RSS

SFR veut racheter Bouygues, qui vient de refuser : Drahi, un milliardaire vorace et endetté

24 Juin

Bouygues dit non à l’offre de rachat de Patrick Drahi :

Bouygues dit non à l’offre de rachat de Patrick Drahi par SFR.

Le conseil d’administration du groupe Bouygues a indiqué mardi soir, « à l’unanimité, après un examen approfondi, de ne pas donner suite à l’offre non sollicitée du groupe Altice visant à acquérir Bouygues Telecom » peut-on lire dans un communiqué. A la surprise générale donc, SFR devra se trouver un autre partenaire s’il veut grossir. Bouygues Telecom estime qu’il a les moyens de retrouver d’ici 2 ans une marge d’Ebitda comparable à celle de 2011. L’opérateur justifie aussi ce refus pour des raisons de droit à la concurrence et sur les questions sociales liées à une fusion. Martin Bouygues rappelle que «Une entreprise n’est pas une marchandise comme une autre, tout n’est pas à vendre» 

Heureusement … , car cette opération devait donner naissance au premier opérateur français de téléphonie mobile, avec 33 millions d’abonnés, devant Orange (27 millions de clients), et le deuxième fournisseur d’accès à Internet, avec 9 millions d’abonnés, derrière Orange, qui compte 10 millions de clients. Bouygues ayant refusé l’offre de Drahi, la France restera donc avec trois opérateurs : Orange, Bouygues Telecom, Numericable-SFR et Free.  

Patrick Drahi : le milliardaire israélien (il possède exclusivement la nationalité israélienne depuis 2014 et a demandé la perte de sa nationalité française, selon Wikipédia) qui rachète toute la presse française avec l’argent qu’il n’a pas ! (pour faire et diffuser des « listes » comme celle sur laquelle nous sommes, dans l’Express ???)

Z .

Drahi, un milliardaire vorace et endetté

L’insatiable homme d’affaires Patrick Drahi, déjà propriétaire de Numericable-SFR, a décidé de mettre 10 milliards d’euros sur la table pour racheter Bouygues Telecom, une opération à laquelle le gouvernement s’est montré totalement hostile dimanche.

Une telle offre, si elle aboutit, chamboulera profondément le paysage des télécoms français et surtout celui de la téléphonie mobile, qui était passé de trois à quatre opérateurs en janvier 2012 avec l’arrivée fracassante de Free Mobile. L’offre de rachat sera examinée «mardi» ou «en début de semaine» par le conseil d’administration deBouygues Telecom.

L’homme d’affaires franco-israélien Patrick Drahi, à la tête d’un empire des médias et des télécommunications en France comprenant notamment les publications L’Express et Libération, avait réussi en mars 2014 à s’emparer de SFR à l’issue d’une longue bataille avec Bouygues Telecom, en le rachetant à Vivendi pour 13,36 milliards d’euros. Le schéma actuellement en discussion pour la prise de contrôle de Bouygues Telecom prévoit également d’associer l’opérateur Free (groupe Iliad) qui récupèrerait une partie des fréquences, antennes et boutiques de Bouygues Telecom, selon le JDD. Mais contrairement aux informations du Journal du dimanche, Orange a affirmé «ne pas faire partie de ce deal», indiquant cependant «rester ouvert aux discussions avec les autres acteurs pour voir si nous pouvons faciliter un accord».

Patrick Drahi est «surendetté», s’inquiète un syndicaliste

«Il s’agit de l’offre la plus aboutie et la plus sérieuse» de ces dernières années en matière de recomposition du paysage français des télécoms, a analysé une source proche du dossier avant de souligner que le conseil d’administration de Bouygues Telecom peut aussi la rejeter. Si l’offre est validée, elle devra ensuite obtenir l’accord de l’Autorité de la concurrence: comme «il s’agit d’intérêts privés, seule l’Autorité de la concurrence peut donner ou pas son feu vert», a ajouté cette source, en commentaire à l’opposition exprimée par Emmanuel Macron. Se pose également la question du financement de l’opération pour le milliardaire qui a accumulé une dette supérieure à 30 milliards d’euros mais semble ne plus vouloir s’arrêter dans sa frénésie d’acquisitions. Selon le JDD, Patrick Drahi aurait obtenu «un nouvel emprunt auprès de BNP Paribas» et paierait son acquisition «en cash». «Il faut comprendre que cette opération, si elle aboutit, va solidifier l’édifice de M. Drahi en France, et en un sens « dérisquer » son profil, le rendre plus solide aux yeux des créanciers», analyse une source proche du dossier.

Agressif en affaires, Patrick Drahi est un homme de «coups» également connu pour ne pas avoir beaucoup d’états d’âmes quand vient le moment de restructurer une entreprise. Lorsqu’il a racheté Noos, Hot ou encore SFR, des milliers de postes avaient en effet été supprimés.

Aucun détail n’est pour l’instant connu en termes de conséquences sociales, mais les syndicats de Bouygues Telecom (qui comptait 8.817 salariés à fin 2014) comme ceux de Numericable-SFR (10.591 salariés) sont déjà inquiets : «ce serait une catastrophe pour l’emploi au regard des doublons en interne et dans la filiale télécom», résume Fabrice Pradas, délégué central de l’Unsa, premier syndicat chez SFR.

Le projet de M. Drahi est «économiquement très dangereux», parce que l’homme d’affaires franco-israélien «n’est pas endetté, il est surendetté», juge Azzam Ahdab (CFDT, troisième syndicat chez Bouygues Telecom). «S’il s’agit d’emprunter de l’argent pour casser des emplois, au détriment des consommateurs aussi, c’est irresponsable comme attitude. Les pouvoirs publics doivent intervenir et ne doivent pas laisser faire», selon lui.

http://www.leparisien.fr/economie/business/sfr-veut-racheter-bouygues-patrick-drahi-un-milliardaire-vorace-et-endette-21-06-2015-4880579.php

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 24 juin 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

2 réponses à “SFR veut racheter Bouygues, qui vient de refuser : Drahi, un milliardaire vorace et endetté

  1. scroll

    24 juin 2015 at 10:35

    « l’homme d’affaires franco-israélien »… Non il est israélien et n’est plus du tout français; il a même tenu à bien le faire préciser par son avocat récemment :

    « M. Drahi a pris la nationalité israélienne et renoncé à la nationalité française. La perte de la nationalité lui est définitivement acquise. Il ne s’agit pas d’une double nationalité franco-israélienne ».

     
    • Z

      24 juin 2015 at 10:39

      exact « possède exclusivement la nationalité israélienne et a demandé la perte de sa nationalité française en 2014 » (wiki) rectifié !

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :