes en septembre, risquent à leur tour d’être la cible d’actions de déstabilisation ».

Pourtant, on dirait que ce Poutine omniscient et dangereusement omniprésent a bien mené son jeu. Une fois François Hollande détrôné, les deux candidats ayant la plus grande côte de popularité, François Fillon et Marine Le Pen, n’hésitent pas à clamer leurs visions optimises sur une large coopération avec Moscou…

De sont coté – le bénéficiaire de toute cette affaire, Trump réagit : « Si la Russie nous avait piraté, pourquoi la Maison Blanche Se plaint seulement Après qu’Hillary a perdu? »

Avec la nation saisie par le scandale sans fondement du « piratage russe », qui la nuit dernière a escaladé pour inclure Poutine lui-même selon un rapport de NBC qui ne fourni rien de nouveau, Trump se jeta dans la mêlée jeudi matin quand il a soulevé plus de questions sur Twitter à propos de la Russie et de son rôle dans les cyber-attaques sur les partis politiques et les particuliers américains, dans le timing de la réponse de la Maison blanche sous la présidence de Barack Obama.

Trump a à plusieurs reprises dénoncé les rapports sur le piratage russe comme étant «ridicules», et a accusé les démocrates qui sont mécontents que Trump a remporté l’élection présidentielle le 8 novembre contre leur candidat, Hillary Clinton. En Octobre, le gouvernement américain a officiellement accusé la Russie d’une campagne de cyber-attaques contre les organisations politiques américaines avant l’élection. Obama a dit qu’il avait mis en garde le président russe Vladimir Poutine sur les conséquences et la semaine dernière il a ordonné un examen par les services de renseignement américains.

Pendant ce temps, NBC News rapporté jeudi soir que les responsables du renseignement américain ont «un niveau élevé de confiance » sur le fait que Poutine a été personnellement impliqué dans la cyber campagne russe contre les Etats-Unis.

La CIA a estimé que les attentats visaient à aider Trump a gagner l’élection 2016, une position non approuvée par le Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) ou le FBI, selon un haut responsable américain, en raison du manque de preuves crédibles , ce qui suggère que Trump a raison d’interroger le récit de la Maison blanche.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 15 décembre 2016 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :