RSS

Les US envisagent des frappes aériennes contre le régime d’Assad Après qu’un général US de haut rang a mis en garde que cela pourrait conduire à la guerre contre la Russie

05 Oct

Des frappes militaires contre le régime d’Assad seront de retour sur la table mercredi à la Maison Blanche, où les hauts fonctionnaires de la sécurité nationale de l’administration Obama commencent à discuter des options pour la voie à suivre en Syrie.Une approche proposée consiste à frapper le régime d’Assad sans résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, ce serait de réaliser les frappes secrètement et sans reconnaissance publique, a indiqué le responsable.

Maintenant que les gants se sont détachés dans la fausse diplomatie entre la Russie et les Etats – Unis, qui , hier , a culminé avec Poutine qui suspend un accord de recyclage de plutonium avec Washington , peu de temps avant que le département d’ Etat américain a annoncé qu’il mettrait fin aux négociations avec la Russie sur la Syrie , la prochaine étape sera peut être celle à propos de laquelle John Kerry a mis en garde la semaine dernière, et qui  est « sur la table « , à savoir le lancement de frappes militaires contre le régime d’Assad.

Comme rapporte le WaPo , des réunions ont été en cours au sein des organismes américains de sécurité nationale pour envisager de nouvelles options à recommander au président pour répondre à la crise en cours à Alep. Une réunion du Comité d’ école, qui comprend des fonctionnaires de niveau ministériel, est prévue pour ce mercredi tandis qu’une réunion du Conseil national de sécurité, qui pourrait inclure le président, pourrait venir dès ce week – end.

Selon RT :

Les agences de sécurité et les hauts gradés se seraient remis au travail ces dernières semaines afin d’étudier les options disponibles pour les Etats-Unis en Syrie. Aussi, l’éventualité d’intervenir directement contre l’armée syrienne réémerge.

Les Etats-Unis semblent à nouveau considérer des frappes directes contre les forces gouvernementales, à savoir l’Armée arabe syrienne, selon les informations du Washington Post. Selon le quotidien américain, les options – qui n’ont pas été rendues publiques – incluraient le bombardement des pistes d’envol de l’aviation militaire syrienne avec des missiles de longue portée tirés depuis les navires de guerre de la coalition emmenée par les Etats-Unis, dont la France.

Afin de vaincre les réticences de la Maison Blanche, laquelle s’oppose à une intervention directe depuis le début de la guerre et préfère passer par des intermédiaires, l’état-major américain aurait une autre carte à abattre, toujours selon le quotidien américain : frapper secrètement l’armée régulière syrienne sans en informer le Conseil de sécurité des Nations unies, pas plus que les médias et l’opinion publique.

Les relations se sont dégradées à la suite de la suspension par les Etats-Unis de la coopération bilatérale avec la Russie et l’échec de l’accord de cessez-le-feu en Syrie convenu le 9 septembre dernier. Les Etats-Unis semblent encore hésiter quant à la stratégie militaire à adopter concernant le conflit en Syrie, mais les signes d’une agressivité croissante de l’état-major américain se multiplient.

Le 17 septembre dernier, des avions de la coalition menée par Washington ont bombardé «par erreur» des positions de l’armée syrienne, près de la ville de Deir ez-Zor, faisantplusieurs dizaines de morts. Et le 28 septembre dernier, le département d’Etat américain prévenait la Russie que les groupes islamistes présents en Syrie pourraient s’en prendre aux intérêts russes, voire même au territoire de la Russie.

Une menace à peine voilée que Moscou n’a pas laissé passer : «Le moindre soupçon de menace envers nos soldats et les citoyens russes doit être exclu de ce dialogue. La question de la sécurité des citoyens russes, peu importe où ils puissent se trouver, n’est pas négociable. C’est notre priorité principale et inconditionnelle», avait alors réagi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, rappelant en outre que les autorités russes étaient toujours disposées au dialogue

Zero Hedge continue :

Il y a un autre problème: le lancement de raids de bombardement sur la Syrie exigerait nécessairement  la création d’une «zone d’exclusion aérienne» contre les avions de combat syriens et, plus important encore , russes.Cependant, comme nous l’ avons constaté hier , lors de son témoignage devant le Comité du Sénat sur les services des armés la semaine dernière le général Joseph Dunford a sonné l’alarme sur un changement de politique qui gagne plus de traction dans les couloirs de Washington suite à l’effondrement du cessez le feu négocié par les États-Unis et la Russie en Syrie disant qu’il pourrait en résulter une grande guerre internationale qu’il n’était pas prêt de soutenir.

L’échange notable a eu lieu après que le sénateur Roger Wicker du Mississippi a posé des questions à propos de la proposition de Hillary Clinton de créer une zone d’exclusion aérienne en Syrie en réponse aux allégations que la Russie et la Syrie ont intensifié leurs bombardements aériens de rebelles à l’ Est d’Alep depuis l’effondrement du cessez le feu.

« Qu’en est- il la possibilité de contrôler l’espace aérien afin que les bombes ne puissent pas être lachées ? Que pensez – vous de cette option ? » demanda Wicker. « En ce moment, sénateur, pour que nous contrôlions l’ ensemble de l’espace aérien en Syrie , ça nous obligerait à aller à la guerre contre la Syrie et la Russie . C’est une décision assez fondamentale que certainement je ne vais pas prendre, » a déclaré le président des chefs d’état – major suggérant la politique était trop belliciste même pour les chefs militaires.

Comme nous avons ajouté encore la nuit dernière, en dépit de l’avertissement de Dunford, l’angle militaire a gagné du terrain au cours des dernières semaines parmi les diplomates américains, comme le rapporte le Wash Post d’aujourd’hui.

Et puisque le rapport est, au moins pour l’instant, juste un ballon d’essai pour évaluer la réaction russe face à une incursion militaire potentielle des États-Unis, nous attendons maintenant de voir ce que sera la réaction de Poutine à la possibilité d’une campagne militaire américaine en Syrie.

Zero Hedge – RT – resistanceauthentique

Advertisements
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Une réponse à “Les US envisagent des frappes aériennes contre le régime d’Assad Après qu’un général US de haut rang a mis en garde que cela pourrait conduire à la guerre contre la Russie

  1. Sylvie Rochette

    20 mars 2017 at 11:04

    Ras le bol de ces ricains qui ne sont qu’un ramassis de colonisateurs, se prennent pour les rois du monde et ne sont que des fouteurs de m….!!!

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :