RSS

« L’Inde confisque l’or et les bijoux de ses citoyens » – L’argent pourrait devenir la monnaie favorite de l’Inde

09 Déc

india-gold

Voici la traduction de l »article d’hier relayé par Zero Hedge qui titrait sur la confiscation de l’or en Inde, une info à la fois correcte et non correcte (lire mon papier d’hier Confiscation de l’or en Inde ?! Une tempête dans un verre d’eau ? La guerre de MODI contre le cash fait s’effondrer l’activité économique « légale ») – c’est plus que l’article est incomplet (ne mentionne pas l’énorme taxation de 85 % sur la richesse non divulguée), mais tout ce qu’il raconte est exact, il y a une guerre contre l’or et un gros paquet de citoyens Indiens sont spoliés .

 L’ Inde confisque l’Or, même les bijoux, et lance des Raids sur l’argent caché :

La répression financière est à la hausse de par le monde, et notamment en Inde. Après avoir rendu ses plus grosses coupures illégales en novembre, le gouvernement indien s’en prend désormais à l’or.

Et pas seulement aux barres et pièces d’or. Lors de récents raids, il est allé jusqu’à confisquer des bijoux.

Pour en savoir plus, voyez mon article du 27 novembre intitulé Cash Chaos in India, 86% of Money in Circulation Withdrawn; Cash Still King in Japan.

Les plus grosses coupures indiennes, ce sont les billets de 500 (7,30 dollars) et de 1000 roupies (14,60 dollars), qui représentent plus de 85% des billets en circulation. Ils n’ont désormais plus cours légal.

Le désordre qui a fait suite à la décision du gouvernement de les sortir de la circulation se poursuit jusqu’à aujourd’hui.

L’Inde confisque l’or de ses citoyens

Voici un extrait de Message to Modi: Do No More Harm, par Mihir Sharma.

Le désordre né de la « démonétisation » ne s’estompe pas. Il y a de fortes chances que les bouleversements économiques actuels, notamment dans les régions rurales de l’Inde, affectent la croissance pendant encore quelques trimestres. Il est difficile de prédire quels en seront les effets, nous sommes désormais en territoire inconnu, et les estimations varient considérablement. De nombreux analystes tombent toutefois d’accord avec l’ancien Premier ministre, Manmohan Singh, qui s’attend à voir les récentes politiques faire perdre deux points de pourcentage au taux de croissance du PIB.

La démonétisation a d’abord été présentée comme une attaque de haute précision contre l’argent noir — les piles d’argent illicites qui ont été accumulées à l’abri du regard du percepteur. Il est désormais évident que cette attaque ait été tout sauf précise. Pire encore, des questions gênantes sont aujourd’hui posées quant à la possibilité pour les règles et exemptions qui ont accompagné cette démonétisation d’avoir permis à certains propriétaires d’argent noir de blanchir leurs réserves. C’est pourquoi Modi choisit maintenant de présenter la démonétisation comme un moyen d’encourager le développement d’une société sans espèces.

Et pourtant, l’idée d’une guerre contre le capital non-déclaré reste centrale à la démonétisation, ce qui signifie que Modi devra trouver d’autres manières de poursuivre son agenda. Le gouvernement a déjà commencé à faire des perquisitions chez des individus soupçonnés d’avoir dissimulé des actifs autres que des espèces, comme par exemple de l’or.

Beaucoup s’inquiètent de voir les perquisitions redevenir chose fréquente, ce qui a poussé le gouvernement à tenter d’apaiser la situation en clarifiant, entre autres, que rien ne se passerait si « les réserves d’or des individus se limitent à 500 grammes d’or par femme mariée, 250 grammes par femme non-mariée et 100 grammes par homme ». Il a également ajouté que les bijoux ne feraient l’objet d’aucune limitation, si tant est qu’ils proviennent d’un héritage. L’agent en charge d’une perquisition a « la possibilité, à sa seule discrétion, de ne pas saisir une quantité plus importante encore de bijoux ».

Cela signifie, malheureusement, que les agents fiscaux de l’Inde ont gagné la loterie. Lors d’une perquisition, ils peuvent décider de confisquer, ou non, les réserves d’or d’une famille. Les Indiens possèdent de très importantes réserves d’or – estimées à 20.000 tonnes, dont une majeure partie a été héritée. Les lois qui s’appliquent aux mandats de perquisition simple sont différentes, mais très peu le savent. Plutôt que de faire le ménage en matière de gestion fiscale, le gouvernement a offert aux agents de perquisition plus de pouvoir qu’ils n’en ont eu depuis des décennies. Les riches paieront le nécessaire pour qu’on les laisse en paix, les autres souffriront

Les riches s’en sortent, les autres souffrent

La dernière phrase de l’article précédent en dit long sur ce qui se passe aujourd’hui : « Les riches paieront le nécessaire pour qu’on les laisse en paix, les autres souffriront ».

Les preuves dont nous disposons poussent à croire que ceux qui ont des contacts politiques, ainsi que leurs amis, ont été avertis de ces mesures. Tous les autres se sont retrouvés coincés.

Les perquisitions d’or renforcent la guerre que mène le gouvernement indien contre les espèces. Et ce genre d’actions finira ultimement par faire grimper la demande en or.

Qu’arrivera-t-il ensuite ?

Je ne cesse jamais de me demander ce qui arrivera ensuite. Certains prétendent le savoir. J’admets être dans le noir. Je suis sûr que nous avançons vers une crise des devises, mais suis incapable de déterminer quand elle se présentera. Et la liste des candidats potentiels ne cesse plus de se rallonger.

Je me suis principalement penché sur le Japon, la Chine et l’Union européenne. L’Inde m’a pris par surprise, mais s’intègre dans ma théorie générale selon laquelle une goutte inattendue viendra bientôt faire déborder le vase, ailleurs qu’aux Etats-Unis.

Les décisions des Etats-Unis pourraient déclencher une crise des devises, mais je suis d’avis qu’une crise frappera d’abord un autre pays. Si je ne me trompe pas, l’or représentera de nouveau une valeur refuge dans toutes les devises, et principalement dans celle qui se trouvera à l’épicentre de la crise.

Source

Pendant ce temps la demande en Argent explose – L’argent pourrait devenir la monnaie favorite de l’Inde

Le gouvernement indien tente depuis quelques années, et par divers moyens, de réduire la demande de ses citoyens en or. Les mesures adoptées s’intègrent dans un ensemble de politiques établies par le gouvernement en vue de réprimer l’utilisation de devises sur le marché noir, qui ont également inclus le retrait des billets de 500 et 1000 roupies de la circulation au début du mois de novembre. Au vu de ce qui s’est passé en 1910, nous pouvons nous attendre à ce que ces décisions aient des conséquences inattendues.

India-gold-silver

Croissance de la demande indienne en bijoux en or et en argent. Thomson Reuters GFMS, Gold 2016 and Silver Survey 2016

L’amour des Indiens pour l’or a posé pour leur pays de sérieux problèmes économiques. En 2011, la banque d’investissement australienne Macquarie a estimé que les ménages indiens placent 78% de leur épargne sur l’or.

Cela signifie que l’Inde dispose aujourd’hui d’un système de double monnaie, dans le sens où les gens préfèrent épargner en or qu’en roupies. C’est une situation unique parmi les économies développées, qui me pousse à me demander comment réduire l’attrait d’une population pour un métal précieux.

L’accumulation d’épargne sous forme d’or plutôt que de dépôts bancaires impose un frein permanent à la croissance indienne. La raison en est que l’épargne n’augmente pas les fonds disponibles au prêt au sein de l’économie. L’une des raisons pour lesquelles il est difficile de faire travailler cet or en tant que capital d’investissement est que 79% de l’épargne en or prend la forme de bijoux plutôt que de barres ou pièces.

L’Inde était le plus gros consommateur d’or au monde en 2015 avec près de 700 tonnes, selon le GFMS Gold Survey 2016. En revanche, elle produit moins de deux tonnes d’or par an. Cela signifie que l’Inde doit importer 25 milliards de dollars d’or chaque année, ce qui accroît son déficit de compte courant et réduit la valeur de sa roupie.

En 2015, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a introduit une obligation souveraine sur l’or pour permettre aux propriétaires de métal d’échanger leur or contre des obligations porteuses d’intérêts. Après l’arrivée à maturité de ces obligations, les investisseurs peuvent demander de récupérer de l’or physique dans des quantités égales aux réserves qu’ils ont déposées. Les quantités d’or minimums nécessaires à une participation à ce programme ont été fixées à 2 grammes. En novembre 2016, 14 tonnes d’or avaient été mobilisées dans le cadre des deux émissions d’obligations sur l’or, et cinq tonnes supplémentaires avaient été collectées au travers des autres programmes de monétisation du gouvernement (dont les dépôts minimums ont été fixés à 30 grammes).

En revanche, parce que les Indiens sont dits posséder 20.000 tonnes d’or, ces dépôts ne représentent que de très petites quantités de métal, et ne semblent pas pour le moment représenter de solution durable.

Conséquences inattendues

Une alternative pourrait être de réduire les importations d’or indéfiniment. C’est à ces fins que le gouvernement a commencé à rehausser les taxes d’importation sur l’or en 2013, pour les porter à 6%. Elles s’élèvent aujourd’hui à 10%. En revanche, le déclin du prix de l’or sur la période a entraîné une hausse de 12% des importations d’or en 2015, les consommateurs ayant profité de ce qu’ils percevaient comme une offre avantageuse.

Pour observer les conséquences qu’ont pu avoir de telles politiques par le passé, il nous faut revenir un siècle en arrière. L’Inde cherche en effet depuis un certain temps à réduire les importations de métaux précieux. En 1910, le gouvernement indien a fait passer les taxes d’importation sur l’argent de 5 à 11%. Un rapport de marché publié en 1912 par Pixley & Abell a montré un déclin de 28% de la demande en argent des Indiens dans les bazars du pays au cours des trois années qui ont suivi cette hausse des taxes. Ce déclin de la demande a été attribué non seulement à la hausse des taxes d’importation, mais aussi à la substitution de l’or à l’argent dans l’épargne des citoyens, l’or étant devenu plus intéressant sur une base relative.

Entre 1910 et 1930, les importations d’argent nettes de l’Inde sont passées de 98 à 31 millions d’onces, selon les rapports du British Geological Survey. L’Inde est, après cette date, graduellement devenue le plus gros consommateur d’or au monde, avant d’être dépassée par la Chine en 2015.

Il semblerait que les citoyens indiens se tournent aujourd’hui de nouveau vers l’argent. Suite à la récente hausse des taxes d’importation sur l’or, les importations d’argent de l’Inde ont atteint près de 8.000 tonnes en 2015, soit 14% de plus qu’en 2014. La demande en bijoux en or, qui représentent 75% de la demande en or des Indiens, a perdu 30% entre septembre 2015 et septembre 2016, selon le Conseil mondial de l’or. Voilà qui laisse supposer un possible retour de l’argent en tant qu’investissement favori des Indiens.

L’or représente en Inde une vaste majorité des ventes de bijoux. Mais la demande en bijoux en argent a gagné 600% en dix ans, contre seulement 25% pour la demande en bijoux en or.

L’argent n’est bien évidemment pas le seul métal d’investissement disponible. Les investisseurs à la recherche d’une forme de capital plus compacte peuvent par exemple opter pour le platine, dont le prix par once est 56 fois plus élevé que celui de l’argent. Mais une transition vers l’argent, qui était la norme jusqu’à la première guerre mondiale, semble plus probable. Elle pourrait avoir un très lourd impact sur les prix. Pour vous donner une idée d’échelle, le marché des bijoux en or de l’Inde représentait 25 milliards de dollars en 2015, alors que le marché global des bijoux en argent n’était que de 3,5 milliards de dollars.

Conclusion

Même une légère transition de l’or vers l’argent entraînerait une forte hausse du prix de l’argent. Une réallocation de 10% des investissements en bijoux en or sur les bijoux en argent ferait doubler la demande globale en bijoux en argent. Les mines et autres sources d’argent ne seraient pas capables de satisfaire immédiatement cette hausse de la demande, et les prix grimperaient pour finalement représenter un casse-tête supplémentaire pour ceux sui sont en charge de la très atypique économie de l’Inde.

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 9 décembre 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 réponses à “« L’Inde confisque l’or et les bijoux de ses citoyens » – L’argent pourrait devenir la monnaie favorite de l’Inde

  1. jtop6666

    9 décembre 2016 at 6:18

    Oui, l’or, curieux en effet !Mais on se doute pourquoi !

     
  2. la truffe

    9 décembre 2016 at 10:35

    quelque chose nous échappe, ou du moins nous interpelle……
    les brics…..
    si l’ Inde fait disparaitre les éspéces, est ce un plan prévu par les brics,,,,
    l’éspoir d’une société libre sans éspéces voir sans or pour commercer semble s’éloigner…..

     
  3. la truffe

    9 décembre 2016 at 10:41

    rectif.
    l’éspoir d’une société libre semble s’éloigner car sans éspéces ou or comme monnaies d’échanges, beaucoup de personnes n’auront rien à troquer et auront du soucis pour survivre.
    atchoum.

     
  4. jtop6666

    10 décembre 2016 at 2:40

    oui et si la valeur des l’argent (fric) chutent, les états se rattraperont sur l’or, mais le citoyen sera lui sans or et sera comme menotté, obliger de suivre en cas de crise boursière. le petit peuple il va souffrir. Pas folle la récupération de l’or.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :