RSS

Emergence d’un nouvel ordre mondial

13 Déc

Afficher l'image d'origine

La Chine et la Russie ont pris les rênes de l’établissement de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII), perçue comme une organisation rivale de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement, qui sont dominées par les Etats-Unis, aux côtés de l’Europe et du Japon.

Ces banques sont assujetties à l’ancien ordre de Bretton Woods*. La nouvelle banque asiatique sera contrôlée par la Chine et de la Russie.

Son importance géopolitique a été rendue évidente par la réaction négative des Etats-Unis à l’annonce faite cette semaine par le Royaume-Uni, qui prévoit de rejoindre la BAII. Très peu de temps après, la France, l’Allemagne et l’Italie ont aussi défié les Etats-Unis en annonçant leur adhésion potentielle. Dans la région pacifique, l’une des plus anciennes alliées des Etats-Unis, l’Australie, a dit prendre sa propre adhésion en considération, tout comme la Nouvelle-Zélande. La liste d’alliés américains qui cherchent à s’associer à la nouvelle banque ne cesse de croître. D’un point de vue géopolitique, la Chine et la Russie ont complètement déjoué les Etats-Unis, pour diviser à la fois l’OTAN et les alliances pacifiques de l’Amérique.

C’est plus important encore que ce que s’imaginent les experts politiques. Tout ce que fait la Chine est planifié à l’avance. Voici comment se sont succédé les évènements :

• En 2002, la Chine et la Russie ont formellement adopté la charte fondatrice de l’Organisation de coopération de Shanghai, un bloc économique qui comprend aujourd’hui 35% de la population du monde, et qui devrait en représenter plus de la moitié une fois que l’Inde, le Pakistan, l’Iran, l’Afghanistan et la Mongolie rejoindront ses rangs. La Russie dispose des ressources et la Chine dispose du pouvoir industriel nécessaires au développement du marché interne le plus large jamais établi.

• En octobre 2015, George Osborne a été convié à Pékin, parce que la Chine souhaitait voir Londres devenir le centre du développement d’instruments financiers libellés en yuans. Londres s’est pliée aux demandes de la Chine, et le gouvernement britannique a lancé la première obligation souveraine (chinoise) libellée en yuans. Le renminbi est désormais en passe de devenir une devise internationale.

• L’établissement d’une banque de développement d’infrastructures, la BAII, assurera la mise à disponibilité des financements nécessaires au développement de routes et de réseaux électriques et électroniques au travers de l’Organisation de coopération de Shanghai, ainsi que le développement économique du continent asiatique dans son ensemble. Voilà qui pourrait représenter plusieurs trillions de dollars au fil des années.

Les pays qui cherchent à rejoindre la BAII réalisent qu’ils doivent en devenir membres pour accéder à ce qui pourrait devenir le plus gros marché unique au monde. Les Etats-Unis se retrouvent paralysés, en conséquence de leur belligérance envers l’Ukraine et de l’exercice de leur hégémonie au travers du dollar. Les alliés des Etats-Unis de l’Asie du sud-est se joindront à la BAII, et en Europe, les intérêts commerciaux éloignent les partenaires de l’OTAN des Etats-Unis.

L’établissement de la BAII est un véritable coup de génie tactique. Le dernier problème à régler est désormais pour la Chine et la Russie d’établir un plan crédible afin que leurs devises puissent prendre le dessus sur le dollar. Nous savons que l’or pourrait être impliqué, parce que les membres de l’Organisation de coopération de Shanghai ont accumulé beaucoup de métal. Mais avant que cela soit possible, la Chine devra gérer la déflation de sa bulle sur le crédit, une tâche qui s’avèrera délicate et dangereuse.

Mais contrairement aux économies occidentales basées sur les politiques d’assistance, la Chine dispose de l’autorité politique et du contrôle interne nécessaire à sa survie suite à la rapide déflation du crédit bancaire. Lorsque la situation se présentera, les conséquences économiques en seront sérieuses pour l’Occident. Le Japon et la zone euro font déjà face à une dislocation économique, et malgré des chiffres de l’emploi optimistes, l’économie américaine est également en déclin. La dernière chose dont ont besoin les Etats-Unis et le dollar est un choc déflationniste en provenance de la Chine.

Le côté positif de tout cela est la paix : il est de moins en moins probable que les Etats-Unis persistent dans leur appel aux armes, parce que leurs alliés les abandonnent peu à peu à leur sort.

*Le système de Bretton Woods est un système de gestion monétaire qui a établi les règles et relations commerciales et financières entre les Etats industriels du monde au milieu du XXe siècle.

Source

Publicités
 
 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :