RSS

Vincent Mignerot : Anticiper l’effondrement ?

Publicités
 

Étiquettes : , ,

Cancer : La technique qui pourrait prédire si le traitement marchera sur vous ou pas

Pratique, une bonne chose, mais pas encore opérationnel – Des chercheurs anglais viennent de mettre au point une technique qui permet de savoir plus rapidement si un traitement sera efficace contre des maladies comme le cancer du foie, l’hépatite Cou encore la mucoviscidose.

Voilà une étude qui pourrait mener à des traitements directement plus efficaces. Des chercheurs de deux universités anglaises Northumbria et Westminister ont mis au point une technique qui permet de savoir quel traitement sera efficace en cas de maladie liée à une mutation génétique.

Viser le bon traitement plus rapidement

Cancer, hépatite C, mucoviscidose … beaucoup de pathologies se développent à cause d’un problème de mutation. L’ennui c’est qu’il y a plusieurs types de mutations donnant plusieurs variantes de chaque maladies et que chacune ne réagit pas pareil aux différents traitements. Les chercheurs ont donc trouvé un moyen d’isoler chaque variante du virus de l’hépatite C et du cancer du foie, par exemple, et testé l’efficacité des traitements disponibles sur le marché afin de savoir lesquels agissaient mieux pour chaque variante.

« Si ces traitements ont une grande efficacité, ils coûtent aussi très cher et ne fonctionnent pas forcément pour tous les patients, expliquent les scientifiques, nos résultats pourraient permettent de viser plus juste dès les premiers essais et développer des traitements mieux adaptés aux patients. » Cette technique est très prometteuse et pourrait révolutionner la façon dont sont fait les médicaments et permettre de les délivrer plus vite aux malades.

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Elon Musk veut réguler l’intelligence artificielle avant qu’il ne soit trop tard

En 2016 avec le physicien Stephen Hawking, Elon Musk lançait déjà une alerte sur l'IA.

Elon Musk , un des plus grand spécialiste de notre temps, remet le couvert sur l’IA, et lance à nouveau l’alerte … C’est dire qu ‘on doit être proche de la singularité technologique, c’est à dire le moment où les machines penseront par elles mêmes et seront conscientes

Cette annonce intervient juste au moment où deux robots Facebook développent leur propre langage . En effet, Deux robots du laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle du géant de la Silicon Valley ont développé une version modifiée de l’anglais incompréhensible pour l’homme – pour discuter entre eux. Serait ce le début d’une singularité ? Déjà trop tard ?  .. Z 

Lors de l’université d’été de l’Association des gouverneurs américains, Elon Musk a réclamé la création d’un comité de régulation pour encadrer la recherche sur l’intelligence artificielle.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2017 dans général, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

Les magasins Carrefour vont vendre des légumes « interdits »

L’enseigne se lance dans la vente de légumes issus de semences paysannes “interdites” pour défendre la biodiversité et même si cela fleure bon le coup de communication et la stratégie marketing, c’est une bonne nouvelle car aujourd’hui, mener le combat du sauvetage des semences d’autrefois nécessite d’avoir quelques alliés de poids et Carrefour a les moyens de lutter contre les grands semenciers qui ont réussi par une directive à rendre non-commercialisables toutes les semences d’autrefois !!

En effet, “la loi interdit la commercialisation de plus de 96,4 % des semences”, affirme Carrefour, faisant référence au décret n°81-605 du 18 mai 1981 qui bloque la vente de certaines semences de fruits et légumes de variétés paysannes. Mais c’est surtout l’application récente des derniers textes qui a rendu impossible l’exploitation de ces graines d’autrefois et traditionnelles.

“En d’autres termes, depuis l’instauration de cette loi, certaines graines sont interdites de commercialisation (source)

Les magasins Carrefour vont vendre des légumes « interdits »

Ces légumes sont issus de semences paysannes qui ne sont pas homologuées par l’administration française. L’enseigne de distribution veut ainsi s’engager aux côtés d’agriculteurs pour sauver de vieilles variétés

Sur les étals de Carrefour, on va trouver des échalotes, des artichauts ou des potimarrons. En tout, une dizaine de variétés anciennes de légumes seront vendues dans des enseignes d’Île-de-France et de Bretagne. Ce sont des légumes produits par des paysans, qui ont ces variétés depuis souvent des générations sur leur ferme.

Ils peuvent, eux, les cultiver et les vendre chez Carrefour (c’est autorisé), mais ils aimeraient pouvoir aussi vendre leurs graines à d’autres agriculteurs pour qu’ils soient plus nombreux à en cultiver et que les consommateurs aient un peu plus de choix. Mais ils ne le peuvent pas. C’est interdit.

Pour vendre une semence en France, il faut qu’elle soit homologuée au catalogue national, contrôlé par l’État. Cela coûte entre 1.000 et 10.000 euros. Seuls les semenciers industriels en ont les moyens. Les défenseurs de ces graines anciennes ne sont pas contre le catalogue (il faut des règles), mais ils demandent depuis des années qu’elles soient assouplies, et que les coûts soient moins élevés.

Un combat pour les paysans

Il y a en France une vraie richesse : deux millions de variétés de fruits et légumes, dont les semences n’ont pas le droit d’être vendues, et qui vont finir par disparaître. Carrefour s’engage dans ce combat aux côtés de paysans.

En général, les agriculteurs et les grandes surfaces ont des relations compliquées. Mais là, même la Confédération paysanne – le syndicat qui a plutôt l’habitude de déverser du fumier devant les Carrefour – applaudit. L’enseigne a même lancé une pétition avec les paysans sur Internet pour préserver les variétés anciennes.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2017 dans général

 

Étiquettes : , , ,

La une lesbophobe de « Charlie Hebdo » choque les militants LGBT

couv charlie hebdo pma

Enfin « Charlie hebdo » qui fait une bonne chose – En couverture de son numéro de cette semaine Charlie Hebdo publie un dessin très anti-PMA, signé Riss. On peut y voir une caricature d’Emmanuel Macron, enceint d’un enfant, Brigitte Macron lui posant la main sur le ventre, avec ce titre « PMA/GPA, il va faire des horreurs ». En bonus, un deuxième dessin signé Coco pour l’interview de Jacques Testard où l’on peut voir une femme enceinte avec un code barre sur le ventre et le titre « Demain on fabriquera des enfants comme on fabrique des objets »

« Charlie hebdo » a pris position. Les mots sont durs. Les phrases sont sévères. La conclusion, implacable : « La procréation n’est pas un ‘droit’, mais une fonction biologique. » Le titre de l’édito de l’édition du 20 septembre ne laissait pas trop de doute sur le fond de l’article : « L’ovule en marche. »

Gérard Briard, rédacteur en chef de l’hebdomadaire satirique, va encore plus loin dans son édito contre l’extension de la PMA à toutes les femmes, et aussi, finalement, la GPA :

« L’exiger [la PMA, NDLR] pour tous au nom de la ‘justice sociale’, comme le revendique Marlène Schiappa, est parfaitement absurde. Sauf à considérer qu’il y a bien un ‘droit à l’enfant’ – ou plutôt à un droit à produire des enfants – et que l’on veut absolument, quel qu’en soit le prix, promouvoir une société où un gosse, c’est comme un Rolex, si on n’en a pas un à 40 ans, c’est qu’on a raté sa vie. Ne serait-il pas plus simple, et pour le coup, plus juste d’avoir enfin le courage politique de dire que ne pas avoir d’enfant(s) n’est pas une maladie grave ? »

La une de l’hebdomadaire est, elle aussi, éloquente. On y voit, sous les traits du dessinateur Riss, Emmanuel Macron, enceint, et Brigitte Macron posant sa main sur le ventre de son époux. Et cette phrase : « PMA/GPA, il va faire des horreurs » :

La PMA, ou AMP (assistance médicale à la procréation), regroupe les techniques médicales consistant à manipuler les spermatozoïdes et, ou les ovules pour aboutir à une fécondation et aider un couple infertile ou une femme à avoir un enfant. Elle n’est pas ouverte pour l’heure aux femmes célibataires et homosexuelles.

La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa avait annoncé la semaine dernière que le gouvernement proposerait l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) pour toutes les femmes en 2018. La secrétaire d’Etat était ensuite revenue sur ce calendrier en affirmant que cela ne se ferait pas avant les états généraux de la bioéthique, prévus « a priori fin 2018 ».

Marlène Schiappa était l’invitée de l’émission de Yann Barthès, « Quotidien », sur TMC, mardi soir. Interrogée sur les critiques dont elle fait l’objet, et plus particulièrement celle de « Charlie Hebdo », elle répond :

« J’ai toujours dit que j’étais farouchement pour la liberté de la presse. J’ai toujours dit qu’on ne pouvait pas dire ‘Je suis Charlie’ que quand ça nous arrange. Là, en l’occurrence, ça ne m’arrange pas mais je reste Charlie. Deuxième chose, sur la PMA, ce n’est pas une revendication que je porte mais un engagement de campagne. »

Et la secrétaire d’Etat de vouloir un « vaste débat » qui se déroulera « sereinement et dans une ambiance apaisée. »

La une lesbophobe de « Charlie Hebdo » choque les militants LGBT

La militante Gwen Fauchois, du collectif Pride de Nuit rappelle que ce n’est pas une première dans l’histoire du journal:

La couv est accompagnée d’un édito, signé Gérard Biard. Ce dernier prend position fermement contre l’ouverture de la PMA aux couples de même sexe.

Comme premier argument, l’éditorialiste avance que l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes créerait une inégalité vis à vis des couples d’hommes. Raisonnement habituel pour lier la PMA et la GPA, la manœuvre préférée des opposants aux droits des personnes LGBT, comme le rappelle l’Association des journalistes LGBT.

Même son de cloche chez Alice Coffin, de l’Association des Journalistes LGBT et de la Conférence européenne lesbienne dénonce un numéro « au top de la lesbophobie »:

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2017 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Après la déclaration de guerre du Dr Folamour aux Nations Unies : la France doit, d’urgence, se retirer de l’Otan pour ne pas être entraînée dans un conflit mortel pour la civilisation

« Aucune nation sur Terre n’a intérêt à ce que cette bande de criminels acquiert des missiles et l’arme nucléaire. Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s’ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n’aurons d’autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord. Rocketman est lancé dans une mission suicidaire pour lui-même et pour son régime. Les Etats-Unis sont prêts, disposés et en mesure de répondre militairement à Pyongyang, mais espérons que cela ne sera pas nécessaire. »

Aux Nations-Unies, Donald Trump vient de prononcer un violent discours de guerre. Il s’est dit prêt à « détruire la Corée du Nord » et s’est fait provocant à l’égard de l’Iran. Ces propos sont source d’inquiétude pour tous les peuples épris de paix, pour notre peuple. Tournant le dos à ses propres discours électoraux prônant le retrait des Etats-Unis de leur interventionnisme à l’égard des autres pays, le président américain cède ainsi au puissant lobby militaro-industriel, un secteur clef de l’oligarchie américaine, qui n’accepte pas la nouvelle réalité du monde d’aujourd’hui.

En effet, les Etats-Unis qui croyaient, à l’aube du nouveau siècle, faire de celui-ci le siècle américain, sont contraints de constater que la place de leader mondial lui est disputée par la Chine, que la Russie s’est relevée de la déchéance où l’avait entraînée la défaite de l’Union soviétique pour redevenir une puissance mondiale , que Pékin et Moscou coopèrent de plus en plus étroitement, que nombre Etats – tels l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, Cuba, le Venezuela – n’acceptent plus une domination étrangère.

Avec l’arrivée de Trump à la Maison Blanche, il était possible de penser que Washington, mesurant ces changements historiques, s’en serait tenu à la politique annoncée par le nouveau président. C’était sans compter avec « l’Etat profond » US, ses forces impérialistes dominantes, qui n’ont pas accepté le verdict populaire et la nouvelle politique annoncée. Ces forces ont repris le chemin de la guerre, après avoir  » fait prisonnier » le Président, privé de son entourage électoral, Certes, Trump n’a pas offert de résistance, le pouvait-il d’ailleurs ?

Aujourd’hui, les Etats-Unis, pris de vertige dans leur nouvel environnement mondial, veulent mordre pour défendre leur suprématie. Le président s’est mué en un nouveau Dr Folamour.

C’est un danger pour le monde, pour la France en particulier, qui par son appartenance à l’Otan, se trouverait engager automatiquement dans une guerre aux côtés des Américains. Certes, le Président de la République s’est, dans son discours à l’ONU, déclaré en faveur du multilatéralisme, de relations internationales apaisées. Mais que valent ces déclarations alors que dans le même temps notre pays est lié militairement aux Etats-Unis ?

Le danger de guerre est là, à notre porte. L’impérialisme américain, fort d’un budget militaire équivalant à la totalité de ceux des autres Etats, peut réagir d’une manière irresponsable et déclencher un conflit sur n’importe quel continent : en Corée du Nord, où le gouvernement se veut, dans ces conditions, doté d’une force nucléaire défensive , en Iran riche en pétrole qui échappe aux compagnies US, dans l’Europe de l’Est contre la Russie, dans le Pacifique contre la Chine…

La France doit prendre des initiatives de paix en conviant l’ensemble des Etats du monde à une conférence internationale visant au désarmement nucléaire général, à la fermeture totale de toutes les bases militaires des Etats hors de leurs frontières, à la coopération mutuelle des peuples au profit de leur économie et de leur niveau de vie.

Et, comme première mesure de sauvegarde, le retrait total des structures de l’Otan…

Jean LEVY
Membre du Bureau national du Comité Valmy

source 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Il y aura une guerre en Corée du Nord d’ici 6 à 8 mois (Jim Rickards)

24hGold - Il y aura une guerre...

Menacer la Chine de l’exclure de son système de paiements en dollars c’est déjà se tirer un balle dans le pied, de plus les US ne font que pousser ces derniers à développer encore plus vite leur propre système de paiement, ce qui déjà a été initié par les Chinois et les Russes . Sans compter le petro-yuan … Z .

Quelqu’un a fait exploser une bombe H la semaine dernière, mais ce n’était pas la Corée du Nord. C’était les États-Unis. Il ne s’agissait pas d’une bombe cinétique, le genre d’engin qui produit un champignon de fumée. C’était une bombe H financière.

Les guerres financières disposent de leurs propres armes, tactiques et commandants, comme dans les guerres conventionnelles. Dans la guerre financière actuelle, le commandant en chef est le secrétaire du Trésor. Parmi les armes à sa disposition : le gel des avoirs, les sanctions et la mise sur liste noire financière de certaines entreprises ou de certains individus.

L’équivalent financier d’une bombe H est l’exclusion totale du système de paiement en dollars. Le dollar américain représente 60 % des réserves mondiales, 80 % des paiements mondiaux et presque 100 % des ventes de pétrole. Un pays privé du dollar est comme un patient en soins intensifs à qui on coupe l’oxygène. C’est une question de vie ou de mort.

C’est exactement la menace qui a été proférée par le secrétaire du Trésor Steve Mnuchin à l’encontre de la Chine le 12 septembre. Il a menacé d’exclure la Chine du système de paiement en dollars si elle n’applique pas à la lettre les sanctions des Nations unies contre la Corée du Nord dans le but de la dissuader de poursuivre son programme nucléaire et de développement de missiles.

Le problème est que cela ne dissuadera en rien la Corée du Nord. Elle joue son va-tout, elle accélère autant que possible jusqu’à la ligne d’arrivée qui lui permettra de se doter d’un arsenal de missiles balistiques intercontinentaux comportant des charges nucléaires. La Corée du Nord ne fait pas de mystères quant à ses intentions, la détention de ces armes n’a pas pour objectif de pouvoir négocier une levée partielle des sanctions ou d’autres avantages économiques.

La Corée du Nord pourrait obtenir ces avantages d’un simple appel téléphonique aux États-Unis en promettant en échange de mettre un terme à ses programmes militaires. Ce qu’elle n’a pas fait.

Similairement, la Chine n’appliquera pas ces sanctions au-delà d’un respect superficiel. Pas autant que les États-Unis l’espèrent.

La Chine craint qu’une Corée du Nord déstabilisée provoque la réunification avec le sud au profit des États-Unis et de la Corée du Sud. La Chine craint également un flot de réfugiés en provenance de Corée du Nord. Et selon la Chine, la Corée du Nord est un problème américain et non chinois (c’est également le point de vue de la Russie).

Une guerre entre les États-Unis et la Corée du Nord n’est pas le pire scénario pour la Chine car cela saignerait les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud, toutes des nations rivales pour la domination de l’Extrême-Orient. Et, enfin, le comportement des Chinois est dicté par l’obsession de sauver la face.

Avec le Trésor américain qui fait une telle déclaration publique, la Chine ne peut faire machine arrière sans perdre la face. Et alors que la puissance chinoise augmente, ce pays ne veut pas perdre la face.

Mais tout ceci n’est pas sans conséquence : exclure la Chine des paiements en dollars signifie un défaut sélectif sur la dette du Trésor américain.

La Chine possède pour plus d’un trillion de dollars d’obligations américaines. Ces titres sont payés lorsqu’ils arrivent à maturité ; la Chine exclue du dollar, cela signifie que son portefeuille obligataire est de facto gelé.

La Chine compte sur ces réserves liquides de dollars pour renflouer son système bancaire insolvable et défendre sa monnaie. Il est quasi impossible de mesurer les conséquences dramatiques qu’aurait l’exclusion de la Chine du système de paiement en dollars. L’histoire semble déjà écrite : la Corée du Nord va tenter à tout prix de se procurer ces armes. Les États-Unis l’en empêcheront. Ils comptent sur l’aide de la Chine, qui ne viendra pas. On aura donc une guerre conventionnelle avec la Corée du Nord et une guerre financière avec la Chine.

Les investisseurs devraient déjà se positionner en allégeant leurs positions sur les marchés actions, en commençant à shorter certains titres sélectionnés et en se positionnant sur des valeurs refuges telles que les obligations américaines sur 10 ans, l’or, l’argent métal et le cash.

Cette guerre aura lieu dans 6 à 8 mois. Vous devez vous préparer maintenant.

Article de Jim Rickards, publié le 18 septembre 2017 sur DailyReckoning.com

Source : or-argent.eu
 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :