RSS

Le 1er producteur mondial de Coton, l’Inde, entre en guerre contre Monsanto

22 Avr

Le producteur mondial coton veut fixer prix graines royalties versées géant américain menace quitter pays.

Le premier producteur mondial de coton veut fixer le prix des graines et les royalties versées au géant américain qui menace de quitter le pays. – Dhiraj Singh/Bloomberg

Coton : l’Inde entame un bras de fer avec Monsanto

Le premier producteur mondial de coton veut fixer le prix des graines et les royalties versées au géant américain qui menace de quitter le pays.

En Inde, le coton cultivé par 7 millions de paysans est devenu la graine de discorde. Le premier producteur mondial est entré en guerre contre le géant des semences Monsanto, dont le coton Bt, une technologie mise au point par la firme américaine pour résister aux insectes, couvre près de 90% des surfaces dédiées à la fibre dans le pays… Au point que le groupe américain, présent en Inde depuis des dizaines d’années, a menacé d’y fermer ses activités.

En cause ? Le gouvernement de Narendra Modi a décidé de réguler les prix de ces graines de coton génétiquement modifiées en fixant un prix maximum. Une première depuis leur introduction en 2002. Surtout, New Delhi a imposé une baisse de l’ordre de 70% du montant des royalties payées à Monsanto par les entreprises locales.

Interventions arbitraires selon Monsanto

Des décisions immédiatement dénoncées par Monsanto. qui a porté l’affaire devant les tribunaux.

Et pas que l’Inde , il y a aussi un Litige entre Monsanto et les producteurs de coton du Burkina Faso …. et bie d’autres

Explications – Les suicides « Monsanto » en Inde

L’Inde a décidé de mettre fin à l’exploitation par Monsanto de la culture du coton sur son territoire, en diminuant le pourcentage des royalties de presque 70% sur les semences.

 

« Il est temps de mettre fin à cette avidité basée sur les pourcentages, » a déclaré le ministre indien de l’agriculture, Sanjeev Kumar Balyan.

En imposant sur le marché ses semences génétiquement modifiées, Monsanto est en effet parvenue à controler 90% de la production indienne de coton, et à fournir ses produits à plus de 7 millions de petits cultivateurs indépendants. Mais le coût des royalties…, ajouté au prix élevé des graines elle-mêmes, et aux coûts additionnels liés à ce genre de culture, ont poussé des centaines de milliers de petits cultivateurs à la faillite.

Le principal problème des cultures OGM réside dans le fait qu’elles requièrent une quantité d’eau pour l’irrigation bien supérieure à la normale, et cela engendre évidemment des coûts additionnels pour les petits paysans locaux qui habitent bien souvent dans des zones pauvres en eau.

Alexis Baden-Mayer, le directeur de Organic Consumers Association, affirme même que le coût de la culture du coton OGM est 8000% plus élevé que celui du coton normal. Le problème est que les graines de coton « normal » sont désormais devenues introuvables en Inde, précisément parce que Monsanto a pris le contrôle quasi total du marché.

Après avoir été ainsi contraints à passer à la culture du coton OGM, les petits cultivateurs indiens ont été obligés de s’endetter pour continuer. Et le suicide du cultivateur indien qui perd ses propres terres parce qu’incapable de rembourser ses dettes figure désormaisparmi les faits divers quotidiens.

D’après les chiffres du Bureau national du crime, près de 290 000 paysans indiens se sont ôté la vie au cours des 20 dernières années. Naturellement, tous ne se sont pas suicidés pour avoir adopté les cultures OGM, mais il est clair que nous avons affaire à des chiffres exorbitants.

Aujourd’hui le gouvernement indien a décidé d’intervenir en essayant au moins de calmer la situation du point de vue des royalties. Mais Monsanto, au lieu de s’incliner, a réagi en dénonçant auprès d’un tribunal cette commission gouvernementale qui voudrait la priver de ses gains, en soutenant que « le gouvernement n’a pas le droit d’interférer dans les règles du marché libre. »

Pour ceux qui voudraient avoir un avant-goût de ce que pourrait devenir la situation en Europe avec le passage au TAFTA (grâce auquel les multinationales pourraient dénoncer devant un tribunal les gouvernements qui feraient obstacle à leur business), le cas de Monsanto en Inde peut certainement être riche en enseignements.

Massimo Mazzucco

Source : LuogoComune.net, 17 mars 2016

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidian

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :