RSS

Pouvons-nous lutter contre l’Oligarchie ?

Résultat de recherche d'images pour "un peuple qui elit orwell"

C’est ultra décourageant – à se demander pourquoi on se bat …

Que font les Français pour que des marionnettes fabriquées de toutes pièces pour eux, par les élites, remportent l’élection ? (qui plus est en un temps record en l’occurrence – pour ce qui est du vainqueur)

Que font -t-ils de leurs journées pour tomber dans des pièges aussi Flagrant que celui qui était tendu durant cette « élection » ?

D’ailleurs nous ne sommes pas dans une véritable démocratie, les Français le savent-ils ?? Apparemment ils ignorent tout de la réalité . Et ils en sont très loin , ça fait peur !

L’élection elle même est une farce à grande échelle !  Hier nous avons assisté à une farce dans la farce en somme .

C’est dans ce genre d’occasion qu’on voit que les médias alternatifs n’ont clairement pas assez de puissance …

Hormis E et R et encore (ils n’ont que le nombre, et c’est fort relatif – au passage ils roulent sans complexes pour le FN : plus une succursale qu’un vrai média « alternatif », mais admettons..), il n’existe aucun média alternatif de pointe et de grande envergure (« grand public ») en France . Aucun .

Comment avoir une quelconque impact sur l’opinion publique dans ces conditions ??? Le peuple se l’interdit . Pas de miracles .

Et ça – cet état des choses – ce sont les Français qui l’ont choisit et qui le choisissent, car ils pourraient très bien ouvrir un peu les yeux et leur esprit, cesser d’être des moutons,  et propulser quelques médias alternatifs en haut de l’affiche (comme le font les anglo saxons) plutôt que de rester enfermés dans une vision étriquée et monolithique, une « pensée unique » conçue et prédigérée pour eux d’en haut, par une véritable clique qui possédé les médias mainstreams . 

Le peu de personnes éclairées (dont nos lecteurs) sont éparpillés au compte goutte (relativement, vs la majorité) et sont considérées comme des complotistes via la propagande du tout puissant establishment , chapeauté par ce qui est une puissante oligarchie plus que bien structurée (et enracinée) . 

Il y a encore trop peu de Français sensibilisés, qui sont « éveillés » et engagés dans la quête pour la vérité, et sa divulgation . Le constat est dramatique . Et ce qui vient de se produire avec un banquier directement parachuté de chez Rothschild vainqueur du 1er  tour des élections est alarmant .   

L’élite et les banksters avaient imposé Monti de chez Goldman Sachs en Italie, qui avait directement été placé au pouvoir sans être élu et sans l’avis des Italiens, ce qui fut un véritable coup d’état, il  n’y a pas d’autres mots – un comble absolu . Hé bien hier les Français ont fait mieux : ils ont eux mêmes catapulté et sont en train d’élire … leur propre bourreau ! 

C’est pathétique, les Français se font enfumer une fois de plus, et pas des moindres . Car toute cette fabrication, c’est vraiment gros comme la Lune . 

C’est dans ces moments qu’on se rend compte à quel point les lecteurs des médias alternatifs sont de véritables pionniers . Mais même parmi ces « pionniers », très peu s’engagent . Très peu, une infime partie, est réellement engagée . (ne serait ce que diffuser l’info, la faire circuler – ce qui est crucial, pour commencer..)

Ceux qui se lèvent et qui se mettent en risque (car nous en sommes à ce point il faut le savoir) pour dénoncer ce système sont eux plus que rares, ils sont rarissimes – et reçoivent infiniment peu de soutien (je ne dirais pas Aucun …) .

Au final je me pose cette question que pose la vidéo à la fin, et qui est plus que pertinente : pouvons-nous lutter contre l’Oligarchie ?

Résultat de recherche d'images pour "un peuple qui elit orwell"

Impossible en l’état des choses – c’est certain …. On ne gagne pas ce genre de guerre avec nos moyens dérisoires . Et trop peu de personnes qui s’engagent . C’est avant tout logique ce que nous vivons .

C’est avant tout un choix des Français (la vie est un choix : ces derniers font un faux choix alors qu’il existe un vrai choix) – ce n’est pas une fatalité . Tout cela, ce sont les Français qui l’ont choisi, et permis – au fil du temps .

Par leur ignorance , leur manque d’implication dans la vie de la cité (la res publica) . Leur abrutissement progressif et consenti .

Car en face les moyens mis en oeuvre pour manipuler l’opinion sont énormissimes . Rien de comparable avec nous .

Et c’est le fait d’une petite caste, dont une partie s’est arrogé le pouvoir de la création monétaire . Avec l’approbation du peuple, qui est donc … complice .

Nous vivons un véritable suicide du peuple Français . Qui se jette du grand précipice, tout fier, et en chantant …

La défaite de F. Asselineau, étrange, certes, mais pouvons-nous lutter contre l’Oligarchie ?

 
1 commentaire

Publié par le 24 avril 2017 dans général, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , ,

Réaction d’Asselineau … + Un avis intéressant : « nous sommes dans une dictature tranquille où on contrôle la pensée des gens en fabriquant l’opinion »

Asselineau, avec le soutien de la quasi totalité de la presse alternative , fait moins de 1 % des voix !!!

Voici Un avis intéressant : « nous sommes dans une dictature tranquille où on contrôle la pensée des gens en fabriquant l’opinion »

Pour Thomas Aldrin, une « fraude électorale massive » vient de se produire :

ELECTION PRESIDENTIELLE FRANCAISE : DE TOUTE EVIDENCE, UNE FRAUDE ELECTORALE MASSIVE VIENT DE SE PRODUIRE!!!!

Élections présidentielles : fraudes électorales massives !!!!

Avec Macron en tête et Asselineau à moins de 1%, c’est sur, on vient d’assister a une fraude électorale massive !!!!!!!…

J’en suis désormais totalement convaincu !!!

Comment cette imposture, ce vicelard sans programme politique, « snifeur » de poudre blanche, cet Alexis Tsipras puissance 1000, complice de la situation économique actuelle en France, puisse être en tête pendant que le candidat de l’UPR qui – enfin – , après des années de boycott médiatique, a pu passer devant tous les médias tout en faisant le quasi même score que pendant le temps ou il n’était absolument pas connu ??!!

Enfin, bien que n’ayant pas d’accointance avec le Front National, mais compte tenu de la colère qui gronde dans la population ou on entendait de plus en plus de personne affirmer voter pour marine le Pen, le score, bien que plaçant la candidate du front national en seconde position, n’est pas conforme (et il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître), loin s’en faut même, avec le sentiment que beaucoup ont depuis des années…En particulier si on compare le score avec ceux des élections régionales ou le parti de Marine le Pen avait obtenu des scores très élevés !!!

Non, pour moi, aucun doute, il est impossible que ce pion de la banque Rothschild, du système crapuleux occulte, le candidat de la franc-maçonnerie et des jésuites puisse être en tête des scores… Impossible !!!!

Donc, la seule explication de cette situation incroyable et très grave, c’est que devant les enjeux, le système n’a manifestement pas hésité un instant pour se garantir de garder le pouvoir…et poursuivre son programme de domination démoniaque avec destruction économique, sociale et esclavage à la clef…De ce fait, la guerre civile est désormais inévitable !!!

Ainsi, les abstentionnistes – comme je le suis – vont devoir aller vérifier en mairie si quelqu’un n’a pas signé a leur place sur le registre…

Je suis désormais convaincu que cette élection là, nous a été volée, que notre démocratie a été violée par l’état profond et le pion Macron a été mis la pour exécuter froidement la politique de Washington et sa victoire ne signifie rien de moins que la participation de la France à la toute prochaine et inévitable troisième guerre mondiale !!!

La France est désormais menacée de subir les pires malheurs avec ce clown au pouvoir et je ne m’y résous en aucune manière !!!!!

ThomAldrin

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 avril 2017 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Les leçons du premier tour des présidentielles 2017

La diplomatie allemande « soulagée » : on les comprend !

Le scénario qui avait été mis en place par les médias officiels dès le début de la campagne électorale est bien celui qui se retrouve en final.

Le pilonnage intensif de l’ensemble des médias a bombardé Macron dans la tête des gens comme le vainqueur obligatoire du premier tour avec Marine Le Pen en duel. Ce que j’avais plusieurs fois souligné dans les articles précédents, s’est avéré être effectivement le scénario pré établi et triomphant des élections présidentielles 2017.

Premier constat : c’est bien ce scénario des élections pipées par les médias qui s’est imposé.

Regardons maintenant la formidable parodie de démocratie révélée par les chiffres !

Il y a 44.834.000,00 électeurs inscrits sur les listes électorales.

On a relevé 21,80% d’abstention, ce qui donne 35.060.188,00 personnes qui ont voté.

Macron a totalisé 23,75% des voix.

Le Pen a totalisé   21,53% des voix.

A eux deux, ils totalisent donc 45,28% des 35.060.188,00 voix.

Il y a 15.875.253,00 Français votants qui ont donné leur voix aux deux candidats bombardés comme gagnants d’office.

Il y a 19.184.935,00 Français votants, largement majoritaires, qui n’ont pas donné leur voix aux deux candidats désignés par les medias. La majorité des Français a donc mis en échec les prédictions du système puisqu’ils sont majoritaires à n’avoir pas voté Macron/Le Pen.

Maintenant, si nous voyons l’ensemble des personnes qui ont une voix en France, cela signifie que 28.958.747,00 citoyens subissent la loi de 15.875.253,00 citoyens et n’ont plus le choix, bien que majoritaires, de faire entendre leur opinion politique dans cette farce électorale française !

Dans cette nouvelle étape de l’observation sur les leçons du premier tour des élections présidentielles 2017, nous devons constater que le candidat qui arrive en tête par le score individuel est placé là par la volonté toute-puissante de 23,75% des votants ce qui veut dire par 8.326.794,70 citoyens. En comptant l’ensemble de ceux qui ont voté, il y a donc 26.733.393,00 citoyens qui ont voté contre Macron.

Résultat : 54,72% des Français, c’est-à-dire l’immense majorité des Français, est contrainte de devoir voter ou Macron ou Le Pen. C’est un comble !!!

D’ores et déjà, on peut dire que dans ces conditions, que ce soit Macron ou Le Pen, la France est ingouvernable puisque l’immense majorité ne veut ni de l’un ni de l’autre !

Voilà pourquoi ces élections sont très clairement pipées, puisque la majorité des Français votants, n’ayant pas donné sa voix aux deux candidats du dernier tour, elle se retrouve quand même à devoir voter pour deux personnes que cette majorité a pourtant rejetées ! C’est un comble et une parodie de démocratie, c’est le moins qu’on puisse dire.

Comme je le disais en analysant le scénario des medias : tout le monde est maintenant invité à se rabattre comme prévu sur Macron pour barrer la route de l’Elysée à Le Pen ! Tout fonctionne donc comme ce qui avait été calculé, en complète opposition avec tous les principes élémentaires de la démocratie !

Deuxième constat : ce qui est clairement demandé aux Français dans cette élection c’est de « choisir entre la peste et le choléra ». Autant dire que c’est un choix impossible. Il ne reste donc plus que l’abstention ou le vote blanc non pris en compte bien entendu pour enfoncer le clou d’une absence totale de démocratie. Voilà comment les « élites » font la pluie et le beau temps, puisqu’ils tiennent en main les medias dans leur ensemble, instituts de sondages inclus…

Cette observation des leçons du premier tour, démontre également ce que je disais dans un autre article : la maturité politique des Français se confirme puisqu’ils ont été largement majoritaires à rejeter les candidats du chaos annoncé : Macron/Le Pen, malgré la propagande colossale déversée chaque jour sur le peuple par les medias complaisants et tout dévoués aux intérêts de l’ordo libéralisme européiste dont Macron est le serviteur convaincu.

CONCLUSION :

Il est donc insupportable de constater à quel point le système électoral français est anti démocratique. Chacun peut ainsi mesurer à quel point il est pervers au plus haut degré et à quel point Mélenchon avait raison de dire qu’il était impératif et urgent de refaire une nouvelle Constitution avec de nouvelles règles du jeu pour que ce dernier soit respectueux de la volonté du peuple !

Un candidat désigné par une minorité de Français va, par conséquent, s’imposer à la majorité des Français. Nous savons d’ores et déjà que le pays, dans ces conditions, sera ingouvernable et que nous allons dès maintenant vers une obligatoire et fatale confrontation en bloc contre tout ce que voudra nous imposer ce nouveau venu parachuté à l’Elysée par un vote arbitraire.

L’ère des contestations, grèves générales, manifestations violentes de la rue, blocage du pays, va déclencher comme prévu, par la tradition Hollande qui se prolonge, un usage encore plus massif du 49-3, et de « l’Etat d’urgence » providentiel. Les Français sont partis pour une période à nouveau tourmentée de leur histoire et le jeune Macron ne mesure pas le symbole d’injustice qu’il représente pour la majorité des Français avant même d’être élu à la présidence du pays!

Et puisqu’avec Macron élu par coalition d’une majorité de « votes utiles » contre le « Front National », avec lui, nous savons déjà qu’il ne sera pas question de sortir de l’OTAN. Dès lors, nous devons clairement savoir que la militarisation de l’UE va se poursuivre tambours battant et que les Français vont participer encore plus que jamais aux projets de guerres illicites et criminels des USA partout dans le monde ainsi qu’à leur volonté irréversible d’arriver à la confrontation tant désirée avec la Russie, guerre qui sera la garante d’une ruine assurée de toute l’Europe.

La perversion du système électoral français a choisi le chaos annoncé ! (source)

 
1 commentaire

Publié par le 24 avril 2017 dans général, Politique

 

Étiquettes : , ,

Un second tour Macron Le Pen ? « Normal »

L’élection d’hier était vraiment pathétique ! Les Français se sont encore fait avoir !!

Il y a de très grandes chances que nous ayons le banquier de chez Rothschild comme président !

Quoi de pire pour la France ???

Un de mes lecteurs écrit « Les français sont vraiment des veaux » comme l’avais déclaré De Gaulle en son époque : je suis plus que d’accord !! Quelle déception !

Un second tour Macron Le Pen ? « Normal »

Encore une fois, le peuple français se caractérise en faisant systématiquement à l’inverse du peuple anglo-saxon. Alors que ce dernier est toujours resté conscient de la manipulation des médias lorsque cette intelligentsia tentait de leur faire gober un « Remain » encombrant ou une Clinton corrompue, le peuple français, lui, a sagement choisi d’aller dans le sens désigné et de porter aux nues la création médiatique qui leur était offerte. Macron se retrouve donc au second tour.

Or donc, tout se déroule comme prévu : François Hollande, incapable de se faire réélire pour cause de quinquennat catastrophique, de bilan abyssal et de popularité microscopique, aura quand même réussi le tour de force de propulser son factotum au second tour de l’élection présidentielle. Chapeau, l’artiste politique !

On peut espérer que les deux semaines qui s’ouvrent à présent seront mises à profit par François Macron pour récompenser son électorat en livrant les points saillants de son programme, sans se contredire trois fois dans la même phrase et en donnant enfin quelques éléments tangibles, chiffrés et solides.

Plus probablement, on devra simplement se coltiner les tombereaux d’articles lacrymogènes d’une presse transie d’effroi à la perspective (largement fantasmée) d’une accession au pouvoir de Marine Le Pen : au moins notre petit marcheur pourra-t-il mener un âpre combat, repousser la bête immonde, son ventre fécond, ses heures les plus sombres et tout le tralala républicain, ce qui ne devrait guère lui laisser le temps de préciser sa vaporeuse pensée.

Quoi qu’il en soit, et au-delà de l’incroyable pari hollandesque réussi, on peut d’ores et déjà retenir quelques autres grandes leçons de ce scrutin.

L’effondrement des vieux partis

D’une part, le Parti Socialiste et Les Républicains ont vécu. Ces deux partis, fossilisés sur des paradigmes poussiéreux, viennent de s’effondrer. Si le score de Fillon laisse encore des espoirs à la droite de se recomposer pour les législatives, le score du Schtroumpf Frondeur atteste assez radicalement de la scission claire entre les vieux débris socialistes mené par Aubry et les brontosaures du même tonneau d’un côté, et l’aile sociale-démocrate, plus centriste, largement incarnée par un Macron qui peinera vraiment à faire croire qu’il est autre chose qu’au centre mou.

Une France encore plus pleine de collectivistes

D’autre part, Le Pen à plus de 20%, Mélenchon qui flirte avec ce chiffre, cela nous fait tout de même une belle brouettée de collectivistes qui rêvent humidement de prendre le pouvoir pour, enfin, faire rendre gorge qui à la finance apatride, qui à l’immigration patricide. Cela fait près de 40% d’électeurs encore et toujours attirés par l’impôt, la taxe, la ponction et un État fort. Cela fait toujours plus de monde délicieusement enivré à l’idée de pouvoir foutre (au choix) les étrangers ou les banquiers dehors. Ce n’est vraiment pas réjouissant.

Ce qui l’est en revanche, ce sont les petits couinements de déception des mélenchonistas : eh non, le Grand Soir, ce n’est pas encore pour cette fois-ci. Bien évidemment, leur vision de la démocratie se heurte assez violemment à l’exercice démocratique réel, ce qui provoque des petits prurits violents chez certains d’entre eux ce qui n’étonnera que les plus naïfs.

Une trudeautisation de la vie politique française ?

Le second tour n’est pas joué et des surprises sont toujours possibles (depuis l’attentat en passant par des événements extérieurs majeurs, personne n’est à l’abri). Mais si l’on part sur l’hypothèse d’un Macron élu, on se retrouve dans une situation assez comparable avec ce que vivent nos amis Canadiens avec leur Trudeau premier ministre : un social démocrate mou, qui ne propose à peu près rien de concret et a beaucoup misé sur son physique de jeune premier. Trudeau a tout de même marqué les esprits en favorisant la légalisation du cannabis et en ouvrant la possibilité d’exploitation des gisements de gaz de schiste. En France, rassurez-vous, il n’y aura rien de tout ça : les Français devront se contenter de jolies photos diplomatiques avec Manu et Brigitte, ce qui promet de bousculer du caniche, on en conviendra aisément.

Et au-delà, les législatives promettent à la fois une recomposition massive du paysage, et une probabilité non nulle d’une cohabitation ou d’un gouvernement mi-chèvre mi-chou dont on se demande exactement comment il pourra piloter la France vers la moindre réforme.

Un vrai bon retour au Normal.

La campagne, à présent, revient sur un mode normal, aussi normal que jadis le président Hollande : simple opposition entre un vrai bon petit gars républicain et l’hydre fasciste, il suffira de nous tympaniser sur ce thème pour que l’élection du Choisi se déroule sans problème. Ceux qui, à l’extrême-gauche, n’avaient que le peuple à la bouche en seront pour leur frais et montreront tout leur amour de la démocratie en grandeur réelle. Ceux qui attendent un grand procès Fillon où l’on y parlera du président à titre costume en seront eux aussi pour leur frais : il est assez probable que l’impétrant ne représentant plus une menace, ses ennuis judiciaires s’évaporeront gentiment.

La France pourra revenir à ses habitudes : le patinage artistique sur la dette, la gréviculture délétère, la taxation tous azimuts et le rattrapage budgétaire à coups d’impôts plus ou moins violents. Et comme je le disais dans un précédent billet, l’immobilisme faisant rage, on peut s’attendre à cinq nouvelles années d’illusions brisées et de déconfiture continue. Bref, le retour à la normale.

Chirac nous a fait regretter Mitterrand. Sarkozy aura relevé le défi avec brio et nous aura fait regretter Chirac. Hollande n’a pas baissé les bras et nous a largement fait regretter Sarkozy. Ne vous inquiétez pas : Macron sera à la hauteur et nous fera regretter Pépère ; maintenant, c’est en marche. Ou crève.

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 avril 2017 dans général, Politique

 

Résultat des élections présidentielles : Pffffffff !!!

Que rajouter d’autre, c’est simplement pathétique ….

 
6 Commentaires

Publié par le 23 avril 2017 dans général

 

Réformons l’élection présidentielle !

Source : Science étonnante

C’est une bonne journée pour parler d’un point important : la façon de désigner le Président de la République.

Réflexion intéressante, mais qui pose d’autres problèmes, à nous d’en débattre  🙂

Notre méthode de scrutin présidentiel est pleine de défauts, il est temps d’en changer ! … en s’aidant de la science, bien sûr !

 

Voir aussi cette vidéo : “Ceux qui choisissent le système électoral déterminent l’heureux gagnant” d’Arte :

Avant toute chose, n’hésitez pas à la partager massivement pour faire connaître ces réflexions, et aider à populariser la méthode du jugement majoritaire. N’hésitez pas aussi à la relayer par exemple sur Twitter en interpelant vos hommes politiques préférés.

En complément de cette vidéo que j’espère relativement simple à comprendre, je voudrai revenir sur les deux aspects un peu plus techniques : le théorème d’impossibilité d’Arrow, et la question des ex-aequo dans le jugement majoritaire.

(Edit du 22/10 : je vais en fait commencer par la question de la robustesse du jugement majoritaire aux manipulations stratégique, question que j’ai traitée trop rapidement et sur laquelle j’ai eu beaucoup de questions/commentaires)

Le vote stratégique dans le jugement majoritaire

Beaucoup de personnes m’ont demandé en quoi la méthode du jugement majoritaire (qui évalue les candidats sur une échelle de 7 mentions) n’est pas sensible au vote stratégique, de la même manière que la méthode des notations entre 0 et 20. Premièrement, elle n’est pas « totalement insensible » (comme je l’ai peut-être improprement suggéré), mais elle est beaucoup plus robuste. Voyons pourquoi :

La réponse courte qui ne satisfera que les matheux, c’est que le jugement majoritaire fonctionne par une médiane, et pas par une moyenne. Et on sait que la médiane est beaucoup plus robuste aux valeurs extrêmes.

La réponse détaillée est celle que je donne dans la vidéo, mais que je vais expliciter. Imaginez un candidat ayant obtenu les mentions suivantes :

  • Excellent : 9%
  • TB : 14%
  • B : 16%
  • AB : 15%
  • Passable : 18%
  • Insuffisant : 15%
  • A rejeter : 13%

Comme je le dis dans la vidéo, sa mention majoritaire sera « Assez Bien à 54% ».

capture-d_ecc81cran-2016-10-22-acc80-07-57-19

Imaginez que vous ayez voté « Bien », mais que ce candidat soit votre candidat préféré. Vous êtes donc tenté de faire du vote stratégique et de le mettre à « Très bien » voire « Excellent » pour le favoriser. Si vous faites ceci votre voix passera de Bien à Excellent, mais ça ne changera ABSOLUMENT pas le résultat « Assez Bien 54% ». Pour bien le voir, imaginons que tous les électeurs qui aient voté « Bien » aient voté « Excellent » à la place pour tricher, les mentions seraient alors :

  • Excellent : 25%
  • TB : 14%
  • B : 0%
  • AB : 15%
  • Passable : 18%
  • Insuffisant : 15%
  • A rejeter : 13%

Et le résultat de la mention majoritaire serait toujours « Assez Bien 54% ». Ca marche aussi dans l’autre sens, si tous ceux qui ont pensé et voté « Passable » décident d’exagérer en « A rejeter », on arrive à

  • Excellent : 25%
  • TB : 14%
  • B : 0%
  • AB : 15%
  • Passable : 0%
  • Insuffisant : 15%
  • A rejeter : 31%

Et le résultat est toujours « Assez Bien 54% ».

Évidemment, si TOUS les électeurs choisissent de ne voter que « Excellent » pour un candidat et « A rejeter » pour tous les autres, le système se casse la gueule. Mais vous noterez quand même que le système est insensible à des manipulations stratégiques même quand elles sont réalisées par un pourcentage important de l’opinion. Alors que j’ai montré dans ma vidéo que dans le système à 2 tours, quelques % de vote stratégique (dans mon cas François Nicolas Marine) peuvent décider de l’issue du scrutin.

Le théorème d’Arrow

La première fois que j’ai entendu parler du théorème d’Arrow, j’ai été surpris et choqué. Comment un théorème de mathématique peut-il nous affirmer l’impossibilité de tenir un mode de scrutin équitable ? Il s’agit d’une question organisationnelle, sociale : comment les maths peuvent-ils nous apporter une réponse aussi tranchée (et négative !). Pour bien comprendre, il faut se pencher sur la formulation exacte du théorème d’Arrow.

Le théorème d’Arrow s’intéresse au cas où les préférences des électeurs se manifestent sous la forme d’un classement des candidats (je reviendrai sur cette hypothèse plus tard). C’est-à-dire qu’on part du principe que chacun des électeurs sait classer tous les candidats par ordre de préférence. S’il y a 5 candidats que l’on dénote C1, C2, C3, C4 et C5, les classements des différents électeurs vont donc être un truc du genre

C2 > C3 > C1 > C5 > C4
C2 > C1 > C3 > C5 > C4
C1 > C2 > C3 > C4 > C5
C3 > C1 > C2 > C5 > C4
C2 > C1 > C3 > C4 > C5
C4 > C3 > C1 > C5 > C2
etc.

Il est facile de collecter cette préférence sur un bulletin de vote. La question que l’on se pose maintenant, c’est comment, à partir de ce classement réalisé par chacun des électeurs, peut-on établir un classement collectif, agrégé, qui soit le plus représentatif possible de cet ensemble de classements individuels. Par quel processus peut-on passer d’un ensemble de choix individuels, à un choix collectif « social ».

(Pour les matheux, on peut poser le problème de la manière suivante : si on a N électeurs et K candidats, le classement établi par chacun des électeurs est une permutation de l’ensemble [1;K]. On cherche une fonction qui à N permutations de [1;K] associe une permutation de [1;K]. On appelle cette fonction, une « fonction de choix social ».).

L’idée du théorème d’Arrow est qu’une telle manière d’agréger les classements individuels en un classement social collectif doit satisfaire certaines conditions naturelles. Une condition évidente est que s’il y a unanimité dans la population (tous les électeurs ont exactement le même classement), alors le classement agrégé doit être identique. Une autre condition assez évidente est que la fonction de choix social doit couvrir toutes les situations possibles (on voit par exemple dans la vidéo que la méthode de Condorcet — prendre celui qui gagne tous ses duels — peut ne pas pouvoir fonctionner dans certains cas).

La condition la moins évidente, mais qui est celle que l’on sait facilement violée, c’est ce qu’on appelle « l’indépendance des options non pertinentes ». C’est-à-dire que le classement relatif de deux candidats dans le choix social ne doit pas être modifié par des changements concernant les autres candidats dans les classements individuels. Si Jean est devant Jacques dans le choix social, cette ordre ne doit pas dépendre de où se trouve classé Paul dans les choix individuels. En particulier si l’on retire complètement Paul des classements individuels, ou que tout le monde le met premier, ou dernier, cela ne doit pas influencer l’ordre relatif de Jean et Jacques. Or on a vu qu’avec un scrutin « à tours », cette condition peut être violée, même avec seulement 3 candidats et 2 tours.

Ce que démontre le théorème d’Arrow, c’est qu’il n’existe aucune fonction de choix social qui respecte ces conditions. Ou plutôt si, il n’en existe qu’une seule : celle qui consiste à choisir dès le départ UN des électeurs, et à décider que le classement du choix social sera égal au classement de cet électeur en particulier, indépendamment de ce que décident tous les autres; pour des raisons évidentes on va appeler cet électeur « le dictateur ».

Et donc si on ajoute comme condition supplémentaire que le système de vote ne soit pas « dictatorial », aucune fonction de choix social respectant les conditions n’existe. Voilà le théorème d’impossibilité d’Arrow.

Classement versus jugement

On l’a vu, il est possible d’échapper au théorème d’Arrow en modifiant la manière dont les électeurs expriment leurs préférences. Dans les conditions du théorème d’Arrow, les électeurs classent les candidats. Mais on peut très bien leur demander de les noter ou les juger, plutôt que de les classer. En théorie, une méthode de choix parfaite serait de connaître pour chaque électeur le niveau de satisfaction que lui apporterait chacun des candidats, ce que les économistes appellent « l’utilité » associée à ce choix. On pourrait alors choisir le vainqueur qui maximise l’utilité totale de la société.

Cette méthode souffre de plusieurs problèmes. Comme je le dis dans la vidéo, cette méthode de vote suppose que chaque électeur révèle de manière sincère l’utilité que lui apporterait chacun des candidats; mais en pratique, il est possible de manipuler le résultat en exagérant son vote. Et puis autre problème relevé par Arrow, même si les gens étaient tous sincères, il est extrêmement difficile de correctement quantifier ses propres niveaux d’utilité. Ce qu’argumente Arrow, c’est que la seule chose que les électeurs puissent faire de manière assez fiable et robuste, c’est de comparer des options deux à deux : est-ce que je préfère Jean à Jacques ? Et Jacques à Marie ? etc. Et donc au final d’établir un classement entre les candidats.

En somme, Arrow nous dit que d’un côté, classer les candidats est la seule chose que l’on sache faire de manière fiable, d’un autre il n’existe aucun système raisonnable permettant de passer d’un ensemble de classements individuels à un classement agrégé « social ».

Le cas des ex-aequo pour le jugement majoritaire

On ne va pas se raconter de blagues : à première vue le système de vote du jugement majoritaire peut être déstabilisant, et paraître « compliqué ». Je dois avouer que j’ai eu cette impression la première fois, mais j’espère sincèrement l’avoir expliqué de la manière la plus simple possible dans la vidéo, et qu’il semblera limpide à tous (si ça n’est pas le cas, j’attends vos témoignages.)

Il reste toutefois un cas délicat que j’ai volontairement un peu escamoté sous le tapis dans la vidéo : celui des ex-aequos.

Imaginons que les deux meilleurs candidats aient obtenu exactement la même mention majoritaire, disons « Assez Bien ». Comment les départager ? Une manière simple consiste à simplement déclarer vainqueur celui dont le pourcentage cumulé des mentions supérieures ou égales (AB, B, TB et Excellent) est le plus élevé. C’est simple, mais les auteurs Rida Laraki et Michel Balinski proposent une autre manière de procéder.

On peut en effet nuancer les mentions : prenez un candidat, considérez le pourcentage des gens qui ont attribué une mention strictement meilleure (ici : B, TB et Excellent) et comparez le au pourcentage des gens qui ont attribué une mention strictement inférieure (ici : à rejeter, Insuffisant, Passable). Si le premier est plus élevé, vous nuancez la mention en « + », si le second est plus élevé, vous nuancez la mention en « -« . Et bien évidemment pour une mention identique, le « + » bat le « -« .

En cas de nouvelle égalité, pour une égalité de mention « + » on regarde le % des gens ayant attribué une mention strictement supérieure. Celui avec le plus gros pourcentage gagne. Pour une égalité de mention « -« , on regarde le % des gens ayant attribué une mention strictement inférieure, dans ce cas celui avec le pourcentage le plus faible gagne.

Ce raffinement des mentions permet de traiter les cas d’égalité, et d’après les auteurs, il donne un résultat plus représentatif que de regarder simplement le pourcentage cumulé.

J’ai eu la chance de pouvoir interviewer Rida Laraki et Michel Balinski sur ces questions, qu’ils en soient remerciés ! Et j’avoue que je trouve cette méthode pour départager les ex-aequos un chouilla compliquée, même si on peut argumenter qu’elle est meilleure. Je me demande si le gain de « perfection » de cette méthode justifie de compliquer le système de vote, surtout que l’on parle déjà d’un changement démocratique majeur.

Les débats sont ouverts !

Pour finir, je vous donne ci-dessous quelques références de Michel Balinski et Rida Laraki, qui relatent notamment plusieurs de leurs expériences « de terrain » pour comparer le jugement majoritaire au scrutin traditionnel à 2 tours, notamment sur différentes élections présidentielles. Pour ma part, j’ai fait exprès de ne pas citer ces exemples, car je trouve que prendre un exemple réel pour faire la promotion d’un système de vote pourrait passer pour de la promotion du candidat que ce nouveau système de vote désignerait. Il me semble que la méthode du jugement majoritaire est intrinsèquement la meilleure, et cette opinion ne doit pas dépendre du résultat qu’aurait eu cette méthode sur les élections précédentes.

Pour aller plus loin : une vidéo de Rida Laraki

Source : Science étonnante, 21-10-2016

Suite des derniers rebondissements sur la campagne électorale et les médias, avec ici François Asselineau :

 
1 commentaire

Publié par le 23 avril 2017 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : ,

Défiance envers les médias : pourquoi un tel discrédit ?

Un récent sondage Sofres/Kantar média publié par la Croix révèle que « la confiance dans l’information relayée par les différents médias est historiquement basse ». Avec 41 %, la télévision perd 9 points de confiance, la radio perd 3 points à 52 %. Ce sondage n’est que la confirmation d’une défiance de plus en plus grande des Français à l’égard de ceux que l’on appelle « les grands médias ».

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :