RSS

Tentative de « Coup d’état Soft » – Selon un rapport secret de la CIA, la Russie a aidé Trump à gagner l’élection : les démocrates veulent maintenant « empêcher la prestation de serment de Trump » !!!

11 Déc

Afficher l'image d'origine..

Pour commencer cet incroyable développement qui pourrait mener vers une guerre civile aux Etats unis – Vous vous souvenez que Les Clinton et Soros ont lancé la « Révolution Pourpre en Amérique, hé bien aprés l’histoire du recomptage des votes (toujours en cours) l’affaire prend de l’ampleur et les services de renseignements US entrent dans la partie . Selon un rapport secret de la CIA, la Russie a aidé Donald Trump à gagner l’élection , on se demande si Trump va arriver (qui plus est vivant) jusqu’à l’investiture en Janvier . C’est absolument énorme ce qui se joue en ce moment, du jamais vu :

Une évaluation secrète de la CIA conclut que la Russie a interféré dans l’élection présidentielle américaine pour aider Donald Trump à l’emporter, rapporte vendredi le Washington Post, qui s’appuie sur des responsables ayant pris connaissance de ce rapport.

L’article du quotidien a été publié après que le président Barack Obama a ordonné un rapport complet sur les piratages informatiques menés pendant la campagne présidentielle, sur fond d’interrogations persistances sur la nature des interférences de Moscou dans le scrutin.

L’équipe du président élu des Etats-Unis a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA, jugeant que les analystes qui y sont parvenus « sont les mêmes que ceux qui disaient que (l’ancien président irakien) Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive ». « L’élection a pris fin il y a déjà un bout de temps et elle s’est soldée par l’une des plus larges victoires de l’histoire au niveau du collège électoral. Il est temps de passer à autre chose et de ‘Rendre sa grandeur à l’Amérique' », a expliqué l’entourage de M. Trump dans une allusion au slogan de campagne du candidat républicain victorieux.

À en croire le Washington Post, des personnes liées à Moscou ont fourni au site WikiLeaks des e-mails piratés sur les comptes de l’ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, et du parti démocrate, entre autres. « La communauté du renseignement estime que l’objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre, d’aider Trump à être élu », a indiqué au Washington Post un haut responsable mis au courant d’un exposé fait par le renseignement à des sénateurs. « C’est le consensus ».

Des agents de la CIA ont indiqué aux élus qu’il était « assez clair » que le but de Moscou était d’aider M. Trump à gagner, d’après des responsables qui ont parlé au journal. Le Post note toutefois que l’évaluation de la CIA est loin de constituer un rapport en bonne et due forme reflétant la position des 17 agences américaines du renseignement. Et, explique le Post, des interrogations demeurent. Le renseignement américain ne dispose ainsi d’aucune preuve montrant que des responsables du Kremlin auraient « ordonné » à des intermédiaires de transmettre les e-mails piratés à WikiLeaks, note un interlocuteur du quotidien.

Selon Zero Hedge, c’est ni plus ni moins Une tentative de « Coup d’état Soft »  – Trump  Furieux dénonce le rapport « Secret » de la CIA selon lequel la Russie l’a aidé à gagner : 

Le dernier article «sans preuve »  du WaPo, selon laquelle la CIA a publié une évaluation « secrete » affirmant que la Russie a aidé Trump à gagner la présidence, pourrait avoir des conséquences énormes non seulement pour l’administration Trump, sur le prochain vote collège électoral, mais pour les Etats-Unis eux-même.  

Cette Nuit la guerre de la  propagande médiatique a escaladé après la publication vendredi d’un article par le Washington Post(qui la semaine dernière a admis avoir utilisé des infos non vérifiées, ou fausses dans une tentative de décrédibiliser d’ autres sites de soi-disant «fausses infos») selon lequel une secrète évaluation CIA a révélé que la Russie a cherché à faire basculer l’ élection présidentielle américaine du mois dernier en faveur de Donald Trump, une conclusion présentée sans aucune preuve réelle, et qui a attiré une réprimande extraordinaire, et la colère du camp du président élu.

«Ce sont les mêmes personnes qui ont dit que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive » , l’équipe de transition de Trump a dit, en lançant une contre offensive contre l’agence d’espionnage. « L’élection a pris fin il y a longtemps dans l’ une des plus grandes victoires du collège électoral de l’histoire. Il est maintenant temps d’avancer et de ‘Make America Great Again.  »

 Le rapport du Washington Post vient après que le président sortant Barack Obama a ordonné un examen de tous les cyberattaques qui ont eu lieu au cours du cycle des élections 2016 , au milieu de plus en plus d’appels par le Congrès pour avoir plus d’informations sur l’ampleur de l’ ingérence russe dans la campagne. Le journal a cité des responsables informés sur la question en disant que les individus ayant des liens avec Moscou ont fournis a WikiLeaks des emails piratés du Comité national démocrate, dont ceux du chef de campagne (podesta) et d’ autres personnalités de la campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton.

Sans l’ombre d’une preuve fournie, et en dépit du propre aveu de Wikileaks  » que la source des courriels n’était pas russe, l’attaque lancée par le WaPo affirme que les messages électroniques ont été régulièrement « fuités » par les russes via WikiLeaks dans les mois précédant l’élection, altérant les chances de Clinton dans la course à la Maison Blanche. Essentiellement, selon le WaPo, le but des Russes était d’aider Donald Trump à gagner – et non pas seulement à saper le processus électoral américain, faisant allusion à une tentative par Poutine de contrer Hillary .

Un côté intéressant du papier du Wapo de la nuit dernière et de la réponse de l’équipe de Trump est qu‘il y a maintenant une guerre ouverte entre Trump et la CIA, comme Chuck Todd de de NBC l’a observé dans une série de tweets vendredi …

Déclarations auxquelles Glenn Greenwald a fourni le meilleur contre-argument :

(..)

Cependant, dans cette mini tempête de Tweets,  l’aspect le plus important fut la suggestion à peine voilée que , en plus de la Russie, à la fois le FBI et la présidence Obama ont empêché Hillary de devenir le prochain président des États – Unis …

… Ce qui , à la lumière de ces superbes nouvelles allégations non prouvées et sans fondement, peut maintenant très bien lui permettre de renouveler ses aspirations.

* * *

Ainsi , c’est là la dernière tentative du WaPo d’attiser les feux d’une propagande sans preuves, que le WaPo qualifierait lui même de « fausses infos » – C’est une histoire qui a des implications dramatiques.

Voici les deux seules citations qui comptent :

« … Il n’y a pas de preuve claire – même maintenant », a déclaré Rep Devin Nunes (R-Calif.), Le président de la commission du renseignement et membre de l’équipe de transition de Trump « Il y a beaucoup de sous-entendus, beaucoup de preuves circonstancielles, c’est tout.  »

* * *

« … Obama veut le rapport avant qu’il ne quitte ses fonctions le 20 janvier, a annoncé Monaco. L’examen sera dirigé par [LE MENTEUR PROUVE] James Clapper, le directeur sortant du renseignement national, ont indiqué des responsables. »

Ou, comme un lecteur l’ a dit, cela est une tentative de « coup soft » par les dirigeants de la communauté Intel (les services, l’état profond – ndlr) et de l’administration Obama pour influencer le vote du collège électoral, semblable au roman des années 1960  » Sept jours en mai . »

Pour enfoncer le clou et légitimer la chose (ce nouvel « agenda » de  » l’état profond » et de l’establishment US) , Nate Silver « Calcule » que Hillary aurais gagné Si il n’y avait pas eu Comey (FBI) ni la Russie : du coup les démocrates sortent du bois et l’affaire prend une autre ampleur – pour les démocrates «la priorité maintenant est d’empêcher la prestation de serment de Trump » 

Comme le rapporte Zero Hedge :

Dans le sillage immédiat de l’article WaPo hier soir révélant une évaluation  « secrete » de la CIA selon laquelle la Russie (sans la moindre preuve) a aidé Trump à gagner l’élection, nous avons expliqué – en cinq points – comment cela n’était rien de moins qu’une «tentative de coup d’état en douceur » par les dirigeants de la communauté Intel américaine (= l’état profond, via les services, ndlr) et de l’administration Obama d’influencer le vote du collège électoral. *

Peu après, l’éminent phare de la pensée libérale , Paul Krugman, a confirmé que cet agenda a rapidement pris forme quand il a tweeté que « nous aurons un président qui a perdu au niveau du vote populaire de 2,1%, et qui a gagné grâce au FBI et à Poutine. Et ses supporters exigeraient le respect. Euh, non.  »

Il a poursuivi: « A noter également que la CIA n’a communiqué ses résultats qu’après l’élection, le FBI a éclaboussé Clinton avec son histoire – qui se révéla être littéralement une fanfaronnade – 10 jours avant », et il conclu avec fureur que «Le gros problème, du moins pour moi, est comment maintenir la colère populaire sur un feu doux, plutôt que de la faire bouillir , car le chemin de la justice sera long (09:24 – 10 décembre 2016).  »

Ce fut la première salve. Elle a été suivi rapidement par de nombreuses autres voix libérales qui ont non seulement conclu que s’il n’y avait pas la Russie, Trump n’aurait pas gagné, et que sans la participation du directeur du FBI Comey et de Vladimir Poutine, Hillary aurait gagné les principaux swing states, et donc la présidence. Affaire au point, le statisticien Nate Silver qui, en même temps que tous les autres experts, a dénoncé radicalement une fraude électorale, et est maintenant à la recherche de boucs émissaires. Il apparaît qu’ils en ont trouvé.

Et ainsi, avec Krugman établissant le strapontin idéologique et le «génie statistique» Nate Silver validant ce strapontin fabriqué de toutes pièces en calculant les chances de victoire de Hillary si elle n’avait pas été « victime » du FBI et des pirates du gouvernement russe, les démocrates sont sortis du bois, avec un autre commentateur libéral, Keith Olbermann, exposant la nouvelle ligne du parti en disant que «la priorité maintenant (pour les démocrates , ndlr) est d’empêcher la prestation de serment de Trump :

Par ailleurs, incarnant le mouvement de contestation anti-trump qui prend de l’Ampleur – Michael Moore met en garde contre « Quelque chose de fou pourait se produire pour stopper Trump de devenir Président »

Est ce que le cinéaste prédit une tentative d’attenter à la vie de Trump ?

Le réalisateur, fervent opposant au magnat de l’immobilier, mais aussi l’un des seuls qui avait prédit sa victoire, a lancé lors de l’émission Late Night with Seth Meyers sur NBC, un appel pour évincer Donald Trump.

« Il n’est pas encore président, non? », a-t-il la

ncé au public du show. « Ne croyez-vous pas, quel que soit votre bord politique, que ça a été la plus folle année électorale? Rien de ce qui avait été prédit ne s’est déroulé comme prévu, au contraire. Alors n’est-il pas possible, juste possible, que dans les six prochaines semaines, quelque chose d’autre se produise, quelque chose de fou auquel personne ne s’attend? »

Par delà l’indéniable talent de bateleur de Michael Moore, la procédure électorale américaine permet, en théorie, qu’une telle volte-face se produise. D’autant qu’il ne reste pas six semaines avant l’échéance de décembre.

Après qu’un des grands électeurs républicains, a d’ores et déjà annoncé dans le New York Times qu’il voterait contre Trump lors du collège électoral malgré la « tradition » US de respecter le vote et le mandat donné par les électeurs , la question devient plus que jamais pertinente – Les grands électeurs peuvent-ils empêcher Trump de devenir président, dans ce qui ressemble à une Tentative de « Coup d’état Soft » par l’establishment et l’état profond ?

Hé bien figurez vous que La presse américaine a déjà étudié les différents scénarios possibles à l’issue de la réunion du Collège électoral du 19 décembre prochain, qui pourrait décider de choisir une autre personnalité républicaine pour succéder à Barack Obama – comme le rapportent les médias mainstreams :

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 11 décembre 2016 dans général, INSOLITES Du Dimanche, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 réponses à “Tentative de « Coup d’état Soft » – Selon un rapport secret de la CIA, la Russie a aidé Trump à gagner l’élection : les démocrates veulent maintenant « empêcher la prestation de serment de Trump » !!!

  1. Benaldjia

    11 décembre 2016 at 9:31

    Le « leader absolu de la course présidentielle américaine », Donald Trump, s’est dit porté aux nues par le compliment que Vladimir Poutine lui a adressé lors de sa conférence de presse annuelle tenue jeudi 17.12.15 lors de sa conférence de presse,en efet, le président russe a affiché son soutien ,pour l’américain Donald Trump,
    Au cours de sa conférence de presse, Vladimir Poutine s’est dit « disposé à développer (ses) relations avec les Etats-Unis », une fois qu’aura été élu un nouveau président américain en novembre 2016. Donald Trump.
    « C’est un homme très brillant, plein de talent sans aucun doute. Ce n’est pas à nous de juger de ses qualités mais c’est le favori incontesté de la course présidentielle », a ajouté Vladimir Poutine, cité par les agences de presse russes. A ses yeux, « sa façon de parler est ce qui lui permet d’augmenter sa popularité » ?! Pour qui roule-t-il Poutine ? Vous ne trouvez pas que Poutine participe à la campagne de haine de Donald Trump ? fait-il partie de la campagne présidentielle US ?
    Vous trouverez ci-dessous le lien :
    https://fr.sputniknews.com/…/201512181020371402-poutine-tr…/

     
  2. Valaraukar

    11 décembre 2016 at 10:06

    Dans cette histoire, je trouve que les Démocrates ont beau jeu de la ramener, ils devraient plutôt faire profil bas: C’est leur faute, c’est leur haute instance qui a magouillé pour évincer Sanders (qui aurait gagné contre Trump) et permettre à Clinton d’avoir le ticket. Ils devraient d’abord s’en prendre à eux-même pour l’élection de Trump. Sanders incarnait l’honnêteté, l’anti-corruption, ce qui plaisait aux électeurs démocrates. Lors qu’ils ont appris que leur cause « anti-corruption » avait été évincée par une tricheuse, il était évident que les votes Sanders ne se reporteraient pas sur Clinton, celle qui avait triché pour gagner.

     
  3. Benaldjia

    16 décembre 2016 at 3:37

    le prochain chef de la diplomatie de la première puissance mondiale Mr Rex Tillerson est loin de faire l’unanimité chez les républicains, qui devront confirmer sa nomination au Sénat. Vladimir Poutine, qui lui avait remis en 2013 la décoration russe de l’ordre de l’Amitié, destinée aux étrangers,  » est un voyou et un assassin, je ne vois pas comment on peut être l’ami d’un ancien agent du KGB , avait lancé le sénateur républicain John McCain peu avant la nomination, soulignant qu’un secrétaire d’État devait  » voir le monde avec clarté morale, sans conflits d’intérêts et avec un sens clair des intérêts de l’Amérique http://static.ladepeche.fr/content/media/image/large/2016/12/13/b775a650684c07ffe4fac2e35dc1fe4ce5f1363f.jpg

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :