RSS

L’Iran veut construire des navires à propulsion nucléaire en réponse aux sanctions des USA

13 Déc
Un sous-marin iranien

Avec Trump, c’est la question du nucléaire Iranien qui resurgi , et …… Israël (qui vient de réceptionner des F35 US)

Malgré l’accord sur le nucléaire iranien, les Etats-Unis ont renouvelé leurs sanctions à l’encontre de l’Iran. Le 13 décembre, le président iranien a répliqué en demandant à ses experts d’entamer «la conception» de navires à propulsion nucléaire. 

Selon la télévision publique iranienne, le président Hassan Rohani a qualifié le renouvellement des sanctions américaines de «violation» de l’accord sur le nucléaire. Le président iranien a demandé le 13 décembre au chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) «de planifier la conception et la production de moteurs à propulsion nucléaire pour le transport maritime».

La propulsion nucléaire navale correspond à un type de propulsion de certains navires de surface et de sous-marins équipés d’un ou plusieurs réacteurs nucléaires produisant de la chaleur transformée en vapeur pour activer une turbine ou un ensemble électrique.

Les sous-marins stratégiques nucléaires utilisent cette technologie afin de pouvoir rester sous l’eau pendant des semaines et ainsi éviter d’être détectés. La propulsion nucléaire est également utilisé par certains gros navires de surface comme les porte-avions ou les brise-glaces.

Cette technologie diffère cependant de celle utilisée pour les armes nucléaires. La Russie est jusqu’à présent le seul pays à naviguer avec des navires civils à propulsion nucléaire, notamment avec sa flotte de brise-glaces.

La réponse aux sanctions américaines renouvelées pour dix ans

Le président iranien Hassan Rohani a par ailleurs demandé au ministère des Affaires étrangères de prendre «des mesures juridiques» au niveau international contre les «négligences» des Etats-Unis dans l’application de l’accord nucléaire. Il s’agirait également de répondre au renouvèlement des sanctions américaines.

Le Congrès américain a décidé le 3 décembre de prolonger de dix ans l’Iran Sanction Act (ISA) de 1996, qui expirait au 31 décembre 2016. Cette prolongation des sanctions américaines à l’encontre de l’Iran doit encore être approuvée par le président sortant Barack Obama pour entrer en vigueur, ce qui ne devrait pas poser de problème, selon plusieurs responsables américains.

L’accord sur le nucléaire iranien a été négocié par l’Iran et six grandes puissances mondiales en 2015. Salué comme une avancée au moment de sa signature, l’accord cherchait à répondre aux inquiétudes concernant la volonté supposée de l’Iran de construire un programme clandestin de développement d’armes nucléaires.

Si l’Iran nie toujours cette accusation, le pays a toutefois accepté de restreindre son industrie nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU, les Etats-Unis et l’Union européenne. RT

L’Iran avait déjà prévenu – elle ne laissera pas Donald Trump revenir sur l’accord sur le nucléaire

Le président iranien a prévenu Donald Trump qu’il ne pourrait pas revenir sur l’accord sur le nucléaire, signé par les membres du conseil de sécurité de l’ONU. De son côté, le Sénat américain a prolongé les sanctions contre l’Iran de dix ans.

Lors d’une intervention télévisée le 6 décembre, le président iranien Hassan Rohani s’est est pris au futur président américain : «[Donald Trump] veut faire beaucoup de choses, mais aucune de ses actions ne va nous affecter […] Est-ce que vous pensez que les Etats-Unis peuvent déchirer l’accord de Vienne [sur le nucléaire] ? Est-ce que vous pensez que notre pays va le laisser faire ?»

Pendant sa campagne électorale, le milliardaire n’a eu de cesse de dénoncer cet accord, le qualifiant de «désastre» et de «plus mauvais accord jamais négocié». Il a notamment déclaré lors d’une conférence à l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) en mai que «sa priorité numéro un» serait de l’annuler.

Lire aussi : Clinton ou Trump ? Pour le président iranien, un choix entre «le mal et le pire»

Le guide suprême de la Révolution islamique, Ali Khamenei, s’est fait écho des déclarations du président iranien, prévenant Washington que le renouvellement des sanctions – pour de prétendues atteintes aux droits de l’Homme et soutien au terrorisme – était une violation de l’accord et que cela «aurait des conséquences».

Le Sénat américain a en effet voté une loi début décembre pour prolonger ces sanctions qui devaient s’achever en cette fin d’année.

Les sénateurs démocrates Dianne Feinstein et Tim Kaine ont souligné que même si Barack Obama levait certaines sanctions dans le cadre de l’accord de Vienne, «une loi doit rester en vigueur pour permettre de les réinstaller immédiatement si l’Iran viole l’accord».

Le président américain n’a pas encore signé la mesure mais devrait le faire prochainement selon un responsable de la Maison Blanche.

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :